Test : Fire Emblem Fates

Fire Emblem Fates - 3DS

Genre : Tactical RPG

Date de sortie : 20 mai 2016

Genre
Tactical RPG
Date de sortie
20 mai 2016 - France
Développé par
Intelligent Systems
Edité par
Nintendo
Disponible sur
3DS
Parfois appelé
Fire Emblem Fates
Modes de distribution
Boutique
Nintendo eShop

Présente depuis bien longtemps sur le marché vidéoludique, la série des Fire Emblem restait jusqu'à présent dans un certain milieu de connaisseurs. Puis est arrivé en 2013 en Europe un certain Fire Emblem : Awakening sur 3DS, qui tentait une ouverture à un public plus large. Pari réussi, et après un succès amplement mérité, il aurait été dommage de ne pas continuer sur cette lancée. Il est donc plutôt logique de voir aujourd'hui débarquer un nouvel opus, toujours sur la même console.

Test effectué à partir d'une version 3DS

Si vous n'avez suivi que de très loin la campagne marketing de ce Fire Emblem : Fates, vous allez sûrement être quelque peu déroutés au moment d'acheter le titre. En effet, ce dernier se décline en trois versions : Héritage, Conquête et (plus tard) Révélations. Avant toute chose, il est donc important de préciser ce qui sépare ces opus. Ce nouvel épisode de Fire Emblem narre une histoire unique, à savoir un héros – créé par les petites mimines du joueur – passablement amnésique et élevé depuis toujours par une famille de guerriers qui règne sur l’état de Nohr, qui va par un malheureux coup du sort se retrouver sur le territoire ennemi, l'état d'Hoshido. Mais là, rebondissement : ce héros est en fait l'un des enfants de la reine d'Hoshido. Il a en effet été enlevé lorsqu'il n'était qu'un bébé par le roi adverse, ce dernier étant peu aimable. Connaissant désormais toute la vérité, le héros va tenter de faire cesser la guerre qui fait rage depuis bien trop d'années entre les deux pays. Mais il va devoir faire un choix : quel clan veut-il rejoindre ? Hoshido, sa véritable famille qui lui était encore inconnue il y a peu ? Ou Nohr, sa famille d'adoption, même si cette dernière est sous le joug d'un roi démoniaque ? Pas facile hein ?

Fire Emblem Fates

Choose your destiny

Héritage propose de se rallier au clan Hoshido et Conquête au clan Nohr. La principale différence – en dehors d'une histoire qui ne sera évidemment pas vue de la même manière – est en fait la difficulté. Héritage est plus facile et permet de gagner beaucoup plus de points d'expérience à chaque bataille, ce qui le destine aux nouveaux joueurs ou à ceux qui ne veulent pas se prendre la tête. Conquête est pour sa part un cran plus difficile, même si en contrepartie le joueur ramasse de grandes quantités d'or : il est donc parfait pour les joueurs plus expérimentés, ou ceux qui ce sont d'abord fait la main sur Héritage. Précisons tout de même que tous deux proposent plusieurs modes de difficultés ainsi que la possibilité d'annuler la permadeath. Fire Emblem était en effet jusqu'à présent connu pour ses morts permanentes. Lorsqu'un soldat tombait au combat, c'était fini, il ne revenait plus. Depuis Awakening, cette règle a été assouplie et il est désormais possible de les faire ressusciter après un affrontement, voire pendant, même s'il s'agit d'attendre le tour suivant (même si, à notre sens, cette dernière option enlève clairement tout l'intérêt dun tactical-RPG au tour par tour). Quant à Révélation, la troisième version de ce Fire Emblem : Fates, il faudra attendre encore un peu pour en savoir plus. Dans tous les cas, l'histoire se montre aussi agréable à suivre d'un côté que de l'autre, et les (nombreux) personnages ont tous eu droit à un certain peaufinage.

Fire Emblem Fates

Dans son gameplay, Fire Emblem : Fates ne diffère finalement que très très peu de son prédécesseur, Awakening. En dehors de la nouvelle possibilité évoquée plus haut de carrément faire revenir une unité perdue dès le tour suivant, il est à noter que les armes ne se brisent désormais plus au bout d'un moment, à l'exception des bâtons de soin. De quoi réduire quelque peu le stress de certains affrontements qui n'auraient pas été correctement préparés, même si cela fera sans doute grogner encore un peu plus les puristes de la série. Les combats se déroulent d'ailleurs toujours sur des maps plus ou moins grandes, divisées en petits carrés, le joueur devant donner des ordres à ses troupes avant que le tour ne passe à l'adversaire. Avant d'entamer un combat avec un ennemi, il est possible de changer d'arme afin de faire plus ou moins de dégâts, les hypothétiques dégâts étant indiqués à l'avance. Bref, pas grand-chose de neuf de ce côté là, mais puisque ce système est solide et passablement addictif, il aurait été dommage de tout changer. Les principaux changements proviennent en fait des unités, qui varient en fonction de l'opus choisi. Conquête propose des types de combattants assez classiques pour la série, là où Héritage permet pour sa part de s'offrir les services de samouraïs, renards et autres ninjas, histoire de varier un peu. Précisons d'ailleurs que peu importe les unités, elles sont bien mieux calibrées que dans Awakening, et les personnages craqués ne sont (presque) plus de la partie. Enfin, certains personnages possédant le sang du Dragon peuvent aussi parfois modifier le terrain : faire geler un lac pour le rendre praticable, créer des zones de soin pour les alliés ou encore assécher une rivière pour la passer rapidement... Quasiment chaque map dispose de zones pouvant être modifiées. Un ajout plutôt sympathique mais tout de même anecdotique puisque ces modifications ne sont pas obligatoires et ne changent que très rarement l'issu d'un affrontement.

Fire Emblem Fates

Le feu du Dragon

En dehors du champ de bataille, le joueur passera beaucoup de temps dans son château. Fire Emblem : Fates propose en effet un hub qu'il est possible de customiser petit à petit. D'abord vide de tout bâtiment, l'endroit peut ensuite abriter des magasins vendant armes, bâtons ou accessoires, une forge destinée à fusionner des armes entre elles histoire de les rendre plus puissantes, une source chaude destinée à se relaxer, la maison du héros – pour faire venir des alliés afin de faire grimper les jauges d'affinité – ou encore la maison d'un dragon. Ce dernier, en échange de repas réguliers, fait grimper les statistiques du château en fonction de ce qu'il mange : force, résistance, magie, etc. Pourquoi ? Tout simplement car certaines missions secondaires proposent de résister à des invasions dans ce hub, et qu'il est aussi proposé de participer à des affrontements dans le mode multijoueur en ligne. Grâce au StreetPass, les joueurs peuvent en effet aller visiter les châteaux des autres, histoire d'aller leur gratter des matériaux qu'ils ne possèdent pas forcément dans leur propre hub (poissons, perles...), ou encore d'y combattre. Là encore, il s'agit d'une vraie bonne idée, qui permet qui plus est de faire toujours plus d'activités en dehors de suivre le scénario principal. Ce dernier peut même carrément passer au second plan : entre les défis annexes, le multi ou encore les relations qu'il s'agit de faire grimper entre les personnages (sachant que l'on peut aller jusqu'au mariage et aux naissances), autant dire qu'il y a de quoi faire.

Fire Emblem Fates

Visuellement, Fire Emblem : Fates est dans la lignée de son prédécesseur. Les maps ne sont pas forcément très détaillées ni très jolies, à l'opposé des personnages, toujours dessinés dans un plus pur style manga. Les cinématiques sont pour leur part vraiment très bien faites et, pour le coup, la 3D stéréoscopique rajoute vraiment un plus. En dehors des vidéos, cette dernière permet d'ailleurs de séparer les différents plans du décor histoire de mieux y voir. Mais la vraie belle réussite de cette opus, c'est que les personnages ONT DES PIEDS ! Hé oui, si vous avez joué à Awakening, vous vous souvenez sûrement de ce détail (idiot) qui vous a peut-être choqué, à savoir que personne n'avait de pieds. Les développeurs d'Intelligent Systems ont donc préféré changer leur parti pris artistique, histoire d'un peu plus plaire aux joueurs. En revanche, il est dommage de voir que le doublage japonais est passé à la trappe lors de la localisation pour l'Europe. Il faudra donc se contenter des voix anglaises, même si fort heureusement les textes ont été intégralement traduits en français. Les musiques sont pour leur part assez classiques et ne marquent finalement pas beaucoup l'expérience. Dommage, même si cet élément ne se montre pas forcément indispensable.

Article rédigé par Shauni Chan , le

Sans aucune doute, ce Fire Emblem : Fates se montre aussi réussi que son aîné, Awakening. Scénario et personnages travaillés, gameplay impeccable et addictif, visuellement très charmant et proposant qui plus est un mode multijoueur bien pensé, cet opus se pose clairement en tant que must-have à avoir sur 3DS, que l'on soit un habitué des tactical-RPG ou non. Car si Conquête propose une difficulté habituelle pour la série, Héritage se montre bien plus accessible pour les néophytes, qui pourront donc vivre cette aventure sans frustration. Pour, pourquoi pas, se ranger par la suite du côté de Nohr après avoir vécu au sein d'Hoshido... Forcément, quand c'est bien, on en veut toujours plus.

Points positifs

  • Gameplay au poil
  • Scénario et personnages intéressants
  • Joli
  • Mode multi bien foutu
  • Totalement addictif
  • Plusieurs modes de difficulté

Points négatifs

  • Finalement très peu de changements par rapport à Awakening
  • Pas de voix japonaises
  • La possibilité de ranimer une unité directement sur le champ de bataille (non mais faut pas abuser non plus)
  • Musiques oubliables

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires