Test : Mario & Luigi : Dream Team Bros.

Mario & Luigi : Dream Team Bros. - 3DS

Genre : RPG dans tes rêves

Date de sortie : 12 juillet 2013

Genre
RPG dans tes rêves
Date de sortie
12 juillet 2013 - France
Développé par
Alpha Dream
Edité par
Nintendo
Disponible sur
3DS
Parfois appelé
Mario et Luigi : Dream Team Bros.1
Modes de distribution
Boutique

Sur Super Nes, un certain Super Mario RPG avait vu le jour. Un jeu qui n’a jamais eu de suite directe mais deux séries de Nintendo sont un peu des suites spirituelles. D’un côté, il y a Paper Mario, qui a eu un opus en fin d’année dernière sur 3DS mais qui s‘éloigne vraiment du RPG, et de l’autre, il y a la saga Mario & Luigi, qui a gardé pas mal de mécanique RPG. Mais, malgré les différences notoires entre les deux penchants, ça fait pas un peu beaucoup de redite en quelques mois ?

Test effectué à partir d'une version 3DS

 
 
Dans ce nouvel épisode de Mario & Luigi, sous titré Dream Team Bros., la princesse Peach se fait enlever, mais en fait non pour se faire enlever encore une fois mais on ne le savait pas. C'est un peu compliqué on va reprendre en oubliant la princesse Peach. Dans ce jeu, Mario, Luigi, Peach et compagnie répondent à l’invitation d’un inconnu notoire (ça se passe comme ça au royaume champignon), ils vont donc sur la célèbre île Koussinos. Mais une fois arrivés là-bas, une mystérieuse entité nommée Antasma sème le trouble pour envahir l’île puis LE MONDEEEEE… Pardon. Bref, c’est le bordel puisque cet esprit malfaisant s’allie avec Bowser. C’est alors que Mario et Luigi s’allient aussi de leur côté avec le Prince des Koussinos, une civilisation disparue qui avait le pouvoir de voyager dans les rêves des gens. Suspens insoutenable quand tu nous tiens.
 

Mais où sont Michael Jordan et Shaquille O’Neal ?

Tout cela est donc un prétexte à de l’exploration dans le monde réel ou dans les rêves et à pas mal de combats (de toutes tailles mais on y reviendra plus tard). Mario & Luigi vont marcher (vraiment) beaucoup pour traverser l’île de long en large afin de trouver un moyen de mettre Bowser et Antasma KO. On va dire que ce n’est pas la partie la plus passionnante mais que malheureusement ce sera une de vos activités principales. Le fait est que l’exploration est assez similaire a ce que l’on a vu dans Paper Mario quelques mois plus tôt donc ça fait vraiment redite, on est peu surpris et c'est même un peu plus mous que dans le jeu susnommé. Cela marche beaucoup avec des histoires d’interrupteur en tous genres qu’il faut actionner pour ouvrir un passage, de sauts bien placés et de coups de marteaux bien sentis. Cela dit, les différents « niveaux » sont bien construits et quelques mécaniques en plus sont amenées. Par exemple, il y a un niveau où il faut se déplacer sur une sorte de chariot qui casse les rochers. Ils font donc actionner la machine à temps pour détruire les cailloux rebelles. Rien de bien révolutionnaire mais cela varie les plaisirs (pas assez malheureusement). On notera aussi que quelques pouvoirs viennent chambouler une petite routine avec, par exemple, le pouvoir de vrilles qui permettent de casser des rochers inatteignables ou même d’atteindre des endroits inaccessibles. Bref, des séquences pas désagréables mais on sent malgré tout une petite routine s’installer assez vite, ce qui est aussi surement dû à la trop grande facilité du jeu.
 

