Test : Monster Hunter Generations

Monster Hunter Generations - 3DS

Genre : Chasse aux grosses bestioles

Date de sortie : 15 juillet 2016

Genre
Chasse aux grosses bestioles
Date de sortie
15 juillet 2016 - France
Edité par
Capcom
Disponible sur
3DS
Parfois appelé
Monster Hunter X
Modes de distribution
Boutique
Nintendo eShop
PEGI
 Interdit aux moins de 12 ans

Véritable institution au Japon, grâce notamment à son mode multijoueur, la série Monster Hunter parvient petit à petit à s'imposer en Occident. Les épisodes arrivent de plus en plus rapidement en Europe, et les joueurs sont de plus en plus nombreux à répondre présent. Il aurait donc été dommage pour Capcom de s'arrêter en si bon chemin. Aussi, après un Monster Hunter 4 Ultimate qui s'est révélé être une bonne surprise, voici qu'arrive un certain Monster Hunter Generations sur 3DS.

Test effectué à partir d'une version 3DS

Mais avant toute chose, il serait peut-être bon de rappeler ce que propose la licence des Monster Hunter. Le joueur y incarne un chasseur fraîchement débarqué dans un village et dont le but est on ne peut plus clair : aller chasser du monstre avec l'arme qui lui correspond le mieux (marteau, lance, épée et bouclier, etc). Ce qui lui permet, en plus de faire le beau une fois de retour dans sa bourgade, de collecter différents matériaux destinés à améliorer ses armes et son équipement histoire de retourner sur le terrain et de s'occuper de bestioles toujours plus imposantes. Il est aussi possible de récolter des fleurs et autres pierres précieuses, ou bien de laisser ce boulot à des PNJ que se font un plaisir d'être exploités. Mais pour pouvoir s'adonner à 100% à un Monster Hunter, il faut de la patience et du temps. Déjà pour assimiler le gameplay, assez rigide et pas toujours très intuitif, mais également pour préparer correctement son avatar, les monstres ne se laissant pas avoir si facilement – si aucune barre de vie n'est là pour en témoigner, certains combats peuvent allègrement durer au-delà de 30 minutes... Si l'on rajoute à tout ça un aspect gestion ou encore le craft, autant dire que l'on ne sait pas toujours où donner de la tête. En revanche, le scénario n'est en règle générale pas bien passionnant – ce qui est d'ailleurs particulièrement vrai pour cet épisode.

Monster Hunter Generations

La chasse est réouverte

De son côté, Monster Hunter Generations tente de convaincre tout le monde, les aficionados de la série comme les néophytes, en proposant des nouveautés, mais également une bonne dose de nostalgie ou encore un gameplay plus souple. Ainsi, les fans seront certainement ravis de savoir qu'aux côtés de Bherna, le premier village hub, se trouvent trois autres petites bourgades déjà visitées dans des épisodes plus anciens et proposant des environnements différents : Kokoto, Pokke et Yukumo. Les zones de chasse offrent également leurs lots de souvenirs puisqu'une très grande partie d'entre elles provient également d'anciens opus, tout comme certains monstres qui sont de retour pour vous jouer un mauvais tour. On pense notamment au Lagierus ou encore au Plesioth, qui cohabitent avec tout de même un nouveau ''big four'' qui donnera du fil à retordre à tous les aventuriers : le Mizutsune, le Gammoth, l'Astalos et enfin le Glavius. Quatre nouveaux bestiaux imposants et plutôt réussis, que le joueur ne peut espérer battre qu'au bout de nombreuses heures de jeu, le temps de se faire à ce nouvel opus.

Monster Hunter Generations

Heureusement, et comme dit précédemment, le gameplay a été grandement assoupli et permet désormais une expérience toujours plus personnalisée. Cela passe en premier lieu par le choix d'un style de chasse, qui sont ici au nombre de quatre, et d'arts de chasse (des capacités spécifiques). Ceux qui préfèrent ne pas trop bousculer leurs habitudes se laisseront sans aucun doute tenter par le style Guilde, traditionnel et un peu touche-à-tout, il offre un large panel de coups et deux arts. Les joueurs avides d'un peu plus de vitesse se tourneront pour leur part du côté du Voltigeur qui, comme son nom l'indique, fait la part belle aux esquives et sauts. S'il ne permet d'avoir qu'un seul art, il octroie toutefois la possibilité de sauter sur les monstres, se faire un petit rodéo et les faire tomber, histoire d'avoir rapidement le dessus. Vous désirez un peu plus d'arts de chasse ? Qu'à cela ne tienne, le style Guerrier en propose pour sa part trois, mais ne dispose en contrepartie que d'un petit éventail de coups. Enfin, ceux qui ont déjà passé de nombreuses heures sur un Monster Hunter peuvent toujours tenter le style Bushido. Il ne possède également qu'un seul art, mais se repose essentiellement sur les contre-attaques brutales et nécessite donc d'avoir un certain entraînement pour trouver le timing parfait.

