Test : Roland Garros 2002

Roland Garros 2002 - GBA

Genre : Tennis

Date de sortie : Juin 2002

Genre
Tennis
Date de sortie
Juin 2002 - France
Développé par
Spark Unlimited
Edité par
Wanadoo Edition
Disponible sur
GBA, PC, PS2
Site officiel
Site officiel

Ouf, une bonne année qu'on attendait enfin le retour de cette série mythique des Roland Garros. Ouais, un an qu'on s'emmerdait avec des Virtua Tennis et autre Tennis Master Series de bonne qualité. Un an qu'on retenait notre souffle en espérant désespérément que ce nouvel opus soit aussi merdique que les 2 précédents.

Bah finalement, rien de tout ça : les versions PC et PS2 sont plutôt moyennes c'est vrai, mais rien de catastrophique. Quant à la version GBA, elle est même agréable. Bon, on croise les doigts pour l'année prochaine.

Les joueurs sont en place

Bon, j'ai pas l'air con, là, en 1/4 de finale de l'Australian Open, face à Kuerten. Bah ouais, apparemment, on démarre direct en quart, histoire de n'avoir qu'à faire 3 matchs pour gagner le tournoi. Heureusement, ça nous permet d'avoir un aperçu très net du parcours de nos principaux adversaires pour le titre, et surtout pour le classement ATP. Ouais, en mode carrière, c'est ça qu'on nous propose : 3 années ponctuées de 4 tournois chacune, avec comme but ultime d'engranger assez de points pour devenir numéro 1 mondial à la fin de ces 3 années de folie. Pour cela, suffit d'additionner les victoires : perdre en 1/4 rapporte 5 points contre 20 si vous gagnez la finale. Ouais, c'est assez simpliste, il n'y a pas ces variations de points en fonction de l'adversaire que vous avez battu, mais d'un autre côté, les différences entre le jeu des adversaires sont inexistantes. C'est surprenant d'ailleurs, car à la présentation des 8 joueurs, ces derniers semblent tous être nés pour un style différent : "service et volée", "gros bourrin", "polyvalent", etc. Enfin bref, on choisira entre Kuerten, Henman, Grosjean, ou encore Todd Martin uniquement pour le style. Et puis de toute façon, le jeu est tellement facile que l'on va rapidement prendre l'habitude de gagner les tournois, quelque soit l'adversaire...

La jouabilité

En effet, après une période d'adaptation pas vraiment facile (raquette trop petite, etc.), on se fait aux principes moteurs du gameplay : valse entre coup droit et revers, jeu de fond de court. Monter à la volée permet rarement de conclure en simple (ça ressemble au suicide), et ne pensez pas servir ace sur ace : ces derniers ne sortent jamais. Enfin, les boutons Left et Right, servant à effectuer des effets latéraux, ne sont pas assez efficaces ; en fait, on les oublie assez vite puisque pour nos grosses pattes ces boutons ne tombent pas sous la main. Enfin, soulignons une difficulté ultra mal dosée. Bien qu'une seule et même stratégie permettent de gagner dans tous les modes, il n'y a pas d'évolution entre les niveaux facile, moyen et difficile. C'est simple, mon premier jeu gagné, je l'ai eu en mode difficile, après m'être fait déchiqueter 2 fois de suite en mode facile. Un bon gros dilemme...

La durée de vie

Malgré une stratégie de jeu bien peu présente, il faut avouer que l'enjeu fait persévérer. Le mode arcade permet de débloquer quelques terrains amusants, comme le temple, et surtout l'iceberg (les persos glissent sur la glace), ainsi que les trop célèbres modes survival et extra-survival. Le mode exhibition reste assez souple d'emploi, permettant simple et double, uni ou mixte. Oui, parce qu'à côté des 8 hommes, quelques femmes de niveau international seront présentes (Razzano, Schett... bon c'est pas le gratin non plus). Youpi donc, ou pour plus de familiarité (on se connaît bien) : GLOP broudaf. Enfin, le mode Carrière est finalement plaisant. On suit son évolution, et surtout l'évolution des autres joueurs au niveau mondial (parce que nous, dès le premier tournoi, c'est cuit : numéro un mondial, point barre.). Ainsi on retrouvera généralement Kuerten, Henman et Grosjean dans le peloton de poursuivants, suivis des quelques Martin, Kieffer et Robredo, qui s'accrochent aux derniers points restants. Un classement tout assez logique, malgré que les joueurs semblent tous avoir un même niveau de jeu. L'ordinateur combinerait-il les résultats des autres matchs ??

Au final

Roland Garros 2002 est loin d'être déplaisant. Même si le gameplay est loin d'être très approfondi, les différents enjeux qu'il propose occuperont bien une dizaine d'heure, et le niveau graphique (terrain de grande classe, nombreuses animations, bonne vitesse de balle) et sonore (commentaires US et français, cris des joueurs, bruit de la balle très convaincant) vraiment étonnants feront oublier ses défauts. Bien sûr, les développeurs auraient pu approfondir de nombreux éléments comme l'entraînement assez minime, ou l'ambiance sonore (les spectateurs ne font que nous siffler ou applaudir les aces adverses, pas glop), mais ils se laissent sûrement une bonne marge d'amélioration pour la cuvée 2003. A vous les studios (hum hum, elle est trop drôle celle-là).

Article rédigé par Rick28 , le

Un jeu de tennis sympathique, mais qui pourrait encore être amélioré...

Points positifs

  • Moteur graphique
  • Un jeu qu'il accroche (pas trop quand même)

Points négatifs

  • Gameplay limité
  • Ambiance sonore
  • Difficulté mal dosée
  • Joueurs sans différence de jeu

Commentaires