Test : The Legend of Zelda : The Wind Waker

The Legend of Zelda : The Wind Waker - Gamecube

Genre : Action/Aventure

Date de sortie : Mai 2003

Genre
Action/Aventure
Date de sortie
Mai 2003 - France
Développé par
Nintendo
Edité par
Nintendo
Disponible sur
Gamecube
Site officiel
Site officiel

Ca y’est la messie est enfin là…je veux bien sûr parler de : The Legend Of Zelda : The Wind Waker (c’est son nom complet), ce qui donne en jap’ (c’est pas la trad’ littérale) : The Legend Of Zelda : Kaze No Takuto… on s’en fout mais c’est quand même bien de le savoir pour sa culture perso… et j’allais oublier en Français (ça vous intéresse hein ?) : La légende de Zelda : Le bâton du vent… Bon aller, go, went, gone, run, fire in the hole… etc, en clair c’est parti pour un test import de légende !

 
 
Je n’en pouvais plus à force de tout ces peaufinements, ces retards, mais au final, cela s’avère très profitable ! Pour qui ? Pour nous, et pour son créateur (et sa team) j’ai nommé : Master Shigeru Miyamoto ! Encore lui ? Et bien oui, dès qu’il y a du neuf, et un hit, il n’est jamais loin. Il est pourtant important de signaler qu’avec le passage en cel-shadding, cela avait suscité nombre de polémiques, mais en tant que Hard Gamers, je peux vous dire que le résultat est, comme l’avait prédit Shigeru, excellemment puissant, rien que ça… Cette méthode fait en effet sortir du lot ce zelda, permet de créer un univers encore plus vaste, donner vie aux persos (les animations faciales sont superbes) et se permettrent toutes les audaces avec une fluidité exemplaire. Voilà les ingrédients de ce Zelda…sans parler du reste que vous allez découvrir plus bas.
 

L’histoire

Il aura fallu attendre la sortie du jeu pour en savoir plus sur l’histoire (sacré Miyamoto) de ce Zelda. Je vais donc vous présenter les premières heures de jeux. " Par une belle journée sur la small (petite hein) île de Link, ce dernier vient juste de fêter son 12ème anniversaire ". Il est subitement réveillé par sa sœur en haut d’une tour de guet. Après son échauffement quotidien, il la rejoint, et celle-ci lui offre sa longue-vue. Grâce à ce présent, il remarque un énorme oiseau qui détient une jeune fille. Heurté par un boulet de canon, il lâche sa proie qui tombe dans les bois. Link part donc pour aider cette jeune fille et bien sûr il y arrive ! Mais pendant ce temps là, le monstrueux oiseau en profite pour capturer sa sœur. N’écoutant que son courage, Link décide de partir à se recherche. Il dit alors au revoir à sa grand-mère et embarque sur le bateau pirate de la jeune fille qui en est la capitaine. Une grande aventure vient de commencer…
Cette belle histoire pourrait paraître toute simple, mais tout cela est un peu plus compliqué… Vous le verrez en jouant à la french-version qui sort le 3 Mai 2002 (c’est pas un hasard). Cette histoire, se déroule en fait un siècle après que Link ait vaincu Ganondorf dans Ocarina of time (le meilleur épisode d’après moi). Vous jouerez donc avec le descendant de Link ! Si vous avez joué à Ocarina of time (si c’est pas le cas, jouez-y !) vous vous souviendrez que Ganondorf avait juré de tuer tous les descendants de Link, et bien manque de bol, il a réussi à se libérer du sceau des sages, et il compte bien se VVVEENNNNGGGEERRRRRR……….hou là, j’ai trop bu… Bonne nouvelle par contre, la descendante de Zelda est aussi de la partie ! Et sans oublier que les différentes îles que vous visiterez au cours du jeu ne sont en fait que les montagnes d’Hyrule, car depuis Ocarina of Time, le niveau des eaux a considérablement monté.
 

Cell de la technique…

Maintenant que tout le bazar est en place et que vous êtes super immergés, je vais pouvoir vous parler du jeu en lui-même. Et pour commencer, je ne peux m’empêcher de parler de l’aspect graphique, on aime ou on aime pas, mais si vous n’aimez pas, vous ratez vraiment quelque chose d’énorme… Perso, c’est vrai que je suis pas friand du cell-shading, mais là, cela atteint des sommets…et vive Miyamoto ! Ici tout est dessin-animé, des persos au décor, TOUT je vous dis…et soyons clairs maintenant, ce jeu est TOUT PUBLIC, DES 7 A 77 ANS comme dirais l’autre, des plus jeunes aux plus âgés. Les graphismes sont très fins et colorés, les persos, mimi et superbes, tout cela colle parfaitement à l’univers. LE monde à visiter est énorme, et aucuns temps de chargement. L’animation est sublime, c’est fluide à mort, et les couleurs sont chatoyantes, bref, encore un perfect sur gamecube graphiquement parlant. Je pourrais parler de ça pendant des heures, mais vous l’aurez compris, c’est sublime…j’allais oublier de préciser qu’il n’y a pas un poil d’alliasing ! Les décors sont très riches, et les détails ne manquent pas. Les persos sont encore une fois sublime (je ne le répéterais jamais assez), et les arts-works ont du êtres nombreux, et très long à faire. Alors, je vais vous parler plus en détail du choix de Miyamoto pour le cell-shading, c’est principalement car les expressions faciales, qu’il a toujours voulu faire énormément ressortir, sont vraiment géniales, que du bonheur, et on reconnaît là, la patte japonaise avec les grands notamment. On reconnaît sans mal ce que pense Link avec ces expressions : la peur, l’étonnement, la joie, la détermination…etc. En 5 mots : Miyamoto a réussi son pari ! Les artistes de [[5809]] n’en sont pas restés là, car du côté ambiance sonore, c’est tout bonnement superbe, on reconnaîtra les principaux thèmes des précédents Zelda, mais surtout, dans cet épisode, tout est optimisé Dolby, et les musiques sont très celtiques, ce qui à pour but, une immersion encore plus poussée !
 

Cell jouable ?

Bien-sûr que c’est (cell) très jouable, car les commandes sont en partit les mêmes que dans les précédents opus, c’est-à-dire que ce système a fait ses preuves : ça arrache est c’est hyper jouable, enfantin, et ça vient (ou revient) sans mal. En gros quoi, le Stick Analogique sert à déplacer Link (des animations sont bien faîtes au passage, et aussi tordantes des fois (drôle quoi) !), le bouton A est le bouton d’action, le B permet d’utiliser l’épée (j’ai toujours adoré ça dans Zelda), les boutons X, Y et Z permettent d’assigner des objets (ça fait office de raccourci), le bouton L de locker (très important), le R pour ramper (c’est nouveau), la croix directionnelle permet de consulter les cartes, et enfin, le stick jaune pour contrôler la caméra et la bâton du vent. En bref, la manette NGC est utilisée à 100% et intelligemment. Comme quoi, quand on disait que Starfox s’est inspiré de ce jeu (vous comprendrez pourquoi je l’ai mis dans similaire).
 

Cell le recyclage

Entrons encore un peu plus dans le détail, je dois dire que ceux qui ont joués aux épisodes précédents retrouverons pas mal de choses leurs appartenant, car en effet [[5809]] aime le recyclage (des bonnes idées je vous rassure) et cela se voit ! Mais on ne s’en plaindra pas ! Mais c’est presque dommage car un manque d’originalité se fait sentir (rien qui ne nuit énormément au jeu), et c’est quand même un peu là que la Nintendo’team s’est reposée sur ses lauriers en or :p. Cependant, certaines idées qui étaient apparues de Majora’s Mask et Ocarina of Time sont ici reprises et améliorées. Et il faut citer en premier les niveaux d’infiltration (Metal Gear Link ©…) ! A peine entrevus dans OoT (le château d’Hyrule) et la palais Mojo dans MM, ils font ici un retour des plus remarquables avec des niveaux d’infiltration géants et en particulier la première visite de la forteresse où est détenue la sœur de Link. Lui même ayant perdu son épée dans le catapultage vers ce lieu (faut voir, c’est trop lol avec les mimiques de Link), vous ne pouvez pas vous battre et vous devez donc éviter les sentinelles et projecteurs ennemis. Longer les murs, jeter un coup d’œil au dessus de l’épaule, se cacher dans les tonneaux (si, si ! Mais ne vous faites pas remarquer…), sera votre lot dans ce niveau. Je dois dire que cet xp est un vrai régal, mais qu’elle est d’une difficulté qui pourrait rebuter certains (pas moi hein, j’ai jamais sous-entendu ça, je suis un Hardgamers, nuance…). Je peux aussi vous dire que vous ne serez qu’au début du jeu arrivés là ! Bonne chance pour la suite ! Continuons avec les trucs recyclés. Par exemple, il y a une ville principale, vous rencontrerez des gamins qui voudront jouer à cache-cache, et cela cache quelque chose, et je vais vous dire quoi ; ce sont la réplique parfaite des bombers dans majora’s mask ! Je pourrais vous parler du grappin, mais c’est inutile, et puis que ferions-nous sans ce fameux grappin ! Vous pourrez vous accrocher aux poutres et vous balancer, changer de sens, et enfin sauter en faisant un joli coup d’épée pour l’exercice de style !
 

Il y a aussi cell nouveautés qui font le charme…

…du jeu. Vous l’aurez compris, WW comprend un nombre impressionnant d’éléments des épisodes N64. Maintenant passons aux vraies nouveautés : LE BATON DU VENT©…tan tan tan tatatsa !! Avec cet instrument vous pourrez en effet contrôler le vent. Une fois affecté, vous pourrez jouer des mélodies, mais attention, là où dans les précédents opus il fallait composer des notes, ici c’est totalement différend, vous devrez être en rythme pour que le tout fonctionne ! Cela est vraiment prometteur, et ça l’est ! (faudrait que je revoie le sens de cette phrase moi). Le vent a donc un rôle très important dans cet opus et, certaines actions ne pourrons être effectuées que si le sens du vent est…euh…bah…dans le bon sens tiens ! Put…je vais vite là, j’enchaîne 1000 caractères sur 1000 caractères depuis une bonne heure, et j’ai mal aux yeux, conclusion : j’en suis à 9500 caractères pour le moment. Revenons à nos moutons, je disais donc que pour certaines actions, il fallait que le vent souffle dans un sens précis ; par exemple : pour lancer certaines choses dans des endroits précis, pour atteindre des endroits en volant avec la feuille (je vais pas rentrer dans les détails), vous noterez au passage les expressions de Link, c’est sublime (ça faisait longtemps…) et voilà. Autre nouveauté donc, la plaine d’hyrule disais-je a été remplacée par une immense mer (j’insiste sur le mot immense) parsemée d’îles. Ici plus d’Epona, mais un bateau qui parle ! Et pour vous déplacer, il vous faudrait avoir le bon sens du vent, et là c’est superbe car la voile se gonfle et tout et tout, l’horizon se floue, le vent est représenté par des traits blancs…etc. Un truc aussi, des pirates peuvent vous attaquer, et la tempête peut se déclencher (tornades comprises) et là si vous êtes pris dans une tornade donc, dieu sait où vous vous retrouverez, et tout cela (le temps, les pirates…etc.) c’est aléatoire pour conférer un univers ultra cohérent à ce Zelda ! Il y a aussi tout un tas de choses à faire en mer, mais c’est trop long à dire…pioouuu, je suis crevé, mais j’ai presque finit !
 

un jeu cell défauts ?

En me lisant vous allez me dire que ce jeu est sans défauts, et moi je vous répondrais presque, car tout d’abord, le cell-shading on aime ou on aime pas, ensuite, beaucoup de recyclage, et moins d’innovations que les précédents opus…l’imagination atteindrait-elle ses limites ? L’univers Zelda est trop exploité ? Je ne pourrais vous répondre, mais nous attendrons ce que donnerons les prochains épisodes de la saga. Tout ce qui manque à ce Zelda (mais qui est néanmoins excellent) c’est une âme propre…enfin, on pardonne vite tout cela, car ce jeu est un HIT HIT HIT, une bombe vidéo ludique !!
 

Article rédigé par Fox , le

Enfin nous y voilà ! Pour conclure, ce Zelda ne déroge pas à la règle, c’est sublime, beau, jouable, un gameplay génial, bref, c’est excellent et en plus c’est Miyamoto ! Sur ce, je vous laisse à vos occupations, et je vais dormir un peu moi…zzz zzz….ron……zzz zzz…..tiens 11000 caract….zzz zzz…

Points positifs

  • Graphs
  • Jouabilité
  • merde a qui lira cette ligne
  • Univers
  • Miyamoto
  • cell Zelda
  • La musique
  • L'ambiance

Points négatifs

  • Recyclage
  • Vous êtes fous, c'est tout !

Commentaires