Test : Mario vs Donkey Kong : Tipping Stars

Mario vs Donkey Kong : Tipping Stars - 3DS

Genre : Puzzle-Game

Date de sortie : 20 mars 2015

Genre
Puzzle-Game
Date de sortie
20 mars 2015 - France
Développé par
Nintendo
Edité par
Nintendo
Disponible sur
3DS, Wii U
Modes de distribution
Boutique
Nintendo eShop
PEGI
 Interdit aux moins de 3 ans

Série historiquement présente sur les consoles portables de chez Nintendo (le premier opus étant sorti en 2004 sur Game Boy Advance), Mario vs. Donkey Kong a finalement décidé de se jeter dans le grand bain avec la sortie sur Wii U – mais aussi sur 3DS avec une fonction cross-buy - d'un tout nouvel opus baptisé Tipping Stars. L'occasion pour les joueurs fans de la série de se creuser les méninges avec de nombreux puzzles en toute tranquillité dans leur salon, affalés au fin fond de leur canapé.

Test effectué à partir d'une version Wii U

 
 
Le pauvre Mario n'a décidément pas de chance avec les femmes. Bien avant une Peach se faisant kidnapper tous les quatre matins par le vil Bowser, il devait déjà partir à la rescousse d'une certaine Pauline, qui se faisait enlever pour sa part par le très célèbre Donkey Kong. Mario vs. Donkey Kong : Tipping Stars n'échappe pas à cette règle immuable, et le plombier moustachu a donc la lourde tâche de sauver la petite brunette. Pour ce faire, il lui faudra résoudre tout un tas de puzzles – une grosse soixantaine - prenant la forme d'autant de niveaux en 2D à terminer dans les temps. Le principe est on ne peut plus simple : le joueur a la lourde tâche de conduire tous les personnages présents, qui prennent la forme pour l'occasion de petits automates, vers la sortie. Évidemment, tout n'est pas si simple puisque de nombreux obstacles et ennemis se dressent en travers du chemin de nos héros mécaniques. D'autant plus que les mouvements des héros sont plus que limités et que, une fois activés, le joueur ne peut pas les contrôler. Ils marchent alors tout droit, font demi-tour s'ils rencontrent un obstacle et ne peuvent pas sauter, mis à part pour gravir de petites marches. Pour les faire progresser, il s'agit donc de leur créer un chemin.
 

Étoile mécanique

La soixantaine de niveaux est divisée en différents mondes, eux-mêmes éclatés en huit niveaux. Le tout propose une courbe de difficulté progressive puisque chaque nouveau monde apporte un élément de gameplay en plus. Ainsi, si les premiers levels permettent aux joueurs de comprendre le principe en ne leur demandant que de créer et ôter des passerelles basiques (puisqu'il faut avoir des objets dans son inventaire, assez limité, pour pouvoir les utiliser), la difficulté augmente petit à petit en accueillant par exemple des trampolines, des escalators ou encore les célèbres tuyaux chers au cœur de Mario. A cela s'ajoutent parfois des ennemis qu'il s'agit d'éliminer avec des marteaux récupérés au préalable ou encore des portes différentes pour chaque personnage présent (Mario, Toad, Pauline, Peach...). L'essentiel des niveaux propose toutefois une seule porte de sortie, mais il faut alors que tous les personnages y rentrent quasiment en même temps sous peine de la voir se fermer définitivement au nez de l'un des héros. Dans ce cas, c'est le Game Over, ni plus ni moins, et il faut recommencer tout le niveau – ce qui est également le cas si l'un des personnages tombe dans un trou ou sur des pics, ou encore si le chrono arrive à zéro.
 
 
Voilà sur le papier ce à quoi ressemble ce Mario vs. Donkey Kong : Tipping Stars. Concrètement, le tout est très bien exécuté : les puzzles sont bien fichus, s'enchaînent facilement et font carburer gentiment les méninges, sans jamais laisser les joueurs totalement sur le carreau. En effet, avec une courbe de progression plutôt douce, il est bien difficile d'être pris à défaut. Si certains niveaux se montrent un peu plus retors au premier abord, avec un grand nombre de choses à modifier et surtout une aire de jeu plus ou moins vaste, il est impossible de rester bloqué plus de quelques minutes. Un bon point donc, puisque frustrer le joueur n'est pas forcément la meilleure des choses à faire, même si un peu plus de challenge aurait été appréciable. Une carotte est même proposée : à la fin de chaque niveau, un score est comptabilisé. Bronze, argent ou or, chaque rang (variable en fonction du temps, du nombre de pièces collectées et du nombre de mouvements effectués) permet d'obtenir un nombre d'étoiles spécifiques. Ces deux récompenses différentes permettent de débloquer divers bonus.
 

Jeu à la Kong ?

Ainsi, il faut obtenir un certain nombre de trophées en Or pour débloquer des niveaux bonus supplémentaires. Sachant qu'il y en a une vingtaine, inutile de dire que ça vaut le coup de recommencer un niveau pour obtenir le rang maximum. Quant aux étoiles, elles permettent pour leur part d'acheter différents items dans l'Atelier. Car oui, en dehors des niveaux imaginés par Nintendo, il est tout à fait possible d'en créer soi-même puis de les partager avec la communauté en ligne (une fois terminés une première fois). Les outils sont très simples d'utilisation et, comme dit précédemment, les étoiles glanées au fil des niveaux permettent d'obtenir toujours plus d'objets à utiliser, sachant que là aussi une sorte de courbe de progression est disponible (plus c'est cher, plus c'est difficile, CQFD). Un bon moyen donc de rallonger une durée de vie déjà plus que convaincante... et de faire chauffer encore un peu plus les neurones.
 
 
Visuellement, il n'y a pas grand chose à redire de ce Mario vs. Donkey Kong : Tipping Stars. Fidèles à l'univers du plombier moustachu, les décors plutôt simplistes quoique variés proposent de jolies couleurs flashys, et l'aspect mécanique des personnage fonctionne à merveille. L'ambiance sonore n'est pas en reste avec des musiques certes classiques mais efficaces, et surtout de petits bruitages vraiment mignons. En revanche, on reste un peu perplexe quant à l'existence de cette mouture Wii U (même si l'on apprécie la fonction cross-buy : si vous l'achetez sur une console, vous recevrez un code pour télécharger gratuitement le jeu sur l'autre machine). En effet, il est inutile d'allumer la TV pour profiter du titre puisque tout se passe sur l'écran tactile du GamePad. Alors certes, certains niveaux sont un peu trop grands pour ce mini-écran alors qu'ils apparaissent en entier sur la télé (et encore, ils ne prennent pas l'intégralité de l'écran puisque des bandes sont présentes tout autour !), mais il suffit d'un petit coup de joystick pour faire bouger la caméra. On peut également regretter quelques temps de chargement parfois un peu longuets, mais rien de bien méchant non plus, et l'absence d'une fonction cross-save.
 

Article rédigé par Shauni Chan , le

Comme la plupart des titres estampillés Nintendo, Mario vs. Donkey Kong : Tipping Stars est une nouvelle valeur sûre, même si les innovations ne se bousculent pas au portillon. Le soft propose en effet de nombreux puzzles bien fichus, avec une courbe de difficulté progressive et suffisamment de nouveautés dans le gameplay pour ne pas lasser. Qui plus est, l'Atelier permet de créer et partager ses niveaux avec la communauté, un bon moyen de prolonger le plaisir. La réalisation technique est impeccable, mais l'on ne comprend pas tellement pourquoi le titre sort sur 3DS et Wii U (mis à part le cross-buy), sachant que cet opus se joue intégralement sur la mablette de la console de salon. Une unique mouture portable aurait certainement suffi, d'autant plus que ce genre de titre s'adapte parfaitement bien au format nomade.

Points positifs

  • Puzzles efficaces
  • Gameplay se renouvelant suffisamment
  • Courbe de difficulté maîtrisée
  • Durée de vie honnête
  • Créer et partager des niveaux
  • Mignon
  • Cross-buy

Points négatifs

  • Quelques temps de chargement
  • Format plus adapté à la 3DS qu'à la Wii U
  • TV totalement inutile pour la mouture Wii U
  • Pas de cross-save
  • Un peu plus d'innovations la prochaine fois ?

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires