Test : Dragon Quest VI : Le Royaume des Songes

Dragon Quest VI : Le Royaume des Songes - DS

Genre : RPG

Date de sortie : 20 mai 2011

Genre
RPG
Date de sortie
20 mai 2011 - France
Développé par
ArtePiazza
Edité par
Square Enix
Disponible sur
DS
Parfois appelé
Dragon Quest VI, Dragon Quest : Realms of Reverie
Site officiel
Site officiel

La sortie d’un Dragon Quest pour un amateur de RPG japonais est toujours très attendue. D’autant plus quand l’amateur est lui-même Japonais. La série de RPG a même au pays du Soleil Levant plus de succès que Final Fantasy et la folie des gluants n’épargne aucun œil bridé. Mais pourquoi un tel englouement ? C’est encore toute engluée que je vais tenter de vous l’expligluer avec ce Dragon Quest VI.

 
 
Depuis Dragon Quest VIII sorti en France en avril 2006, la série du célèbre RPG japonais a enfin adopté notre continent. Longtemps ignorée par les joueurs occidentaux qui n’avaient d’yeux que pour Final Fantasy, cette série mérite amplement le succès qu’elle connaît de nos jours. Dragon Quest IV et V n’avaient pas eu la chance de sortir sur notre Super Nintendo européenne mais l’erreur a été réparée lors de leur portage DS en septembre 2008 et en février 2009. Avec le succès qu’a connu l’épisode IX sur DS l’été dernier, il était donc normal de voir débarquer sur nos terres, Dragon Quest VI qui clôt la trilogie des DQ sur Super Famicom, ou Super Nintendo pour les Européens. L’épisode a comme ses prédécesseurs, j’ai nommé IV et V, été revu à la hausse graphiquement pour satisfaire nos beaux yeux de puristes du XXIème siècle. Le reste est brut et original et toujours aussi génial de nos jours.

Le gluant moucheté et la gluante.

Dragon Quest IV était super, Dragon Quest V était encore mieux, Dragon Quest VI, en suite logique, est, oui, il faut l’avouer, encore encore mieux ! Alors c’est peut-être et certainement très personnel mais à chaque nouvel épisode, c’est une nouvelle claque que je me prends. On retrouve toujours l’univers de Dragon Quest, son gameplay, sa musique toujours aussi fantasque, ses graphismes (ô maître Akira Toriyama !)… Il n’y a pas grand changement de ce côté-là. Pour ceux qui n’ont jamais joué à un seul soft, et j’espère sincèrement qu’ils vont corriger ce manque, sachez que Dragon Quest est un RPG japonais des plus standards. On va dans un village, on nous redirige vers un donjon (souvent une grotte), on bat le boss, on retourne au village, on a notre petit cadeau, et hop on repart dans une nouvelle ville. Répétitif ? Peut-être mais ça serait là oublier la plus grande qualité de ces jeux : l’histoire. Ainsi, la trame de fond est souvent très prenante et toutes les quêtes que vous avez débordent d’humour. Ce qui est sûr, c’est qu’on ne peut jamais savoir à quoi s’attendre et qu’on ne nous demandera pas à chaque fois d’aller sauver un illustre paumé dans une caverne infestée de monstres. Qui plus est vous ne tournerez pas tellement en rond à faire du level-up pendant des heures car le jeu a été merveilleusement bien pensé et vous évoluez naturellement (si vous ne fuyez pas vos combats, bande de lâches !) juste comme il faut. Et ça c’est bien agréable ! Et puis les combats ont toujours quelque chose d’amusant car il faut voir la gueule des monstres qui se pointent sur votre route ! Et je ne vous parle même pas de leur nom… Ainsi, dans ce nouvel opus, célébrons ensemble l’arrivée de nouveaux gluants dont la gluante et le gluant moucheté qui vaut le coup d’œil ! Bon l’éternel défaut des combats, c’est qu’on reste en vue subjective et qu’on ne voit pas nos personnages se battre. Cela dit, on s’y fait vite.

Entre rêve et réalité, votre coeur doit balancer

Maintenant que vous situez un peu le jeu, on va pouvoir un peu passer aux choses sérieuses. L’énorme atout de Dragon Quest VI et qui mérite à lui seul son achat, c’est son histoire ! De tous les épisodes sortis en France, il est certainement celui qui possède la meilleure trame. Au départ, ça ne paye pas de mine. Vous devez vaincre un éternel méchant nommé Meurtror qui est donc pas gentil du tout. Mouais ok. Mais le jeu avance et vous vous rendez compte que deux mondes existent. L’un est celui du rêve, l’autre celui de la réalité et vous allez en permanence switcher entre les deux (très facilement après quelques heures à l’aide de votre magie "téléportation"). Là ça devient intéressant ! Et le jeu, sans trop spoiler, prend une toute autre dimension et vous met littéralement sur les fefesses au bout d’une dizaine d’heures. Là vous réalisez toute l’ampleur de l’histoire mise en place alors que vous vainquez, à 1/4 du jeu, ce fameux Meurtror. Finalement, sa mort n’était aucunement le but de votre quête et l’histoire prend alors une tout autre dimension. C’est juste génial. Le jeu s’agrandit également alors que vous acquérez un bateau (et une île flottante dirigeable dans le monde des rêves !) qui vous permettra d’explorer bien plus les deux grandes cartes du jeu. Vous aurez même ensuite un lit volant pour vous déplacer. Dans Dragon Quest, on ne se prend pas au sérieux, cela est un fait ! Vous aurez donc deux mondes à explorer, c'est à dire deux cartes et donc beaucoup de contenu ! Vous en aurez ainsi pour une quarantaine d’heures pour faire le jeu linéairement. Les missions annexes ne sont pas nombreuses (il y a bien sûr toujours l’éternelle quête des mini-médailles) mais peuvent rajouter encore quelques heures de jeu aux plus passionnés d’entre vous. Ce qui est intéressant dans cet opus, c’est d’ailleurs de chercher certains gluants que vous pourrez intégrer à votre équipe, à la manière d’un Pokemon, ou plus précisément d’un Dragon Quest Monster Joker. De plus, quelques mini-jeux sont présents dont un jeu de curling à faire au stylet, histoire de vous rappeler que vous jouez tout de même sur une DS, l’écran tactile étant inutilisable et inutile le reste du temps. Enfin, Dragon Quest VI se démarque également par un système de classes qui intervient assez tardivement dans le jeu mais qui l'ouvre à différentes possibilités de stratégies. Vous avez donc de quoi profiter longuement de cet excellent jeu !

Article rédigé par mumutte , le

Dragon Quest s’illustre donc à nouveau brillamment à travers ce nouvel épisode que nous avons enfin la chance de savourer grâce à ce portage DS. Cet épisode présente une histoire très travaillée et riche en rebondissements. Qui plus est c’est beau, c’est drôle et c’est facile à prendre en main ! Si vous aimez les RPG et même si vous n’aimez pas, vous ne sauriez passer à côté de cette petite merveille !

Points positifs

  • L’histoire !!!
  • L’humour
  • Les monstres
  • Akira Toriyama

Points négatifs

  • Légérement répétitif

Commentaires