Test : Les Royaumes Perdus

Les Royaumes Perdus - Gamecube

Genre : RPG/Jeu de cartes

Date de sortie : Juin 2002

Genre
RPG/Jeu de cartes
Date de sortie
Juin 2002 - France
Développé par
From Software Inc.
Edité par
Activision
Disponible sur
Gamecube
Site officiel
Site officiel

Hop, le test en retard d'un des premiers jeux GameCube sortis, ce titre innovait alors dans le Action-Rpg sur cette console.

 
 
La première chose qui saute aux yeux quand on commence à jouer, ce sont les graphismes, car ils n'ont rien d'extraordinaires ! On nous promettait des graphismes fabuleux à couper le souffle mais ce titre fait bien exception à la règle alors ! Effectivement les graphismes sont ternes et dignes des tous premiers jeux PS2... il y a déjà quelques années de cela ! Héhé, en plus comme il paraît que la GameCube est plus puissante, on devrait s'attendre en plus beau ! Oui bon, je sors à chaque fois cet argument quand ça m'arrange. Les personnages sont bien faits, mais la définition est grossière et puis, soyons francs, on ne croise pas souvent de personnages ! Les décors sont assez vides, mais il y a de beaux effets de lumières.
 

Le scénario

Le scénario est tout ce qu'il y a de plus basique, des monstres envahissent le monde et une jeune princesse décide de partir les combattre seule. Rien de bien passionnant... Le jeu se décompose en différents niveaux, différents mondes. Comme un système de missions, on passe au niveau suivant lorsqu'on a complété le précédent, ce qui n'arrange pas le jeu car cela crée un scénario ultra linéaire !
 

Les niveaux

Les niveaux sont très courts mais assez nombreux, la durée de vie du jeu est elle-aussi très réduite, en conséquence. Chaque niveau possède ses propres monstres et des décors pratiquement tous similaires, c'est-à-dire une texture au sol, trois ou quatre arbres et un petit interrupteur par-ci par-là, vraiment rien de quoi inquiéter la concurrence. Comme dit précédemment, les décors ne sont pas beaux, mais les effets d'eau et reflets sont jolis. Les niveaux sont très étroits n'offrant encore moins de liberté de mouvement, jouer aux Royaumes Perdus revient à aller d'un point A vers un point B en quasi-ligne droite. Il n'y a pas d'objet à ramasser, seulement de l'argent, donc vous trouverez des coffres.
 

Les combats

les combats sont aléatoires, ils interviennent à fréquence normale, une vingtaine avant le boss. Battre ce dernier est un vrai challenge et nécessite une bonne préparation ! C'est-à-dire économiser ses cartes les plus puissantes !
le personnage principal, le seul personnage d'ailleurs ne se bat elle-même mais emploie un système de carte pour combattre, et c'est ce qui sauve ce jeu du désastre. Quand un combat commence, on pioche 4 cartes dans l'ordre où elle viennent dans votre paquet. Il existe plusieurs types de cartes, celles qui invoquent des créatures et -seulement si certaines restent se battre pour vous- d'autres ne donnent qu'un seul coup. Une carte n'est pas réutilisable et une fois sélectionnée, elle est perdue. Les cartes ont divers niveaux de puissances ou de rareté et attention à ne pas les gaspiller ! Chaque carte peut gagner de l'expérience. Par exemple, si vous utilisez un orque des cavernes au cours d'un combat, il gagne de l'expérience et ainsi tous les orques des cavernes ont gagné de l'expérience. De même, lorsqu'un monstre évolue, tous évoluent. Faire évoluer ses cartes est un plaisir même si lors des combats la principale activité est l'attente... lorsqu'un combat commence, vous invoquez et vous attendez ensuite que votre créature fasse tout le travail, tournant en rond pour éviter d'être touché.
 

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

Les Royaumes Perdus est un jeu qui présente un intérêt uniquement pour les fans de jeu de rôle/jeu de carte qui n'ont pas grand chose à se mettre sous la dent sur GameCube, il faut bien l'avouer, mais sa qualité technique et sa durée de vie médiocres laissent un goût amer au joueur...

Points positifs

  • Le système de cartes

Points négatifs

  • Durée de vie
  • Les mondes
  • En fait pratiquement tout

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

32 ans | Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires