Xbox One : bilan de la conférence

Xbox One : bilan de la conférence

Dans Reportage, par Pattoune le 22 mai 2013

Cette fois c'est bon, Microsoft ayant sorti la sienne, le concours de bites peut enfin démarrer. Et sa conférence d'annonce, le constructeur américain a opté pour la stratégie exactement opposée à celle de son principal concurrent, nous montrant la Xbox One, car tel est son nom, dès le début de la conférence. Si cette manœuvre à le mérite de combler une partie des attentes de l'audience, d'un autre côté, il aurait été plus judicieux de garder cette carte pour la fin de la conférence, histoire de garder un peu le mystère. De plus, cela aurait été une bonne occasion de lancer une petite pique bien sentie à Sony sur leur présentation de février. Mais non, au lieu de cela, on fini sur un énième Call of Duty.

Après la séance d’auto-congratulation qui ouvre traditionnellement ce genre d'événement, Don Mattrick nous dévoile donc la machine, et son nom par la même occasion. Là dessus, il nous explique la volonté qu'a la firme de faire de la Xbox One un appareil tout en un, d'où le « one ». En gros, on pourra jouer, regarder des films, écouter de la musique, et même regarder la télévision en passant par la plateforme de Microsoft. Et, si l'on en croit la démonstration faite sur scène, le tout se fera de manière très fluide, via une version évoluée de Kinect, dont la reconnaissance vocale a été, semble-t-il, largement améliorée. Et c'est là justement que se situe le hic. Souvenez-vous de 2010, du rêve qui nous avait été vendu avec le Projet Natal, et de la cuisante déception que fût Kinect. On ne se fera pas avoir deux fois car, comme Emile a galéré pour le dire : « on peut tromper une fois mille personnes, mais on ne peut pas tromper une personne mille fois. » Du coup, cette démonstration nous a paru trop parfaite pour être honnête. Au niveau des fonctionnalités intéressantes, on a pu voir le Snapbox à l'oeuvre. Celui-ci n'est ni plus ni moins que le multitâches. Alors qu'on regarde un film, on peut très facilement faire des recherches sur internet et s'acheter deux ou trois bricoles en ligne. De même, on peut regarder un match tout en discutant avec un pote sur Skype. Les possibilités ont l'air vraiment intéressantes, de part la grande fluidité de l'ensemble. Il faut maintenant voir comment cela sera exploité d'une manière générale. Le Smartglass sera également de la partie, fort de son succès sur Xbox 360. Dans l'absolu, rien ne nous a été spécifiquement montré. Mais les plus attentifs auront remarqué un des intervenants interagir avec la machine via son smartphone, dont l'écran était dupliqué sur celui de la Xbox. Là encore, et même si elle n'est pas nouvelle, la fonctionnalité est intéressante. Cependant, la duplication de l'écran du Smartphone n'est pas forcément pertinente suivant les situations. Il serait bien vu de la part de Microsoft de laisser la possibilité aux utilisateurs de la désactiver. Mais la fonction la plus sympa qui nous a été dévoilée, est la section Trending de l'O.S., qui affiche à l'écran les contenus les plus consultés et appréciés par la communauté, ou plus spécifiquement, par ses amis. Dans le même ordre d'idée, la machine reconnaîtra nos contenus favoris et nous en proposera d'autres en conséquence. Le moment est venu d'étudier les entrailles de la bête. Nous avons donc un processeur à 8 coeurs, avec 8 Go de mémoire vive, un disque dur de 500 Go et un lecteur Blu-ray. Notez enfin que pour ce qui est des connectiques, on aura droit à de l'USB 3.0 et de l'HDMI. Il sera également possible de connecter la machine à internet grâce au Wi-Fi, via la norme 802.11n, pour ceux à qui ça parle. C'est bien beau les chiffres, mais c'est encore mieux de voir comment ils se traduisent à l'image. Et c'est justement là, sur le plus important, que le bât blesse. Certes, on savais que l'essentiel des jeux seraient dévoilés durant l'E3. Mais on pensait tout de même voir un peu de gameplay. Seulement Microsoft s'est montré particulièrement radin à ce niveau là. Ceci étant dit, quelques annonces ont tout de même été faites. Ainsi Electronic Arts a déboulé sur scène pour nous parler de son nouveau moteur, Ignite, qui fera tourner les prochains Fifa, Madden, NBA Live et UFC. On a eu droit a un joli trailer, plein de ralentis bien comme il faut, mais aucune image dont on est sûr que ce soit du gameplay. Et ce ne sont pas les vidéos de Forza Motorsports 5 et de Quantum Break qui vont arranger les choses. Encore une fois, c'était de bien belles vidéos, mais pas de gameplay à l'horizon. Il faudra attendre la toute fin de la conférence, et le trailer de Call of Duty : Ghosts pour avoir un aperçu furtif de ce que la machine a dans le ventre. Mais avant ça, on a du se farcir l'intervention du CEO d'Activision, qui se gaussait d'avoir un nouveau moteur pour cet épisode. La moindre des choses qu'on puisse dire, c'est qu'il était temps. Dans les faits, ce qu'on a vu était plutôt joli, mais ça tuait pas la gueule non-plus, loin de là. Pour tout vous dire, ce qu'on a vu n'était pas franchement plus beau qu'un Battlefield 3.

Pour résumer, bien que riche en information, cette conférence fût largement décevante. En effet, elle a échoué sur l'essentiel : nous faire rêver. Et les raisons de cet échec sont multiples. Tout d'abord, on est resté sur notre faim en ce qui concerne les jeux, d'autant plus que Quantum Break mis à part, tous ceux montrés ici étaient attendus, et donc, pas surprenants, pas dépaysants. On nous a bien promis 15 titres exclusifs, dont 8 nouvelles licences, mais en l'absence d'annonces concrètes, nous devons rester dubitatifs (vous avez dit Kinect ?). Ensuite, on a eu l'impression que les gars de chez Microsoft se la sont joués pépère avec cette conférence, leur machine ne proposant rien de vraiment révolutionnaire. Pire encore, la démonstration de Kinect pouvait donner l'impression qu'on nous prenait pour des cons, pour les raisons citées plus haut. Mais on va tout de même leur accorder le bénéfice du doute. Le nouveau Kinect est peut-être bien après tout. Et puis nous les soupçonnons fortement de nous préparer une conférence pré-E3 de folie. En tout cas, il vaut mieux pour eux. Parce que pour l'instant, c'est Sony qui mène la danse. Et ce n'est pas la série Halo, produite par Steven Spielberg en collaboration avec 343 Industrie qui va changer la donne.

Commentaires