Test : Tales of Phantasia

Tales of Phantasia - GBA

Genre : RPG

Date de sortie : Mars 2006

Genre
RPG
Date de sortie
Mars 2006 - France
Développé par
Namco
Edité par
Namco
Disponible sur
GBA, PSP
Site officiel
Site officiel

Amis du portage, bonjour. Laissez-moi vous présenter aujourd’hui, Tales of Phantasia, le RPG qui a séduit plus sur votre bonne vieille Super Nes qui était alors en fin de vie. Cette fois, c’est la GBA qui se charge de vous redonner ces mêmes émotions, celle d’un RPG old-school. Qui dit old-school, dit clichés à tour de bras. Mais qu’est-ce que c’est bon.

Les RPG de nos jours essayent tant bien que mal d’avoir une touche personnelle, d’éviter au maximum les clichés qui ont fait succès dans les années 90 et d’apporter un nouveau souffle au genre. Tales of Phantasia n’en fait pas partie de ceux-là. Tout simplement parce que le jeu reprend ce qui a fait le succès des RPG jugés aujourd’hui old-school. Mais si Tales of Phantasia reprend les bons vieux clichés, on ne reste pas moins scotchés pendant quelques heures face à l’histoire, les personnages et les scènes de combat.

Bouh ! C’est la fin du monde

Et oui, c’est le scénario qui veut ça. Faisons rapidement le topo. Vous contrôlez Cless, un jeune homme qui ne demande qu’à se battre, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il part chasser dans les bois avec son ami Chester. Implicitement, cette phase vous servira d’entraînement et de mise en bouche des scènes de combat. Cela dit, heureusement que vous étiez parti chasser parce que la cloche du village a sonné (elle ne sonne qu’en cas de désastre) et vous alerte vous et votre ami. Le temps de rentrer, le village n’est plus qu’un tas de cendres et un bain de sang (mélangez le tout et vous obtenez une bonne soupe aux cendres !). Vos parents sont morts, les proches de Chester aussi, bref c’est la catastrophe. Et les méchants, c’est vous qu’ils cherchaient. Autant partir le plus vite possible chez votre oncle, dans le nord. Et dieu sait comment votre oncle vous accueille. Cependant, Chester ne vous suit pas. Il préfère enterrer les villageois, c’est moins risqué. Pendant votre voyage, vous allez en croiser des animaux sauvages et autres bêtes dégoûtantes. C’est parti pour vous familiariser avec les phases de combat.

Aïe, j’ai mal !

Ce qui caractérise Tales of Phantasia, c’est sans doute la liberté dans les phases de combat. Exactement comme l’excellent Star Ocean. Vous êtes libre d’effectuer les enchaînements avec votre épée comme bon vous semble. On peut sauter en l’air pour blesser les ennemis aériens, faire des glissades pour faire des coups plus classes ou encore faire appel à la magie. Seulement voilà, la magie est un peu lente, du coup ça tranche un peu le rythme des combats. On peut également faire appel aux coups spéciaux qui se développeront au fur et à mesure que vous les utilisiez.
Mais les combats – aussi jouissifs soient-ils – sont également lourd dans le sens où ils sont très nombreux et la plupart du temps inévitables. On peut toujours fuir, et le système de fuite est très bien pensé puisqu’il suffit d’aller à l’autre bout de l’écran et attendre le temps qu’il faut – si votre ennemi ne vous suit pas trop près – pour fuir. Mais fuir, ça ne résout rien. Il y aura toujours un combat cinq secondes après. Dommage, parce qu’à part booster l’expérience, la multitude de combats gêne un peu au Gameplay. Mais ce n’est qu’un détail parmi toute la beauté du soft.

Toujours aussi beau

Rappelez-vous, il s’agit d’un portage donc on ne fait que modifier le support et non le contenu. Les graphismes auraient pu être dépassés et nous donner cette étrange sensation de nostalgie pixellisée mais en fait non, pas du tout. Le jeu reste très beau et à la pointe graphique de ce qui se fait en matière de RPG sur GBA. C’est même surprenant. Pour ceux qui sont sensibles à la beauté et au côté artistique du jeu, vous pouvez vous attarder quelques instants sur des paysages sublimes, des couchers de soleils époustouflants pour un jeu qui date, et maintenant pour une console de poche. Le charac design est tout aussi sublime, grâce à Kosuke Fujishima, déjà connu pour Tales of Symphonia et Abyss. Du coup, ça donne aux personnages une dimension plus importante, on s’y attache davantage et ça donne un coup de vivant.

Article rédigé par NKB , le

Avant de s’attaquer à Tales of the Tempest sur Nintendo DS, Namco a souhaité nous donner un aperçu d’un Tales of sur console portable made in Nintendo. Au final, Tales of Phantasia reste un très bon RPG, capable de réveiller les émotions des plus nostalgiques (et des plus vieux) tout comme capable de nous donner envie de jouer aux RPG old-school.

Points positifs

  • Joli malgré l'époque
  • Immersif
  • Personnages attachants
  • Le système de combat

Points négatifs

  • Les combats un peu trop lourds
  • Répétitif par moments

Commentaires