Test : Sonic Adventure DX Directors Cut

Sonic Adventure DX Directors Cut - Gamecube

Genre : Plate-formes

Date de sortie : Juin 2003

Genre
Plate-formes
Date de sortie
Juin 2003 - France
Edité par
Sega
Disponible sur
Gamecube

Sonic Adventure... Que de souvenirs sur DC. Un de ces jeux plutôt bien accueilli par la critique, mais qui n'a véritablement pris son essor que face au bouche à oreille des fans du petit hérisson. En effet, ce premier Sonic en 3D, malgré d'indéniables défauts, possédait une ambiance, une poésie, une sorte de charisme que même Sonic Adventure 2 n'a pas su reproduire. Copié/collé sur NGC, le jeu est enrichi de toute la panoplie des jeux Sonic en 2D, sortis sur Megadrive et compagnie voilà quelques décennies.

 
 
Sonic Adventure, ce fut en son temps (1999) l'un des fleurons des jeux de plate-forme sur DC. Pour les quelques joueurs qui ont possédé le titre entre leurs mains, ils ont pu y découvrir une flopée de bonnes idées, pour un passage à la 3D plutôt réussi. Graphiquement ça en jetait. Le gameplay rapide et totalement délirant arrivait plutôt bien à s'y retrouver ; le perso était parfois automatiquement orienté dans une direction, pour favoriser la vitesse de déplacement, ce qui à fait crier au scandale de nombreux testeurs, qui se révoltaient contre cette enfreinte à la liberté de mouvement. Le même problème s'est produit dans les déplacements de caméras, qui avaient tendance à se tourner automatiquement vers la voie à suivre. En pleine vitesse, c'était jouissif. Si le joueur essayait contre le cours du jeu de s'arrêter pour revenir en arrière, ça devenait monstrueusement bordélique. Il fallait se faire à l'idée, c'est tout. Ce problème-propagande de jouabilité a déteint sur le titre. Mais heureusement de nombreux joueurs ont su passer outre et acheter le GD-Rom, pour alors découvrir un concept toujours aussi fort.
 

4 ans plus tard

Sur NGC, Sonic Adventure perd de sa parure, forcément. Niveau technique, la DC est en deçà de la GameCube (ND Tomate : waw le scoop). Textures et modélisations pêchent sacrément lorsque l'on s'y attarde, les décors semblent assez simplistes, sans vie. Forcément, en quatre ans, il s'en est passé des choses du coté des constructeurs. En plus, la France n'est même plus championne du monde, ce qui dégoûte encore plus lorsque l'on voit la qualité bien pauvre des textures des murs. N'empêche, en pleine course, c'est plutôt la débauche d'effets en tout genre, la distance d'affichage et l'intuitivité du gameplay qui prend le dessus. La jouabilité permet une nouvelle fois de s'accrocher au jeu et de le suivre comme un long livre bourré de péripéties. Les 6 personnages jouables proposent chacun des phases de jeu différentes : Sonic parcourt les niveaux à 200 à l'heure, Tails survole les niveaux grâce à sa double-queue, Knuckles les parcourt à la recherche de 3 émeraudes grâce à un radar à ondes ultra-choc/ déli choc-hum-c'est-trop-bon-tout-ce-chocolat, Amy réduit tout ce qu'elle trouve grâce à son méga marteau, Big pêche la carpe, tandis que le robot E 102 Gama détruit tous les ennemis à coup de méga lasers. Niveau diversité de gameplay, c'est du bonheur en barre.
 

Un scénario qui -par son originalité- vaut le coup d’œil

De plus, la trame scénaristique nous fait suivre agréablement le jeu. Entre chaque niveau le héros se balade dans un univers composé de 3 zones principales (la ville, la forêt et l'entrepôt de Tail, la jungle et le vaisseau de Robotnik) qui sont reliées par une trame de métro. Il vous faudra résoudre quelques énigmes à certains moments pour débloquer la suite de l'histoire. De même, chaque héros participe à l'aventure de sa manière, et le jouer permet de connaître en direct live son influence sur le cours de cette dernière. Tails part à la poursuite de Robotnik, Knuckles cherche les émeraudes parallèlement à Sonic, Big cherche à retrouver son ami Frog, kidnappé par le professeur, etc. Leur destin se croise, se recroise, et notre tête essaie de rassembler les morceaux. Si le scénario n'est que secondaire, il a au moins le mérite d'être décidément plutôt original.
 

Une méga durée de vie

Si vous décidez de boucler Sonic Adventure DX à 100%, je vous rassure, c'est inutile. Tout d'abord, le jeu original, Sonic Adventure, possède 6 perso jouables, possédant chacun une façon différente de jouer et des niveaux différents. 6 jeux en un, c'est dit. De plus, chaque niveau (à l'instar d'un certain Super Mario 64) doit être terminé 3 fois, avec des objectifs différents (arriver à 100 pièces d'or, terminer le niveau en 2 minutes, etc.) ce qui permet de recueillir 3 emblèmes. Faites le total, il y a plus de 150 emblèmes à posséder. Ce qui donne environ 40 niveaux, plus un grand nombre d'emblèmes à gagner dans le Jardin des Chaos (une petite bébête que vous pouvez élever, faire grandir, etc.). Des courses se dérouleront pour voir si votre chaos à tout d'un grand athlète. S'il gagne, il vous fera récupérer une emblème. Une de plus.
 

Des mini-jeux en surnombre

Enfin, une fois le jeu terminé avec les 6 persos, 12 mini-jeux seront débloqués. Mini? Pas vraiment. Il s'agit grosso modo de l'intégrale des jeux 2D à la licence Sonic, sortis ces 200 dernières années. En proposant Sonic Adventure DX, Sega nous démontre qu'il est possible de sortir un pack nostalgie sans avoir l'air ridicule. Les 12 jeux sont plus ou moins connus, et propose de multiples gameplay : flipper, Tetris, pur jeu de vitesse, etc. Un petit résumé s'impose : Sonic The Hedgehog 1 et 2, les deux épisodes de Sonic & Tails, les deux volets de Sonic Drift (une sort de Mario Kart), Sonic Spinball (du flipper, oui oui), le jeu Sonic Labyrinth en vue isométrique, G-Sonic qui correspond à Sonic Blast, mais aussi le Tetris-like Dr Robotnik's Mean Bean Machine, et deux jeux dédiés au petit renard : Tails Adventures et Tails' Sky Patrol. Argllll. Forcément, le tout n'est pas dans un emballage de 1er choix. De la vieille 2D usée, parfois même en sueur. Mais Sonic Adventure et sa 3D sont là pour relever le niveau. De plus, la compatibilité NGC et GBA est de nouveau mise à contribution aux travers de Sonic Pinball, Sonic Advance et Sonic Advance 2. Tout cela permettra de faire progresser votre chaos, même si ce dernier concept est loin d'être le mini-jeu le plus intéressant.
 

Article rédigé par Rick28 , le

Sonic Adventure avait été critiqué à sa sortie en 1999 à cause de caméras trop dirigistes. Cela avait malheureusement caché la forêt de bonnes idées qui se dégageaient du titre. De même, ce Sonic Adventure DX sera de nouveau critiqué, pour sa 3D vieillissante, et un copié/collé sans originalité. Malgré la présence de bonus en nombre, les détracteurs trouveront assez de défauts dans le titre pour le couler 20 fois. Et il est vrai que des défauts, ce jeu en a sûrement un grand nombre. Mais face au potentiel du titre, et si le joueur a un peu de courage pour rentrer dans l'univers Sonic, il pourra passer de nombreux moments d'anthologie.

Points positifs

  • Une durée de vie immense
  • Un pack nostalgie plus qu'impressionnant
  • Le meilleur de Sonic

Points négatifs

  • C'est dans l'ensemble assez moche
  • Trop peu de multi
  • Un copié/collé de Sonic Adventure
  • Des caméras compliquées

Commentaires