Test : Maestro ! Green Groove

Maestro ! Green Groove - DS

Genre : Jeu de rythme DSiware

Date de sortie : 02 juillet 2010

Genre
Jeu de rythme DSiware
Date de sortie
02 juillet 2010 - France
Développé par
Pastagames
Disponible sur
DS

Dans le domaine des jeux musicaux, à en croire le gros de la production, il semblerait qu'il soit bien difficile de créer la surprise. Maestro est pourtant l'un d'eux. Sans révolutionner le genre, il apporte suffisamment de fraîcheur pour être considéré. Loin d'une masse calamiteuse de Looney Tunes : Cartoon Concerto, Princess On Ice, High School Musical, Kira Kira Pop Princess et j'en passe, et pour seulement 5 euros sur le service DSiware, avec Green Groove le risque s'avère tout relatif.

 
 
Le concept de Maestro ! Green Groove est simple (et pour ceux qui ont joué à Maestro ! Jump in Music, cela leur rappellera des souvenirs, puisqu'il s'agit pour ainsi dire de la même chose, en format boite...). Prenez un jeu de rythme, l'esthétique d'un jeu de plate-forme, une bande-son connue de tous et un stylet. Je crois que tout y est. Pour la musique, de grands classiques sans surprises feront bien l'affaire. Pour l'esthétique, comme c'est malheureusement trop souvent le cas, on met de petits animaux jouflus et colorés (ça passe partout). Bref, sous ces aspects, Maestro y va avec des pincettes et ne prend surtout pas le risque de briser les codes. En gros, Maestro ! Green Groove est un jeu de plate-forme rythmique sans le côté aventure de la plate-forme, ni le contenu qu'on est en droit d'attendre d'un jeu de rythme. Notre pingouin survole l'univers des jeux de rythme avec sa bulle protectrice de fraîcheur.
 

Pas mal quand même...

Côté fraîcheur, seul le gameplay de Green Groove fait honneur au petit studio de Pastagames. Avec votre stylet, vous faites évoluer votre petit pingouin rose sur des cordes. Vous pouvez le faire sauter en pincant les cordes comme celles d'une guitare, en faire vibrer indépendamment ou bien exploser de petites bestioles disgracieuses ; le tout en rythme et riche d'une excellente précision. Sur votre chemin, il vous faudra ramasser de petits objets afin de gonfler votre score. La difficulté des niveaux devient vite d'un intérêt certain pour tous ceux qui veulent faire du scoring. Et à part ça ? Et bien pas grand chose. Une fois les morceaux découverts, vous n'aurez pas grand chose à vous mettre sous la dent. Et même si dès les premières minutes, ceux qui aiment les jeux de rythme pas trop conventionnels, voire même rafraîchissants, ne seront pas déçus, cette nouvelle expérience rythmique au stylet ne se nourirra que de ses propres défauts (boss sans challenge, de rares musiques entrainantes, un contenu rachitique, l'absence de multijoueur ou encore de contenu téléchargeable...).
 

Article rédigé par elf , le

L'intention était louable : creuser dans l'univers des jeux de rythme et trouver une approche divertissante. Du côté de la réalisation technique, Pastagames a fait un travail remarquable, répondant aux exigences du genre rythmique, soit une bonne fluidité, un minimum de frustration et une technicité des plus intéressantes. Mais Maestro restera pour certains d'entre nous une expérience de plus dans le monde impitoyable du jeu de rythme. Son histoire bien trop courte, à peine une petite heure pour voir le bout de l'aventure (soit une quinzaine de titres) et son manque de challenges motivants en rebutera plus d'un. Mais comme tout jeu de rythme, tout ne tiendra qu'à la rejouabilité que les joueurs voudront bien lui accorder en fonction de leurs affinités et des différents modes de difficulté. Il aurait mérité plus de contenu, plus de variété, plus de subtilité, plus de partage... bref, plus d'ambition ! Bien que cela n'entâche pas vraiment ses réelles qualités ludiques.

Points positifs

  • Un concept intéressant
  • Une réalisation maîtrisée
  • Une réadaptation sonore réussie
  • Certaines adaptations au challenge relevé
  • Le design des personnages

Points négatifs

  • Pas assez de musiques
  • Pas de multijoueurs
  • Une playlist sans surprise
  • Le contenu
  • Un goût d'inachevé
  • La modélisation 3D médiocre

Commentaires