Test : Dragon Quest VIII : l'Odyssée du Roi Maudit

Dragon Quest VIII : l'Odyssée du Roi Maudit - 3DS

Genre : RPG

Date de sortie : 20 janvier 2017

Genre
RPG
Date de sortie
20 janvier 2017 - France
20 janvier 2017 - USA
27 août 2015 - Japon
Développé par
Level 5
Edité par
Square Enix
Disponible sur
3DS, PS2
Modes de distribution
Boutique
Nintendo eShop

Ca y est, vous avez fini après une bonne centaine d'heures l'excellent Dragon Quest VII sorti il y a quelques mois sur 3DS ? Il serait alors dommage de vous arrêter sur une si bonne lancée, puisque Square Enix vient de sortir l'opus suivant, Dragon Quest VIII : L'Odyssée du Roi Maudit sur la même machine.

Test effectué à partir d'une version 3DS

Si vous possédiez une PlayStation 2 en 2006 et que vous aimez les RPG japonais, vous avez peut-être à l'époque succombé pour ce Dragon Quest VIII, qui était le premier opus de la licence à sortir en Europe. Si c'est le cas, vous avez parcouru un titre de grande qualité, qui a su convaincre les adeptes du genre grâce à une direction artistique vraiment réussie, notamment grâce à un joli cel-shading et à des personnages signés Toriyama (Dragon Ball), une histoire prenante et un gameplay tout aussi convaincant. Rassurez-vous, toutes ces qualités se retrouvent dans ce portage 3DS, et même plus. Car, comme avec Dragon Quest VII, Square Enix a profité de ce passage à la console portable de Nintendo pour rajeunir quelque peu certaines petites choses, tout en rajoutant par ailleurs un peu de contenu bienvenu - même si le titre d'origine se montre déjà suffisant massif, avec une cinquantaine d'heures de durée de vie en ligne droite, un bon paquet de quêtes et un post-game.

Dragon Quest VIII (3DS)

Le monde à cheval

Pour ceux qui seraient passé à côté à l'époque, Dragon Quest VIII narre les aventures d'un héros sans nom tentant de retrouver un certain Dhoulmagus. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il s'agit d'un sorcier ayant jeté un sortilège au roi et à sa fille, transformant le premier en crapaud et la seconde en jument. Tout ce petit monde, aussi accompagné de quelques autres personnages venant se greffer au fur et à mesure, va donc se lancer dans un long voyage destiné à annuler ce sort. Évidemment, en chemin, le groupe sera amené à aider de nombreuses personnes, l'occasion bien entendu pour le joueur d'effectuer tout un tas de quêtes différentes. Quoi qu'il en soit, la narration de ce Dragon Quest se montre maitrisée de bout en bout, avec des personnages attachants, des moments touchants et des situations un peu plus amusantes. Le seul bémol de ce côté là provient finalement des deux personnages rajoutés dans ce remake, Morry et Rubis : arrivant plus tard dans l'aventure, ils sont un peu moins travaillés et donc un peu moins attachants. L'un est même totalement facultatif, c'est dire. Difficile donc dans ces cas là de les intégrer à une équipe déjà bien soudée. Toujours du côté des nouveautés, les fans pourront découvrir quelques donjons inédits (et bien ardus), des séquences inédites (notamment une fin) ou encore un mode Caméra.

Dragon Quest VIII (3DS)

Mais c'est du côté du système de jeu qu'il y a le plus de nouveautés, ou en tout cas de rajeunissements. Les combats, au tour par tour, ne se déclenchent plus aléatoirement, les monstres apparaissant directement sur la map. Un changement bien utile, puisqu'il permet d'une part d'éviter les affrontements si le joueur le désire, et d'autre part de savoir vers quel ennemi aller si le joueur se lance dans une phase de grinding (car, comme tout vieux RPG, ce genre de phases est parfois obligatoire pour pouvoir battre un boss spécifique, même si l'ensemble du soft présente une difficulté plutôt équilibrée). Ces mêmes combats, que l'on pourrait qualifier d'un peu vieillots de part leur structure tour par tour extrêmement classique, peuvent par ailleurs être accélérés, ce qui est toujours une bonne idée lorsqu'il s'agit de se faire une heure ou deux de grinding. Précisons tout de même que, malgré un certain manque d'originalité, les mécaniques de ces affrontements sont maîtrisées de bout en bout, avec par exemple des points de compétence à attribuer à chaque niveau gagné ou encore la possibilité de se concentrer pendant plusieurs tours pour asséner des coups plus puissants. Le système d'alchimie a pour sa part été grandement amélioré et se montre bien plus compréhensible.

Dragon Quest VIII (3DS)

Dragon Punch

Malgré tout, ce Dragon Quest VIII garde un petit côté old school plus agaçant. On pense notamment aux menus, franchement peu ergonomiques, qui auraient bien mérité un bon coup de balai. Il faut par exemple passer par plusieurs sous-menus avant de pouvoir équiper une arme à un personnage (aller dans le menu, puis dans le sac, donner l'arme au personnage et enfin équiper le personnage). On pourrait aussi regretter l'absence des versions symphoniques des musiques, ou encore une réalisation qui ne se montre par forcément à la hauteur de la version PS2. Le cel-shading est un peu plus grossier, le clipping est omniprésent, la caméra est un poil trop proche du héros... Rien de bien catastrophique bien entendu, mais de toute évidence les capacités de la 3DS ne permettaient pas quelque chose d'aussi fin que sur PS2. En contrepartie, les joueurs ont droit à une mini-map sur l'écran inférieur ainsi qu'à une sauvegarde rapide permettant de ne pas avoir à se rendre sur les lieux de sauvegarde (les églises) trop souvent. Là encore, il s'agit d'une idée bienvenue pour rajeunir l'ensemble, les allers-retours étant une véritable plaie dans les RPG...

Article rédigé par Shauni Chan , le

Tout comme Dragon Quest VII avant lui, Dragon Quest VIII s'offre un remake de qualité sur 3DS. L'histoire est prenante, les personnages attachants, le système impeccable et le tout est visuellement charmant. Si quelques petits problèmes liés à son âge sont de la partie (menus peu ergonomiques, combats au tour par tour très classiques...), des améliorations (accélération des affrontements, disparition des combats aléatoires, sauvegardes rapides...) et autres nouveautés (personnages, donjons, séquences...) viennent contrebalancer ces points faibles. Bref, un grand RPG de plus pour la petite 3DS.

Points positifs

  • Bonne durée de vie (une cinquantaine d'heures en ligne droite)
  • Quelques nouveautés (personnages, donjons...)
  • Des améliorations (disparition des combats aléatoires, affichage en permanence d'une mini-map...)
  • Scénario prenant et personnages attachants
  • Combats certes classiques mais maîtrisés

Points négatifs

  • Quelques points un peu vieillots (menus peu ergonomiques, leveling parfois obligatoire...)
  • Pas de musiques orchestrales
  • Réalisation un peu en deçà de la version d'origine
  • Des nouveaux persos pas forcément aussi convaincants que les autres

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires