Test : Children of Mana

Children of Mana - DS

Genre : Action-RPG

Date de sortie : 12 janvier 2007

Genre
Action-RPG
Date de sortie
12 janvier 2007 - France
Développé par
Square Enix
Edité par
Nintendo
Disponible sur
DS
Parfois appelé
secret of mana ds
Site officiel
Site officiel

Take up sword, flail, bow, and hammer, and strike back at the evil that corrupts the heart of Mana. Ben quoi, je lis le résumé en anglais si je veux ! Bref, tout ça pour dire que la suite du meilleur RPG que j’ai connu arrive enfin, et croyez-moi, ça vaut le coup. Quoi qu’on en dise, ce Mana là arrive à temps, il fait du bien partout là où il passe, ou presque.

 
 
Le monde d’Illusia est devenu dangereux. Rappelez-vous, à l’époque le monde avait été sauvé grâce à l’Epée de Mana, une légende raconte qu’il s’agit d’un jeune homme et d’une fille qui s’en seraient chargés. C’était le calme absolu, il régnait sur l’Ile d’Illusia sur laquelle est l’arbre Mana (non, pas Mojo, c’est dans un Action-RPG avec un lutin déguisé en Robin des Bois) mais il se passe d’étranges choses à nouveau, et par chance, nous sommes là. On va diriger un personnage parmi quatre héros ayant chacun leurs points forts et points faibles. Secret of Mana est sorti en 1994 sur Super Nintendo. Vous souvenez-vous de sa durée de vie, son gameplay fabuleux, son univers immense et j’en passe ? Il est devenu si mythique qu’il a donc été difficile pour Square Enix de faire mieux. Face à un tel monument, il vaut mieux essayer d’en faire une suite modeste ou avec un contenu légèrement différent. Les développeurs ont choisi ces deux solutions.
 

Action-RPG mon cul, ouais !

C’est parti pour le paragraphe CGT, ou je revendique mon droit de joueur et dans lequel je chie sur pas mal de choses. Alors, depuis des lustres, depuis qu’il est sorti au Japon, aux States, on nous présente Children of Mana comme un Action-RPG comme on les aime, à l’instar d’un Zelda ou de Secret of Mana l’original, le grand, le beau, le vrai, le plus meilleur. Mais que nenni ! D’abord, c’est quoi un Action-RPG classique ? C’est un RPG dans lequel on évolue avec une quête principale, des quêtes secondaires, des donjons à explorer, des villages avec auberges, armureries et j’en passe et dans lequel les combats sont en temps réel, pas comme dans un Final Fantasy par exemple. Dans Children of Mana, on pourrait appeler ça (d’ailleurs, tout le monde l’a déjà fait) un Dungeon-RPG, puisque vous passerez votre vie dans les donjons. Le point central, c’est le village, le seul, l’unique. Si vous en sortez, c’est forcément pour aller dans un donjon et nulle part autre. C’est assez dommage, la liberté de mouvement et d’action se voit énormément réduite, et la linéarité lui pique la place dorée. L’avancement du jeu est donc aussi simple qu’une énigme de Nancy Drew, un donjon, le village, un donjon, le village, un donjon, le village, etc. Du coup, vous divisez la durée de vie estimée par deux, tout comme votre plaisir de jeu.
 

Mais bon, y a quand même des trucs bien

Si sur ces derniers points, les développeurs ont carrément déconné, sur le reste, ils ont bien bossé. Les combats sont d’ailleurs dynamiques et très prenants. Le personnage principal que vous dirigerez est armé d’une épée et d’un grappin, et il possèdera d’autres armes lors de son avancée dans le jeu, comme l’arc. La maniabilité lors des combats est exemplaire, on peut taper à gauche, à droite, en haut, en bas et aussi en diagonale, et lors d’un combo on peut se retourner pour le terminer sur l’adversaire de derrière. Les ennemis ne font pas de cadeaux, et sont en nombre. Mais vous ne serez pas seul, une simple pression sur B et vous invoquerez l’un des huit esprits élémentaires qui vous accompagnera partout (pour en changer, ça se passe comme toujours dans LE village) et qui fait pas mal de dégâts selon ses aptitudes. Le Salamandre est très bon mais l’esprit des Ténèbres fait comme son nom l’indique des choses pas gentilles autour de lui. On a donc des combats d’une rare intensité avec des boss parfois robustes mais on avance assez aisément quand on sait jouer à ce genre de jeu aux combats assez nerveux, au final.
 

Mana toi-même, d’abord !

Si la durée de vie est moyenne, l’histoire vous tiendra tout de même pas mal d’heures en haleine. Elle est d’ailleurs bien ficelée, à défaut d’être originale, mais ce n’est pas ce qu’on demande. Les graphismes sont superbes, très colorés, les différents effets sont stylés, un des plus beaux jeux de la DS à ce jour. Pour ce qui est des quêtes secondaires, il s’agit de petits jobs vous renvoyant dans les donjons déjà terminés et dans lesquels vous devrez trouver un objet, éliminer tous les ennemis en échange d’argent ou d’items précieux. C’est assez basique, mais ça a le mérite de distraire et de vous procurer de l’argent. Parlons aussi des gemmes, il y en a toute une variété. Vous pourrez les mélanger pour en faire des très puissantes, mais cela vous coûtera bonbon. Le large choix de gemmes et d’esprits élémentaires vous permettra de bien vous armer pour affronter les ennemis.
 

Article rédigé par Robinsoldier , le

Une suite ingrate, mais pas indigne. C’est prenant, c’est bien fait, mais cela ne nous fera pas oublier le premier opus, indétrônable à ce jour. Ca manque de finition, c’est incomplet, on aurait aimé davantage de liberté d’action et de mouvement, histoire d’accentuer le côté RPG mais c’est au final un bon jeu, qui mérite d’être joué, sans être pour autant un must de la DS.

Points positifs

  • Joli
  • Prenant
  • Combats réalistes
  • L'univers

Points négatifs

  • Un seul village
  • Pas assez approfondi
  • Plus Action que RPG
  • Durée de vie moyenne
  • Finalement trop linéaire

Commentaires