Mario DiCaprio

Avant de se pencher sur les combats, abordons l’autre moitié de « l’exploration », celle qui est plus innovante et qui nous pousse à aimer ce jeu. Les Koussinos ont donc le pouvoir de voyager dans les rêves. Ce que Mario et Luigi vont s’empresser de faire. Enfin, pour être précis, c’est Mario qui va faire le déplacement dans les rêves de Luigi. Dans le monde onirique, le plombier rouge sera tout de même accompagné d’un Luigi comme dans le reste du jeu. Il s’agit d’Oniluigi, la version onirique du plombier vert. Et comme il est dans ses rêves, Oniluigi à pas mal de pouvoirs à sa disposition. Ces phases sont donc de la plate-forme en vue de côté (contrairement à l’exploration qui se fait en 3D avec une caméra qui suit les deux héros). Les pouvoirs de Luigi sont variés et c’est toujours un plaisir de replonger dans ce monde pour découvrir de nouvelles mécaniques qui sont nombreuses, vraiment variées et qui sont toutes de bonnes idées. Dans ce monde, nos deux héros trouveront des mécanismes Luimagik. Luigi pourra alors fusionner avec et aura plusieurs pouvoirs selon le mécanisme : accélérer ou ralentir le temps, faire apparaître toute une armée de Luigis pour sauter très haut ou se mettre en boule pour aller plus vite, changer la gravité… On ne va pas faire la liste. Dans la plupart des cas, pour effectuer les actions, il faudra triturer le visage de Luigi qui dort sur l’écran inférieur. C’est plutôt intuitif et, avec le stylet, les commandes répondent bien. Par exemple, pour accélérer le temps, il faudra tirer sur une moustache et pour le ralentir, tirer sur l’autre. Et plus vous avancerez, plus ces niveaux oniriques seront foisonnants et vous feront switcher d’un pouvoir à l’autre. Bien sûr, cela reste très facile mais aussi très agréable. Notons qu'il y au moins autant de passages dans les rêves que dans le monde réel, ce qui n'est pas pour nous déplaire.
 

Luiginception

Enfin, penchons nous sur les combats au tour par tour, troisième gros morceau du jeu, qui s’enclenchent dés que vous rencontrez un ennemi. Un morceau plutôt réussi mais... On y reviendra plus tard. Pour résumer, vous dirigez Mario et Luigi et vous avez deux attaques de bases (le saut et le marteau) et des attaques frères, qui comme leur nom l’indique, sont des attaques où les deux frères passent à l'assaut en synergie (avec un carapace ou en envoyant des boules de feu par exemple). Elles ont des effets divers : attaques sur la tête, attaques sur un seul ennemi… A chaque tour, vous avez droit à deux attaques (une pour Luigi, une pour Mario). Les combats du monde des rêves marchent sur la même base à quelques détails prêts : vous ne dirigez que Mario avec qui Oniluigi a fusionné et vous vous battez contre des armées d’ennemis (au moins dix par combats). Cependant, les deux attaques de bases voient leur pouvoir décuplé puisqu’il s’agit en fait d’un saut surpuissant de Mario suivi d’une armée de Luigi qui vient massacrer les ennemis. Les attaques frères sont remplacées par les attaques Luimagik où l’armée de Luigi vient prêter main forte à Mario pour tout défoncer. Ils peuvent par exemple former un marteau géant que Mario viendra écraser sur les ennemis qui n’auront aucune chance. Le gros intérêt des combats de Mario & Luigi, comme d’habitude, c’est qu’ils ne vous laissent pas inactif comme dans les vrais combats au tour par tour. D’un côté, il faut éviter les attaques ennemies (et elles sont multiples) en sautant ou en donnant un coup de marteau, de l’autre il faut réussir vos attaques en appuyant en rythme sur le bon bouton ou même en se servant du gyroscope pour viser avec un lance-pierre. Encore une fois, faire la liste serait trop long alors on vous l’affirme : c’est vraiment très varié.
 

Quand est-ce que ça commence ?

Le problème des combats, c’est qu’ils mettent un petit moment avant d’être intéressants. Car au début, vous n’avez que les deux attaques de base pendant un moment. Et pour gagner de nouvelles attaques frères ou Luimagik, il faut trouver dix pièces d’attaques dans les niveaux. Et avant d’avoir la première, cela prend du temps. On vous laisse imaginer le temps qu’il faut pour avoir un petit éventail d’attaques valables pour vraiment nous laisser le choix. Bon, on vous fait une petite estimation : 10 – 15 heures de jeu. Pendant, ce temps vous passerez votre temps à répéter les mêmes assauts encore et encore. Et il ne faut pas penser éviter les combats comme dans Paper Mario Sticker Star puisqu’ici les combats rapportent de l’XP important afin d’augmenter les stats (attaque, vie, point d’attaque spéciale…) .Cela dit, on se plaint mais c’est cool d’avoir cet aspect RPG, il n’est pas très poussé mais il est efficace. A chaque fois que Luigi et Mario gagnent un niveau supplémentaire, leurs stats augmentent et en plus vous pouvez choisir de faire augmenter une facette plus que les autres. De plus, il y a cinq rangs qui permettent de gagner des bonus comme un slot d’équipement supplémentaire. Transition parfaite, les équipements sont des vêtements (salopette, chaussures…) qui font augmenter les stats et apportent quelques pouvoirs spéciaux comme une efficacité de saut qui augmente à chaque coup. Enfin, vous trouverez des haricots qui permettent de gagner un point d’attaque, de vie ou de ce que vous voulez en plus. Bref, vous avez le choix pour améliorer nos deux plombiers préférés.
 

