Test : Dead to Rights

Dead to Rights - Gamecube

Genre : Max Payne-Like

Date de sortie : Août 2003

Genre
Max Payne-Like
Date de sortie
Août 2003 - France
Développé par
Namco
Edité par
Namco
Disponible sur
GBA, Gamecube, PC, PS2, Xbox
Site officiel
Site officiel

Il était flic, il faisait du bon boulot, mais il a commis l'erreur de... blablablabla... Pour tout dire, face à Dead To Rights, on s'en fout un peu... Tout ce qu'il faut savoir tient en ces quelques mots : tout doit disparaître...

 
 
Ca faisait bien longtemps que je ne m'étais pas fait un jeu bien bourrin, et ben sur ce coup-là, j'ai été servi... Souvenez-vous, Max Payne, ce jeu sensass', cette ambiance noire, cette esthétique irréprochable... Et bien là c'est pareil, mais avec une ambiance qui dégouline de transpiration et une esthétique d'un mauvais goût déplorable. En fait, c'est un peu "Max Payne se prend pour Duke Nukem" (ohlalala j'ai de la peine avec cette intro, c'est l'enfer). Bon allez, pour la forme, un petit résumé de l'histoire: vous êtes Jack Slate (ou Max Krieger, si vous voulez, ça marche aussi), un flic américain comme les autres, du genre je tire et après on négocie, qui découvre le cadavre de son père dans un chantier de construction... VENGEANCE, crie-t-il comme un con car personne ne l'écoute, surtout pas son boss au nom imprononçable qui lui demande de rester tranquille, "laissez la police faire son travail, dès que j'aurais de plus ample information, croyez bien que vous en serez les premiers informés"... Quant à vous, vous êtes le bras de la vengeance, et ça fait un bien fou...
 

Comment on bute?

Comment ça se joue? Ben à la troisième personne, comme Max (Payne, pas Krieger, donc), mais en beaucoup plus dynamique... D'abord, vous avez beaucoup plus de possibilités que dans Max Payne pour faire la peau de vos adversaires... Vous pouvez, dans le désordre, plonger au ralenti en plombant 4 ou 5 ennemis tout en souriant de toutes vos dents pour la photo, désarmer vos adversaires d'une quinzaine de manières différentes, toutes plus violentes et spectaculaire les unes que les autres, vous servir de votre prochain comme d'un bouclier humain que vous exécuterez froidement une fois sa tâche accomplie, lancer votre chien contre vos assaillants, ramassez des bonbonnes de gaz que vous lancerez à la tronche des ennemis avant de les faire exploser, vous planquer derrière les coins de mur pour faire de rapides sorties et créer veuves et orphelins avec plus d'efficacité qu'un terroriste islamiste ou un président américain, augmentant par la même les dépenses d'état, favorisant ainsi la corruption à tous les étages, et rendant votre quête de justice totalement inutile, mais ceci est une autre histoire... Bref, vous l'aurez compris, l'action est très nerveuse, et on ne s'ennuie pas, grâce à la variété de stratégies que l'on peut appliquer pour venir à bout des myriades d'ennemis qui vous tombent sur le râble à la moindre occasion. Inutile de préciser j'imagine que le jeu est extrêmement violent et totalement immoral ? Ah j'oubliais, quelques bonnes vieilles bastons de rue viriles à souhait vous attendent également... Vous allez pouvoir faire les gros bill !
 

Mais si, même avec vos gros doigts, vous y arriverez !

Devant l'étalage des possibilités de Jack, la question que vous devez vous poser est de savoir si tout ceci est jouable ? Et bien oui, la maniabilité est vraiment excellente, compte tenu des possibilités offertes, même si quelques difficultés se font sentir au début pour les plongeons latéraux (on a souvent tendance à plonger systématiquement en avant, et donc à s'échouer contre le mur comme une vieille baleine), technique de base de ce type de jeu "boulette timisé". Notons aussi qu'il sera peut-être utile de refaire le tutorial une ou deux fois ; personnellement, il m'a fallu plusieurs niveaux avant d'assimiler toutes les possibilités offertes par le gameplay... En plus de cette bonne maniabilité, notons que les possibilités offertes sont toutes utiles, contrairement à ce qu'on peut observer dans certains jeux qui font de l'esbroufe dans les trailers... Enfin, disons que le chien est plus un gadget qu'autre chose, d'autant plus que ses interventions ont pour principal défaut de casser le rythme de l'action, mais peu importe après tout, puisqu'on est là pour tout flinguer, et pas pour jouer l'ami des bêtes ! J'ai raison ? Sir yes Sir !
 

Le nanar est un art qui se prépare, et réciproquement...

Passons à présent aux points moins réjouissants du jeu: d'abord la réalisation... Comme je l'ai déjà dit, l'esthétique du jeu fait vraiment pâle figure par rapport à celle du concurrent direct... Attention, je ne parle pas des qualités graphiques du jeu, mais bien de l'aspect général des décors... Franchement, c'est plutôt laid, les couleurs sont assez criardes et en règle générale, on se croirait plus dans un film avec JCVD, tourné en Super 8, que dans un film noir tourné par John Woo. Les effets sanguinolants plutôt grossiers et les pin-ups omniprésentes accentuent encore cette sensation (d'où le côté Duke que j'évoquais en début de test)... Bon, passé cette ambiance assez déplorable, les graphismes sont tout de même corrects, avec même parfois de très jolis effets, comme celui de la lune qui se reflète sur la mer, dans certaine séquence, très bonne trouvaille, mais globalement, cela reste assez grossier. Idem pour les séquences cinématiques en image de synthèse, sympathiques mais assez moches quand même. Le plus gros problème tient tout de même à l'animation peu souple des personnages non-joueurs, qui se ressent d'autant plus fortement que ceux-ci ont tous la même tête : résultat, on croirait se battre contre des robots (ND Tomate : A la rédac’ de HG aussi on a tous la même tête… Tous bogoss et musclés)... Au chapitre sonore, les effets ont la pêche, mais la musique et les voix sont très moyennes, et c'est bien dommage, car une musique plus pêchue aurait pu augmenter sensiblement l'adrénaline déployée par le jeu, m'enfin...
 

Si toi gros bill, toi aimer !

Pour conclure, Dead To Rights est un excellent jeu, j'en suis convaincu, et j'ai beau lui faire des reproches sur sa réalisation en dents de scie, elle n'a pas du tout entamé le plaisir que j'ai eu à jouer à ce jeu, et que j'aurais probablement encore, puisqu’on y revient volontiers pour ce faire un petit gunfight. Enfin j'allais oublier d'évoquer les quelques mini-jeux qui parsèment le scénario, qui vont du sympathique à l'horripilant. Enfin, j'avoue être personnellement un grand amateur de série B voire Z, avec des explosions dans tous les sens et un scénario qui vole au ras des pâquerettes, et sur ce coup-ci, j'ai été comblé, puisqu'il serait vraiment difficile de trouver un scénario plus plat et débilisant que celui de ce jeu... Mais quand même, qu'est-ce que c'est bon !

Article rédigé par Gestahl , le

Dead To Rights est un jeu d'action pêchu et violent, qui souffre malheureusement d'un aspect trop série B pour être vraiment pris au sérieux... Il n'en reste pas moins que quiconque cherche un défouloir idiot peut se jeter sur ce jeu les yeux fermés. C'est vrai quoi, marre des jeux intellos tout le temps (bon j'en fais peut-être un peu trop là)...

Points positifs

  • De l'action en veux-tu en voilà
  • Bonne rejouabilité
  • Beaucoup d'actions possibles
  • Difficulté bien dosée
  • J'y retourne, là !

Points négatifs

  • Graphisme grossier
  • Scénario... hum... Y a pas de mot pour ça...
  • Court comme un jeu d'action...

Commentaires