Test : Tomodachi Life !

Tomodachi Life ! - 3DS

Genre : Simulaton de vie de Miis

Date de sortie : 06 juin 2014

Genre
Simulaton de vie de Miis
Date de sortie
06 juin 2014 - France
18 avril 2013 - Japon
Développé par
Nintendo
Edité par
Nintendo
Disponible sur
3DS
Modes de distribution
Boutique
Nintendo eShop
PEGI
 Interdit aux moins de 3 ans

Que donnerait la fusion improbable entre un Animal Crossing et un Sims ? A priori, personne ne se pose la question, et pourtant Nintendo a décidé d'y donner une réponse : Tomodachi Life ! Disponible depuis plus d'un an au Japon, ce soft 3DS a rencontré un succès incontesté, il semblait donc logique que la firme au plombier moustachu décide de l'exporter en dehors de l'archipel. Mais les joueurs occidentaux succomberont-ils au charme de ce titre totalement atypique ?

Test effectué à partir d'une version 3DS

 
 
Tomodachi Life ! n'est ni plus ni moins qu'une simulation de vie, et plus précisément une simulation de vie des Miis. Le joueur dispose pour l'occasion d'une île (où les bâtiments se débloquent au fur et à mesure de la progression dans le titre), à laquelle il donne le nom de son choix, puis y dépose par la suite des Miis. Cela peut être soit ceux déjà créés sur sa 3DS, soit de nouvelles inventions, soit d'autres joueurs ou personnalités récupérés via des QR Codes disponibles sur Internet. Au total, l'immeuble de l'île dispose de 24 appartements, pour un total de donc 24 habitants. Une fois le tout mis en place, il n'y a plus qu'à observer, et interagir de temps à autres. Car oui, la grosse différence entre ce titre et un Animal Crossing est que le joueur n'a finalement que peu d'influence sur ce petit monde et une fois tous les "problèmes" réglés, il n'a plus rien à faire. Alors certes, les Miis disposent d'une jauge de faim, mais rester indéfiniment le ventre vide n'est pas pénalisant dans le titre. Leur donner quelque chose à se mettre sous la dent permet simplement de faire grimper leur barre de bonheur (qui correspond en fait à une barre d'expérience faisant gagner des niveaux), mais encore faut-il qu'ils aiment le plat donné. Il en va de même avec les vêtements et les chapeaux : ils peuvent demander un peu de nouveauté, mais faire le radin en leur refusant le dernier t-shirt à la mode n'a finalement aucun impact négatif.
 

Let there be friends

Les Miis vivent donc leur vie tranquillement, vont travailler au magasin de coin, se promener à la plage ou au parc d'attraction, rendre visite à leurs voisins, le tout sans que le joueur n'ait son mot à dire. Ce dernier peut simplement influencer leurs choix de devenir ami avec telle ou telle personne, voire de se mettre en couple. En effet, ils n'hésitent pas de temps à autres à poser au joueur des questions du genre « Pensez-vous que je pourrais m'entendre avec telle personne ? Oui ? Alors quel sujet pensez-vous que je devrais aborder ? », ou bien « Je me sens vraiment bien avec telle personne, devrais-je lui demander de sortir avec moi ? ». Le joueur donne son avis, et le Mii s'y plie, avec de bonnes et de moins bonnes surprises. Il n'est en effet pas rare que l'on choisisse le mauvais sujet à aborder (tout dépend de la personnalité choisie lors de la création du personnage), ou que la personne que le Mii aime n'ait pas les mêmes sentiments pour qu'un habitant tombe en dépression. Il suffit alors de lui offrir deux ou trois cadeaux sympathiques pour lui redonner le moral. Le joueur a également son mot à dire pour les demandes en mariage : il peut ainsi choisir le lieu, le moment et même les vêtements à porter. Il ne lui reste plus qu'à réussir le mini-jeu imposé pour que les deux tourtereaux convolent en justes noces, et il décide même par la suite si oui ou non le couple doit avoir un enfant. Précisons tout de même que les relations homosexuelles ne sont pas disponibles, malgré les complaintes des joueurs. Bref, de petites touches par-ci par-là ont été pensées afin de ne pas non plus être totalement inactif.
 
 
En dehors de ces phases, le joueur participe à des minis-jeux que les habitants lui proposent parfois (deviner ce qui se cache derrière une ombre, trouver les points communs entre les Miis, etc.), offre des cadeaux à ses petits protégés (argent de poche, appartements – non customisables, chien, chat, Wii U, maracas...), se rend à des événements ponctuels dépendant de l'heure et des saisons (marché du matin, anniversaire, battle de rap, jeu de rôle version 8 bits, etc.) ou bien à des concerts. Car oui, les Miis disposent de voix digitalisées et peuvent donc parler et chanter. Après avoir offert une chanson, que ce soit du rap, de la comédie musicale, du rock ou du métal (le choix est assez vaste), le joueur n'a plus qu'à constater à quelle point les chorégraphies, les paroles et les vêtements choisis par les développeurs pour ces concerts sont totalement tordus. Le tout est toutefois entièrement customisable, de quoi créer le show de ses rêves. En parlant de rêves, justement, il est tout à fait possible d'aller observer ceux des Miis lorsqu'ils dorment. Si ces derniers sont souvent totalement loufoques, le plus drôle reste toute de même de pouvoir dessiner sur les visages de ces pauvres bougres profondément endormis et qui se réveilleront le lendemain avec des esquisses plus ou moins tendancieuses sur les joues.
 

Vis ma vie de Mii

Précisons enfin que Tomodachi Life ! dispose de fonctions StreetPass / SpotPass. En revanche, il n'est nullement question de rejoindre la ville d'un ami, contrairement au dernier Animal Crossing : New Leaf. Ici, il s'agit simplement d'envoyer ses habitants en vacances sur l'île de quelqu'un d'autre. Le Mii en profitera donc pour rencontrer de nouveaux personnages et enverra des cartes postales à son créateur, qui bénéficiera aussi d'items inédits à importer chez lui. Bien entendu, l'opposé est aussi possible et un emplacement spécifique est prévu pour que les visiteurs puissent poser leur tente sur l'île du joueur. Bref, il y a finalement de quoi s'occuper des heures durant sur la 3DS, lors de courtes sessions de jeux deux ou trois fois par jour, histoire de voir comment se comportent les Miis. Mais encore faut-il accrocher au concept du titre, qui ne propose pas de gameplay poussé mais invite plutôt à la contemplation de ce qu'une intelligence artificielle peut faire, en intervenant de temps à autres, que ce soit pour aider les relations, donner un cadeau ou participer à une activité, activement ou non.
 

Article rédigé par Shauni Chan , le

Tomodachi Life ! est clairement un titre à part. A mi chemin entre un Animal Crossing et un Sims, le titre de Nintendo propose principalement au joueur d'assister en spectateur à la vie de Miis. S'il peut de temps à autres intervenir, notamment en donnant son aval à une relation ou en achetant à manger, rien n'est obligatoire : il est tout à fait possible de passer des heures à espionner un habitant dans son appartement, sans rien faire d'autre, même si des événements se déroulent tous les jours. Un concept auquel tout le monde n'accrochera pas. En revanche, ceux qui apprécieront deviendront rapidement accros tant le tout se révèle être extrêmement addictif.

Points positifs

  • De nouveaux items tous les jours dans les boutiques
  • Des événements et minis-jeux divers
  • Addictif sans être contraignant
  • Dessiner sur le visage des Miis endormis
  • Des comportements et des flash infos souvent totalement loufoques

Points négatifs

  • Concept vraiment particulier
  • Le joueur est plus spectateur qu'actif
  • Plus rien à faire une fois les problèmes des Miis réglés

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires