Test : Le Seigneur des Anneaux : L'Age des Conquêtes

Le Seigneur des Anneaux : L'Age des Conquêtes - DS

Genre : Action / RPG

Date de sortie : 16 janvier 2009

Genre
Action / RPG
Date de sortie
16 janvier 2009 - France
Développé par
Pandemic Studios
Edité par
Electronic Arts
Disponible sur
DS, PC, PS3, Xbox 360
Site officiel
Site officiel

Ahhh, le Seigneur des Anneaux !! Une licence unique, fondatrice de toute une culture populaire médiévalo-fantastique moderne. Alors pourquoi ne pas recevoir avec joie une nouvelle tentative de décérébration de masse ? Pourquoi pas, quand on connaît le pouvoir séducteur de l'univers… C'est au tour de la DS d'avoir son épisode presque rien qu'à elle. Entre stratégie tactique et RPG, la couleur semble clairement annoncée. Vous avez dit "couleur" ?!

 
 
Le seigneur des anneaux sur DS, c'est avant tout une sorte de grosse baston médiévale sur fond d'héroïsme et de bravoure. Vous allez ainsi incarner différentes classes de personnages, dans des batailles tout ce qu'il y a de plus épique (ou pas !! )... Capturer, combattre et vous faire venir en aide, telles sont les règles de base de vos futurs affrontements. Dès qu'un des deux camps ne peut plus appeler de renforts, la partie est terminée. C'est simple et efficace...

Acte 1 : les présentations

Un univers aguicheur : la terre du milieu.
Une histoire parfaitement banale.
On peut incarner six races différentes et quatre classes de personnages.
Une esthétique incompréhensible.
Des combats poussifs, sans intérêt.
Des musiques bien orchestrées qui relèvent le niveau.
Un héroïsme perclus de mauvaises idées, mais de bonnes intentions.

Acte 2 : Le gameplay

Une action confuse.
Des bugs à répétition.
Un écran tactile mal calibré et peu précis.
La possibilité d'utiliser les boutons... qui ne rendent pas l'action plus "ergonomique" pour autant...
Un choix de vue discutable, qui entraine une visibilité médiocre.
Une profondeur de jeu inexistante.
Bref, un gameplay aux petits oignons… Les oignons, ne seraient-ce pas les trucs que l'on peut avoir sur les pieds, qui ressemblent à rien et des quels émanent un léger arôme ?!

Acte 3 : L'histoire du verre à moitié vide

Une intelligence arificielle déplorable pour un jeu de stratégie.
Des ralentissements exaspérants.
Un mode multijoueur multi cartouches.
L'âge des conquêtes n'est pas encore arrivé, avec une aventure d'environ 5 à 6 heures.
Pourquoi avoir choisi la 3D quand on est pas foutu de maîtriser la notion même d'optimisation ?
Comment peut-on en arriver là ?
Comme dirait un certain Gandalf : "Fuyez, pauvres fous !!"

Article rédigé par elf , le

Les fourbes, ils auront tout essayé ! Ils auront tenté de nous refourguer le monument de Tolkien à toutes les sauces. Mais cette fois-ci difficile de dire avec quoi la marier. Entre mélange de genres douteux, aprêté d'une esthétique ratée et amertume de l'entourloupe, inutile de dire que l'indigestion n'est pas loin. Des graphismes mal calibrés qui s'imposent facilement comme un cas d'école des mauvais choix colorimétriques, le tout réhaussé par une intelligence artificielle à la ramasse qui n'a d'intelligence que le nom… Vous avez dit : "jeu de stratégie" ?! ... "Arnaque monumentale" ou "jeu calamiteux" seraient plus appropriés !

Points positifs

  • La jaquette plutôt réussie
  • Les musiques

Points négatifs

  • Le reste du jeu

Commentaires