Monster Hunter Generations

Moi vouloir être chat

Les arts sont, pour leur part, divisés en deux catégories : les ''généralistes'' qui s'adaptent à toutes les armes, et ceux qui, au contraire, sont spécifiques à chacune. Ils sont activables directement sur l'écran tactile et ne peuvent être lancés que lorsque leur jauge dédiée est remplie, ce qui se fait en fonction des attaques lancées et des dégâts subis. Sachant qu'il y a quatorze armes (et malheureusement zéro nouveautés de ce côté-là), autant dire que les joueurs risquent déjà de perdre de nombreuses heures à tenter de trouver le style qui leur convient le mieux. Mais cela permet d'enrichir clairement le gameplay, puisque le joueur n'a désormais plus besoin de changer d'arme en fonction du monstre chassé. Monster Hunter Generations fait au contraire la part belle à la stratégie, qui se montre encore plus poussée que dans les autres opus, tout comme la personnalisation, même si cela n'empêche malheureusement pas de rapidement tomber dans une certaine répétitivité. En fait, la liberté est telle ici que le joueur peut même s'il le désire partir en chasse aux commandes d'un Félyne (ou Miaroudeur) au lieu de son bon vieil avatar. Ces derniers peuvent ainsi réaliser les quêtes classiques, mais ils disposent également des leurs. Et ils peuvent se montrer particulièrement efficaces dans certaines situations, notamment en ce qui concerne la cueillette.

Monster Hunter Generations

Ils récoltent ainsi plus rapidement, n'ont pas spécialement besoin d'outils (ce qui fait du bien au porte-monnaie) et n'ont pas de jauge de stamina, ce qui est bien utile pour détaler en vitesse lorsqu'un carnivore montre le bout de ses crocs... Si ce mode n'est clairement pas le point le plus intéressant du jeu, il reste néanmoins plutôt sympa à vivre, d'autant plus qu'il fait encore grimper la durée de vie colossale de cet épisode – surtout si l'on rajoute à cela que de nombreux chats sont à recruter et qu'ils sont divisés en plusieurs classes ayant chacunes leurs compétences propres. En version PNJ, ces félynes peuvent également servir de support durant les quêtes (avec par exemple des possibilités de soin) ou être envoyés aux quatre coins du monde histoire de farmer tranquillement. Bref, ils sont toujours plus présents, les bougres. En revanche, d'autres petites choses appréciées des joueurs ne sont pas présentes dans cette itération 3DS. Ainsi, le Rang G a disparu, tout comme le mode Furie et les Quêtes Guildes, qui proposaient un niveau de plus en plus élevé. En contrepartie, Monster Hunter Generations permet de partir à la chasse aux monstres dits Exotiques. Il s'agit en fait de sortes d'améliorations des monstres basiques, mais en version plus badass et avec des noms et couleurs différents histoire de ne pas les confondre. De quoi proposer un challenge supplémentaire à ceux qui n'en auraient pas encore eu assez...

Monster Hunter Generations

Contenu monstrueux

Monster Hunter Generations oscille donc constamment entre le nouveau et l'ancien. Il lorgne ainsi allègrement sur les anciens opus, histoire d'aller y piocher ce qui fonctionne et rapportant au passage quelques ''doudous'' qui feront plaisir aux plus vieux fans, tout en proposant tout de même quelques nouveautés bienvenues permettant de redonner un petit coup de fouet à la série. Une bipolarité qui se ressent également du côté de la réalisation de cet épisode 3DS. Ainsi, si les nouveaux environnements sont plutôt jolis et détaillés, et les monstres bien animés, les ''vieux'' terrains de chasse se remarquent du premier coup d’œil avec des décors plus vides et des textures baveuses au possible. Les temps de chargement sont par ailleurs légion, tout comme les conversations, dont certaines qui se montrent d'ailleurs affreusement interminables, surtout pour un titre proposant un scénario se réduisant à si peu (mais au moins, c'est en français, ouf). Enfin, précisons pour les amateurs de multi que le tout peut être joué jusqu'à quatre, mais qu'aucun chat vocal n'est disponible et que seules quelques phrases toutes faites sont proposées. Dommage, car cela aurait clairement permis de pouvoir construire des techniques de chasse toujours plus alambiquées.

Article rédigé par Shauni Chan , le

Si vous n'avez jamais joué à un Monster Hunter et que vous avez toujours voulu vous y essayer, Monster Hunter Generations est l'épisode qu'il vous faut (prévoyez tout de même plusieurs dizaines, voire centaines d'heures devant vous...). Et si vous êtes un aficionado, c'est également un épisode qu'il vous faut, puisque cet opus combine habilement nostalgie et modernité. Ainsi, de nouveaux monstres sympathiques sont de la partie, le gameplay se montre clairement plus approfondi grâce aux styles et arts de chasse (et aussi plus accessible) et la possibilité d'incarner un félyne se montre assez cool. A côté de ça, les nostalgiques retrouveront quelques grands monstres déjà croisés dans d'autres opus, tout comme certains villages déjà parcourus encore et encore, même si certaines choses ont été abandonnées en court de route, comme le Rang G. Dommage en revanche de voir que le multijoueur ne propose toujours pas de chat vocal et que la réalisation reste toujours assez vieillotte, voire même assez lourde.

Points positifs

  • Les styles et arts de chasse, pour un côté toujours plus personnalisé
  • Le Big Four réussi
  • La possibilité d'incarner un félyne
  • Une durée de vie colossale, forcément
  • Le côté nostalgique (villages, monstres...)...

Points négatifs

  • Forcément répétitif
  • Pas de chat vocal en multi
  • Pas de nouvelles armes
  • Interface lourde
  • … Mais qui fait quand même un peu recyclage

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires