Test : Fossil Fighters : Frontier

Fossil Fighters : Frontier - 3DS

Genre : RPG préhistorique

Date de sortie : 29 mai 2015

Genre
RPG préhistorique
Date de sortie
29 mai 2015 - France
Développé par
Red Entertainment
Edité par
Nintendo
Disponible sur
3DS
Modes de distribution
Boutique
Nintendo eShop
PEGI
 Interdit aux moins de 7 ans

Les sosies de Pokémon, ce n'est pas ce qui manque, et c'est tout à fait compréhensible au vu du succès insolent qu'affiche cette série. Fossil Fighters est l'un d'entre eux. Licence également créée par Nintendo, cette dernière a débuté en 2008 sur DS et en est désormais à son troisième opus. C'est d'ailleurs celui-ci qui nous intéresse aujourd'hui : un certain Fossil Fighters : Frontier dont la sortie est imminente sur 3DS.

Test effectué à partir d'une version 3DS

Contrairement à un Pokémon, l'univers de Fossil Fighters tourne autour de monstres qui ont bel et bien existé : les dinosaures. L'épisode Frontier ne déroge évidemment pas à la règle. C'est ainsi que le joueur incarne un personnage – garçon ou fille – qui rêve de devenir un gardien dont le but est de s'occuper de sites de fouilles remplis de fossiles. Mais ce n'est pas tout : à bord de sa ''Fossilette'', une voiture dotée d'équipements divers, il a la possibilité de déterrer des fossiles pour ramener à la vie des dinosaures. Ainsi devenus des ''Vivosaures'', ces derniers rejoignent par la suite une équipe de combattants défendant les gardiens des dinos sauvages se baladant librement sur les sites. Petit à petit, le héros rencontre d'autres gardiens, et a la possibilité de combattre à leurs côtés s'ils deviennent ''Paléopotes'', histoire d'avoir plus de chances de survivre. Tout un programme. Lorsqu'il n'est pas au QG des gardiens à lire des dizaines et des dizaines de lignes de dialogues faisant avancer une histoire sans grand intérêt, ni à enchaîner les combats dans une arène, le joueur passe le plus clair de son temps sur les sites de fouilles. Il s'y balade librement à bord de sa fossilette et, s'il n'a pas choisi de mener à bien une mission, il fait à peu près ce que bon lui semble, même s'il a tout de même un but : trouver des fossiles.

Jurassic Park (ouais, c'était facile)

Fossil Fighters : Frontier

Afin de l'aider dans cette tâche, le joueur a droit à divers gadgets embarqués dans sa voiture. Le premier d'entre eux est un radar qui, une fois enclenché, permet de repérer les endroits où fouiller. Si le champ d'action est au départ assez restreint, il est possible au fur et à mesure de la progression de l'aventure d'acheter des équipements plus performants, moyennant finance bien entendu. Une fois un fossile repéré, il faut l'extraire. Muni de son stylet, le joueur doit alors tapoter l'écran tactile de la 3DS pour enlever toute la roche autour du précieux sésame. Deux ustensiles lui sont proposés : le premier permet de faire sauter de gros morceaux, là où le second permet d'être un peu plus précis en époussetant de petites zones. Mais dans les faits, on est bien vite tenté de seulement utiliser l'ustensile le plus destructeur, histoire de faire vite. D'autant plus que le temps pour extraire un fossile est compté. Il n'y a donc pas de temps à perdre à faire l'archéologue consciencieux, d'autant plus que se montrer rapide permet d'obtenir plus de points. Les trésors ainsi récupérés sont de deux sortes. Les premiers sont en fait des pierres précieuses qui sont immédiatement revendues pour renflouer les caisses, et les seconds sont des bouts de squelettes de dinosaures. Il suffit d'un seul bout de squelette (tête, pattes avant, corps...) pour ramener à la vie le dino ainsi récupéré. Mais, bien entendu, plus il y en a, mieux c'est.

Fossil Fighters : Frontier

Ainsi, il est fréquent de trouver un fossile déjà en notre possession, mais dont la qualité est supérieure, ce qui permet de légèrement upgrader le combattant. Tout comme récupérer l'intégralité du corps du dinosaure. Celui-ci se divise en huit morceaux, et chaque morceau débloque une attaque. En revanche, à la manière d'un Pokémon, il faut faire des choix : seules quatre attaques peuvent être équipées lors d'un combat, sur les huit disponibles. Il n'y a malheureusement pas de moyen infaillible pour savoir où se trouvent les parties manquantes de vos gentils dinos. Il faut donc se montrer patient et explorer chaque site de fond en comble, sachant qu'ils sont plus ou moins vastes, avec des endroits plus ou moins accessibles – ces derniers pouvant par ailleurs renfermer des fossiles plus rares. Ce qui se montre plus que laborieux, la fossilette étant assez lente et pas spécialement agréable à manier.

