Test : Mario Slam Basketball

Mario Slam Basketball - DS

Genre : Mario qui fait du basket

Date de sortie : 16 février 2007

Genre
Mario qui fait du basket
Date de sortie
16 février 2007 - France
Développé par
Square Enix
Edité par
Nintendo
Disponible sur
DS
Parfois appelé
Mario Hoops 3 on 3
Site officiel
Site officiel

Au lieu de vous balancer une intro sur l’historique, le style et les parties intimes de Mario, je vous dirais plutôt que quoi qu’il fasse, il le fait toujours de la même manière. Un mal pour un bien, un bien pour un mal ?

 
 
Mario fait du basket ! Inutile de dire « qui l’eut cru ? » puisque de toute façon, il pratique tous les sports, même le vol plané dans l’espace. Il a donc décidé d’inviter tous ses copains (même ses ennemis qui sont des potes également mais il ne veut pas le dire) afin de batifoler en tout bien tout honneur sur des parquets en tout genre et pour montrer qu’on a beau faire la taille d’une loutre et qu’on peut dunker comme un roi. Quel prétentieux donc, ce rital !
 

New Super Mario Smash Party Power Tennis Baseball Dance Golf

On pouvait s’attendre à un simple clone de tous ces Mario relatifs au sport ou quelque chose s’approchant, eh bien détrompez-vous ! En fait, ça n’a rien à vo… Eh mais si, c’est carrément pareil, ou presque. Pour être clair, c’est comme tous ces autres jeux, avec des terrains de basket, un ballon de basket, et des personnages inédits… WOUAH ! Mais pas n’importe lesquels, Nintendo a collaboré avec Square Enix et nos chers citoyens du royaume Champignon vont affronter des personnages issus de Final Fantasy ! Cependant, point noir ici, pas de grands personnages connus mais je vous laisse découvrir tout ça !Ces personnages sont donc à débloquer et sont assez puissants, par leurs coups spéciaux qui ressemblent plus à des invocations qu’autre chose. Chaque personnage possède son coup spécial, réalisé avec le stylet d’une manière originale, c’est-à-dire en écrivant les points d’une lettre avec le stylet. Par exemple, pour le coup spécial de Yoshi, il faut faire un N, divisé en quatre points. Ainsi, avec votre stylet, vous tapotez un coup en bas à gauche, un en haut à gauche, puis en bas à droite et en haut à droite. Il faut faire ceci deux fois et assez rapidement, puis le coup se déclenchera. Ca peut paraître compliqué mais la seule difficulté réside dans l’habileté à faire ce coup au bon moment, sans qu’un adversaire vienne vous piquer le ballon. Les coups spéciaux ont plus ou moins de style selon le personnage. Personnellement, ceux de Donkey Kong et Yoshi sont du plus bel effet, techniquement, niveau style et graphiquement ! Il est bon à savoir que l’équipe derrière Mario Slam Basketball est celle qui a réalisé Golden Sun, donc chapeau ! Les coups spéciaux ont deux types : un solo où le joueur va dunker comme un Shaquille O’Neal des grands jours, et un avec un coéquipier offrant un bel "alley oop" de toute beauté.

Une jouabilité très stylet

Un jeu de mot ne fait jamais de mal. La jouabilité offerte pour le jeu est vraiment inédite, et à la fois simple. Quand vous avez le ballon, un trait vers le haut pour faire un shoot, un trait sur la côté pour une passe, une petite tape pour dribller et accélérer, un tape maintenue pour focaliser son tir en puissance. Sans le ballon, un trait vers le bas pour intercepter, deux vers le haut pour sauter et gagner des rebonds. La touche L sert à changer de personnage. La fonctionnement au stylet est un peu déroutant au début mais on s’y fait vite, sachez cependant qu’il est possible de tout jouer aux boutons, dans ce cas-là n’allez pas vous plaindre du manque d’interactivité avec l’écran tactile. Merde, quoi, roooh ! On se prend donc très vite au jeu, même si la difficulté (au rendez-vous !) nous force à jouer plus souvent en personnel que collectif. Vouloir jouer collectif pour faire bien est moins rentable. Se contenter d’amasser des pièces sur les cases prévues à cet effet puis aller dunker comme un sagouin, c’est plus sûr, et c’est au final le score qui compte, donc bon.

Du basket simulation mais bourrin

Improbable mélange, me direz-vous. Mais s’il faut la jouer fine, récolter des pièces pour marquer, vous serez forcer de jouer perso et penser à faire de gros paniers pour gagner plein de points. Car dans Mario Slam Basketball, les matchs durent deux fois deux minutes et dix secondes et les points ne valent pas deux ou trois points mais vingt ou trente ! Ajoutez le nombre de pièces récoltées et vous ferez des paniers de 50 points aisément, voire plus de 100 parfois ! Alors si au début on gagne 589 à 65 tranquillement, on serre davantage les fesses quand en finale du dernier tournoi on se retrouve à dix secondes de la fin en menant à peine 214 à 206. Car la difficulté est croissante mais les ennemis ne vous font pas de cadeaux ! Ils foncent sur vous, vous lancent des carapaces vertes ou rouges, récoltent aussi des pièces et dunkent comme des salauds ! Alors vous faites un petit sourire jaunâtre lorsque vous débloquez le mode Difficile, sachant que jusque là, c’était de la tarte, rien de bien sorcier, voyons. Trois tournois donc un caché s’offrent à vous, vous jouez par équipe de trois, à élimination directe, en commençant aux quarts de finale. Les terrains sont assez variés, du terrain normal à celui sous la mer en passant par la banquise, sans oublier le manoir hanté avec les fantômes vous piquant le ballon, on est dépaysés de ce côté-là. On oubliera le multijoueur sans intérêt mais on apprécie la musique agréable, à moyenne dose tout de même.

Article rédigé par Robinsoldier , le

Nintendo nous a donc offert un jeu complet, propre, aux coins lisses et sans bavure. Un peu trop net peut-être, en tout cas un jeu sans prétention mais dont on se lasse vite, malheureusement. Un bon jeu, pas indispensable, mais à découvrir. Vivement Mario VS Final Fantasy !

Points positifs

  • Original et complet
  • La bande-son
  • Les personnages de Final Fantasy
  • La jouabilité au stylet
  • Prendre du plaisir à latter Mario

Points négatifs

  • Lassant car répétitif
  • Difficile
  • IA moyenne
  • Multijoueur à oublier

Commentaires

Jeux similaires