Paris Games Week, premières impressions et photos

Paris Games Week, premières impressions et photos

Dans Reportage, par JoKeR le 28 octobre 2010

Avec toutes ces histoires de SELL, de FJV, de MGS, on peut effectivement constater que c'est le bordel des salons en France. Alors à quoi s'attendre pour cette Paris Games Week qui a littéralement squeezé ses concurrents ? Cela en valait-il la peine ? Alors que le salon bat son plein, voici un début de réponse en observant l'organisation générale et la tronche des stands.

Pour cette première édition de la Paris Games Week, c'est le Hall 1 du parc des expositions de la porte de Versailles qui a été réquisitionné pour accueillir l'événement. C'est à dire que c'est le plus grand, pour les non initiés, en fait. Bref, un bien bel espace et pourtant, on murmure déjà que deux halls seront réservés dès l'an prochain pour accueillir la prochaine édition. Mais il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs, alors avant d'évoquer l'existence de la prochaine Paris Games Week, tentons de savoir si celle-ci vaut le coup...

Bel espace pour Assassin's Creed Brotherhood !
Bel espace pour Assassin's Creed Brotherhood !

Pour le moment, et probablement jusqu'à samedi, ce salon est une très très très bonne surprise. Pourquoi ? Parce que les éditeurs ont mis les petits plats dans les grands pour se mettre au service des joueurs, et uniquement des joueurs. Bien sûr, il y a eu une soirée V.I.P. pour accueillir la presse et quelques privilégiés (3000 personnes tout de même) mais même le jeudi après-midi, ouvert au grand public, on avait la curieuse impression de pouvoir circuler librement. L'affluence du week-end changera probablement la donne, mais il y a tout de même une vraie volonté d'offrir de la place aux joueurs, avec de grandes allées, contrairement à un Festival du Jeu Vidéo qui a très souvent agacé ses participants. En observant les stands, il faut avouer quelque chose d'incroyable : il y a des airs d'E3 en France. En effet, les éditeurs ont décidé de frapper très fort en offrant aux visiteurs des stands d'un gigantisme pas encore atteint par les autres salons français, et même européens puisque la Gamescom n'accueillait que très peu de stands véritablement réussis. Ici, tous ou presque montrent une sacrée volonté de bien faire.

Hey, mais c'est Titia pour GT5 !
Hey, mais c'est Titia pour GT5 !

Les éditeurs proposent donc du gigantisme, oui, mais au service des joueurs. Le plus impressionnant est sans conteste Sony, qui a réservé pas moins de 1200m² d'espace dans cette gigantesque enceinte. Rappelons tout de même que Georges Fornay, président de Sony France et Vice-Président de Sony Europe, porte aussi la casquette de président du SELL. S'il est vrai que son espace est une pure folie, on l'entendra pourtant faire plusieurs déclarations à la presse en citant la présence de Kinect, pourtant concurrent direct du PSMove. On veut prouver avec ce salon que les éditeurs sont concurrents, mais aussi fédérés et solidaires. Les événements vidéoludiques, contrairement aux autres pays, n'étaient pas organisés en France par le Syndicat des éditeurs, c'est donc un juste retour des choses qu'ils reprennent la main.

Hey mais c'est Philippe Manoeuvre !
Hey mais c'est Philippe Manoeuvre !

Mais reparlons des stands et de cette volonté évidente de plaire aux joueurs de la part des éditeurs. Chez Sony, c'est donc une véritable petite ville qu'on nous offre. Des passeports y sont d'ailleurs distribués, permettant de participer à un concours où vous pourrez repartir avec une voiture de course, rien que ça. Vous pouvez aussi vous faire contrôler par la police, des babes incroyablement bien faites niveau graphismes. Et niveau gameplay, on aimerait bien essayer. Sony, s'il est visiblement l'éditeur qui a le plus misé sur ce salon, n'est clairement pas le seul à avoir décidé d'assurer. On retrouve un gigantesque stand Kinect et Gears of War 3 en mode V.I.P. pour Microsoft (qui n'a que très peu été jouable jusqu'ici). SEGA offre des présentations de son nouveau Yakuza, et TRON est jouable, tout comme Epic Mickey chez Disney. Le stand d'Ubisoft est splendide, avec Assassin's Creed Brotherhood mis en avant, et quelques bornes Kinect permettant, entre autre, d'apprécier la nullité de Fighters Uncaged. EA a fait venir sa grosse voiture et des tas d'ordis pour tester NFS, quant à Activision, l'éditeur offre la possibilité aux joueurs de tester à peu près toutes ses nouveautés, de Call of à Golden Eye, en passant par Bloodstone.

DJ Heroïnes
DJ Heroïnes

Ce qu'on retiendra surtout de ce salon, pour le moment bien sûr, c'est le souci des éditeurs de faire plaisir au joueur et de le mettre à contribution. C'est incroyable à quel point chaque éditeur a décidé de mettre en valeur les visiteurs. Chez Sony, on peut entrer dans une Audi TT et jouer à GT5, avec la voiture qui bouge dans tous les sens. On peut se faire remettre une perruque ridicule et se la faire coiffer pendant qu'on teste les nouveautés de cette fin d'année, on peut tirer des buts et se faire mesurer la vitesse de frappe par une babe sexy, une salle de cinéma 3D vous attend pour montrer ses meilleures nouveautés, etc... Kinect vous offre la possibilité de sauter sur un trampoline pour se faire tirer le portrait en plein air. Ubisoft vous accueille sur scène pour danser sur Michael Jackson... Tout est à disposition pour se faire chouchouter. Vous pouvez même poser aux côtés d'une héroïne de télé-réalité pour Fable 3, ou encore à côté de Titia, la babe d'Ardisson, du côté de GT5... Bien sûr, impossible d'évaluer l'affluence du week-end, mais force est de constater que cette Paris Games Week est des plus qualitatives. Quelques exclus jouables, des tas de stands géniaux, il ne manque très sincèrement que les annonces coup de poing pour que l'événement se transforme en mini-E3.

Le prochain Hitman enfin annoncé ! Ou pas...


Images de Paris Games Week - Evénement

Une chose est sûre, les éditeurs ont fait les choses bien. Du gigantisme, quelques exclus jouables mais surtout le souci de faire plaisir aux joueurs. Une sorte d'E3 pour les non-professionnels en somme. Grosse ambiance, bonnes nouveautés, quelques exclus, quelques Peter Molyneux et autres Warren Spector... Un bel effort que cette Paris Games Week, qui a su tirer l'expérience des MGS et Festival du Jeu pour offrir une prestation des plus qualitatives. On a hâte de voir les retombées et les prochaines éditions...

Commentaires