Le Choc des Titans

Il existe un autre type de combat qui sont fort sympathiques : les combats de Titans. Ce sont les boss des mondes oniriques qui sont, donc, géants. Grâce à ses pouvoirs dans le monde des rêves, Luigi peut aussi devenir géant aussi et affronter ces ennemis. Vous tiendrez la console à la verticale et toutes les actions pour contrer ou envoyer une attaque se feront avec le stylet sur l’écran tactile. Pour le reste, cela marche comme les autres combats mais les boss ont plein d’attaques variées qui permettent de prendre un grand plaisir lors de ces affrontements hors normes (qui font aussi appel au gyroscope de la console). Malheureusement, le premier boss de la sorte arrive assez tard dans le jeu. Un jeu qui vous occupera pendant un moment puisqu’il devrait vous prendre 35 heures pour en voir le bout sans compter les quêtes annexes comme celle qui consiste à sauver les Koussinos, celle des photographies avec Kylie Koopa ou celle consacrée aux haricots. Cela devrait prolonger le jeu encore quelques temps. Un petit mot sur les graphismes du jeu. La saga passe enfin à la 3D (ou presque puisque les personnages sont des sprites 2D) et c’est beauuu mais cela manque de personnalité. C’est du grand classique Nintendo donc c’est peu surprenant (là où un Paper Mario a une spécificité visuelle bien marquée). Le scénario, sans être révolutionnaire, apporte sont lot de rebondissements mais les dialogues manquent d’humour et il y en a beaucoup donc en avançant dans le jeu, on les passe de plus en plus vite.
 

Article rédigé par Neo , le

Au final, ce Mario & Luigi : Dream Team Bros est fortement recommandable aux possesseurs de 3DS. Les combats sont variés et laissent le joueur être actif, les mécaniques du monde onirique avec Luigi sont excellentes, l’aspect RPG est encore bien présent et le jeu offre un très grosse durée de vie (35 heures environ sans les quêtes secondaires). Cependant, quelques défauts viennent entacher le tableau : l’exploration peu passionnante et qui plombe le rythme de jeu, la variété des attaques en combat met du temps à venir et la direction artistique est ultra-classique. Mais que cela ne gâche le plaisir procuré par ce voyage sur l’île Koussinos, Nintendo a toujours un certain savoir-faire qui nous charme encore.

Points positifs

  • Les pouvoirs de Luigi dans le monde onirique
  • Grosse durée de vie
  • Des combats au tour par tour où le joueur est actif
  • L'aspect RPG est bien là
  • Les combats de Titans
  • Le jeu passe à la 3D

Points négatifs

  • On met trop de temps à gagner de nouvelles attaques
  • Les phases d'exploration du monde réel peu passionnantes
  • Direction artistique ultra-Nintendo-classique

A propos de l'auteur

Neo

Neo

29 ans | L'élu des gamers

Après avoir détruit la matrice, Neo s'est dit « Pourquoi pas bosser sur GameHope ? ». Un nouveau défi pour l'élu. Après sa victoire incontestable, le monde réel lui paraissait fade et il est retourné dans le virtuel. Il est d'ailleurs en permanence branché à une PS3 en intraveineuse. Egalement passionné de cinéma, on le reconnait à ses yeux injectés de sang à force de passer des heures devant les écrans. Il a malgré tout réussi à apprendre à écrire et, afin de devenir le prochain Victor Hugo, expose sa prose sur GameHope.

Contacter

Commentaires