Fossilette, vivosaures et paléopotes

Fossil Fighters : Frontier

En dehors des fossiles, le joueur trouve aussi des dinosaures bel et bien vivants sur les sites : il lui suffit alors de foncer dessus pour engager le combat. En début d'affrontement, il est indiqué de quel genre est le vivosaure adverse : feu, air, terre, etc. Quelques secondes sont alors disponibles pour choisir le combattant que l'on désire, en privilégiant évidemment le genre qui aura le dessus. Par la suite, un test de vitesse se fait, le but étant de classer les dinosaures du plus au moins rapide. Si votre bestiole remporte la mise, elle a alors le droit d'attaquer en premier. Là, plusieurs choses sont à prendre en compte. D'abord, le nombre de points disponibles. Si vous en possédez 50 et que vous désirez effectuer une attaque qui en nécessite 60, vous ne pourrez évidemment pas le faire. Il s'agit de faire également attention aux postures prises par les combattants : un dino tournant le dos à son adversaire est bien entendu en position de faiblesse. Il faut donc en profiter, tout en sachant que vos combattants peuvent aussi effectuer des attaques qui les mettront dans une telle situation. Enfin, différents bonus, baptisés Tirs de Soutien, sont présents. Cela passe de l'augmentation de l'attaque à la récupération de PV en passant par une défense renforcée. Ils doivent être déclenchés rapidement avant chaque attaque, mais sont en nombre limité. S'il les utilise tous, le joueur doit aller les recharger dans une borne spécifique, contrairement à la barre de vie des combattants qui se régénère après chaque affrontement.

Fossil Fighters : Frontier

Si sur le papier tous ces éléments sont prometteurs, il n'en est en fait rien en réalité. Si le joueur décide de participer à tous les combats (il est en effet possible de tout basculer en mode automatique), il tournera vite en rond tant ils se ressemblent tous. Il n'y a pas franchement de stratégie à mettre en place, si ce n'est utiliser l'attaque qui fera le plus de dégâts et abuser des tirs de soutien, puisque ces derniers peuvent de toute façon être rechargés à l'infini sans débourser un centime. Même accompagné par des paléopotes (il est possible d'en choisir jusqu'à deux avant de rentrer sur un site de fouilles), les combats deviennent rapidement ennuyeux et tournent vite en rond. Et malheureusement, ce ne sont pas que les affrontements qui se montrent aussi rébarbatifs. L'histoire est également inintéressante, portée par des personnages clichés et fades, et la progression  est bien trop répétitive pour donner envie au joueur d'y revenir, même si plusieurs sites de fouilles se débloquent au fur et à mesure.

La préhistoire, dans le fond et la forme...

Fossil Fighters : Frontier

Clairement destiné aux enfants, ce Fossil Fighters : Frontier propose forcément une difficulté quasiment inexistante. Mais, étrangement, certains passages se montrent bien plus ardus que d'autres, notamment vers la fin du soft, qui enchaîne alors des pics de difficulté insensés. Visuellement, ce n'est pas non plus la panacée. Les dinosaures, assez peu nombreux, ont eu droit à une modélisation des plus basiques mais qui permet tout de même de les reconnaître (ce ne sont de toute façon que les plus connus, comme le T-Rex ou le Ptérodactyle), et tout le reste se montre extrêmement fade (voire même assez moche), que ce soient les environnements ou les personnages. C'est tristement cliché pour un jeu de ce genre : aussi bien les décors (prairies fleuries, canyons désertiques, plages paradisiaques...) que les PNJ (le petit gros sympa, le mec sûr de lui, la fille enjouée aux cheveux d'une couleur improbable, le vice a même été poussé jusqu'à inclure un dino ''rebelle'' qui suit le joueur, comme un certain Pikachu dans Pokémon Jaune...), il n'y a pas vraiment d'imagination dans ce soft, qui ne se démarque d'aucun autre RPG par sa direction artistique, visuelle ou sonore. Quant à la durée de vie, elle est plus que correcte (d'autant plus que du multi à 3 contre 3 en local ou en ligne est présent), mais est surtout rallongée artificiellement par le fait que le joueur doive constamment se rendre sur un site de fouilles puis revenir au QG pour faire progresser le scénario, ce qui engendre des dizaines de temps de chargement.

Article rédigé par Shauni Chan , le

Vous l'aurez compris : ce Fossil Fighters : Frontier ne convainc clairement pas. Si son principe de base pourrait plaire aux fans de dinosaures, tout le reste fait retomber le soufflé : le gameplay poussif, la progression ennuyeuse, la réalisation datée, la direction artistique cliché, la difficulté en dents de scie... Rien ne parvient réellement à éveiller un réel intérêt chez le joueur. Si vous cherchez un Pokémon-like sur 3DS, que ce soit pour vous ou pour votre petit(e) frère / sœur / cousin / cousine ou que sais-je encore, hé bien... Achetez un vrai jeu Pokémon, tout simplement. Ce n'est certes pas super original, mais au moins le gameplay suit.

Points positifs

  • Ramener les dinosaures à la vie
  • Multi en ligne et local
  • Déterrer des fossiles, c'est sympa (en tout cas pour les deux ou trois premiers)
  • Durée de vie solide...

Points négatifs

  • ...Mais principalement augmentée de manière artificielle
  • Gameplay poussif
  • Pas bien beau
  • Des pics de difficulté insensés
  • Tout est cliché et basique
  • Vite répétitif et ennuyeux
  • Rien de suffisamment intéressant pour y retourner

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires