Test : Project Rub

Project Rub - DS

Genre : Séduction

Date de sortie : Mars 2005

Genre
Séduction
Date de sortie
Mars 2005 - France
Développé par
Sonic Team
Edité par
Sega
Disponible sur
DS
Site officiel
Site officiel

Issu de la première génération des jeux DS, Project Rub est un de ces fameux titres exploitant à outrance les possibilités offertes par la nouvelle portable de Nintendo. Frottez, soufflez, touchez, criez... Comme le dit si bien le verso de la jaquette, mais il nous en faudrait quand même un peu plus pour nous happer de longues heures devant nos deux petits écrans.

 
 
Dans Project Rub, vous incarnerez un jeune peloy, prêt à tout pour draguer la fille de ses rêves. Malheureusement, avec sa coupe Robert Hue, les choses vont être plus difficiles que prévu, et ce sera bien évidemment à vous d'influencer le destin pour pouvoir vivre le Happy End tant attendu. (...) Mais noooon, ils ne se font pas tous découper en morceaux par un méchant psychopathe armé d'un cure dent à la fin du jeu ! Rah ces jeunes aujourd'hui, ils ne pensent qu'à la violence dans les jeux vidéo.
 

Comme Wario Ware, mais en différent

Votre progression dans cette formidable épopée se fera par le biais de nombreux mini-jeux dans lesquels toutes les possibilités de la DS sont exploitées. Cela va du simple jeu où il faut agiter le stylet dans tous les sens à des épreuves plus originales où il vous faudra par exemple souffler sur votre console. D'ailleurs j'en profite pour signaler aux profanes que non, ce n'est pas l'écran tactile qui permet de faire ce genre de choses, mais le petit micro de la DS.
Ces jeux mettent en scène des situations plus farfelues les unes que les autres. Ainsi, ne soyez pas surpris si dès le début de l'aventure, vous devrez faire vomir Robert en faisant sortir des poissons de son estomac. Ensuite, vous devrez rouler sur une poutre en monocycle, mettre le feu à une plante carnivore, repousser un troupeau de taureaux, et j'en passe et des meilleures. Bien sûr, les développeurs ont tenté de créer un fil conducteur afin de préserver un minimum de cohérence dans cet univers déjanté. Ainsi, chaque mini-jeu est introduit par une "cinématique" résumant brièvement comment notre peloy en est arrivé là.
 

Les fins fonds du soft

Wario... heu Project Rub propose aussi d'autres modes de jeu, assez anecdotiques, mais permettant de rallonger artificiellement la durée de vie. On compte un mode "Folie" dans lequel vous pourrez choisir le look de la fille de vos rêves. Comme toujours, les possibilités s'étofferont au fur et à mesure de votre progression dans le jeu, afin de pouvoir davantage la personnaliser. Une fois cette dure tâche accomplie, vous pourrez alors vous amuser à la tripoter grâce au stylet.
L'autre mode de jeu permet tout simplement de rejouer aux mini-jeux, en vous épargnant du mode scénario. Sympa, mais sans aucun intérêt tant qu'on n'a pas fini le jeu... ce qui sera pourtant rapidement le cas, car ne comptez pas passer quelques nuits blanches à explorer Project Rub : les 29 mini-jeux sont vite parcourus et en quelques heures, vous devriez avoir tout bouclé. Dommage.
 

Spectacle son et lumière

Niveau réalisation, les développeurs ont opté pour un style très particulier et assez novateur. Les personnages apparaissent sous la forme de silhouettes et le look général paraît simpliste, même si l'ensemble reste tape à l'oeil grâce à de nombreuses couleurs. L'animation demeure par conséquent toujours fluide et ce design permet de s'imprégner rapidement de l'ambiance si particulière qui règne dans le jeu.
L'aspect sonore confirme la tendance déjantée de Project Rub : vous entendrez régulièrement des petits cris idiots, les bruitages sont tous plus loufoques les uns que les autres, tout comme la musique. Une façon intéressante d'exploiter la DS sans risquer d'être confronté aux limitations techniques.
 

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

Project Rub est donc un petit jeu sympa, à la durée de vie malheureusement trop courte. Le titre de Sega met le doigt sur le problème des premiers jeux DS : on a finalement l'impression que les développeurs essaient de coller au cahier des charges de la console de Nintendo, mais sans réussir à réaliser un grand jeu, long, profond, tout en exploitant le stylet, le micro et les deux écrans. Espérons que la seconde génération de jeux change la donne...
Quoi qu'il en soit, Project Rub reste à mon goût un peu cher (40 €) pour justifier ce qu'il propose, donc essayez plutôt de le trouver d'occasion.

Points positifs

  • La DS exploitée à fond
  • Le style graphique, original
  • L'ambiance déjantée

Points négatifs

  • Trop court
  • Finalement trop simpliste, pas assez creusé

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

32 ans | Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires