Test : The Legend of Zelda : The Minish Cap

The Legend of Zelda : The Minish Cap - GBA

Genre : Action/Aventure

Date de sortie : Novembre 2004

Genre
Action/Aventure
Date de sortie
Novembre 2004 - France
Développé par
Nintendo
Edité par
Nintendo
Disponible sur
GBA
Site officiel
Site officiel

Toc, toc, toc ! Voici le nouveau Zelda sur GBA. Beauté, magie, fraîcheur, spiritualité, amour et amitié sont au rendez-vous dans ce nouvel opus (si si tous !). Alors quoi de neuf pour ce volet ? Eh bien, de belles choses, de grandes choses (enfin là c’est petit mais bon, je vous expliquerai). Réflexions sur un soft original.

Ca y est, il est de retour parmi nous. On l’a attendu mais le voilà. Ca fait plaisir. Avec de belles couleurs en plus. Après un excellent volet de Link to the past, Zelda revient avec un tout autre volet, tout aussi remarquable que son prédécesseur. Voire même un peu plus remarquable grâce à ces petites nouveautés qu’apporte ce chapeau minish. Bon je vous explique tout ça.

Quand Link brandit son épée…

En y jouant pour la première fois, j’avais peur d’assister à un « Link to the Past » bis. En y réfléchissant, je ne pouvais pas savoir ce qu’ils allaient faire comme un scénario car il se répète depuis des lustres. Il n’y a que la forme qui change. Or là, j’ai été agréablement surpris de l’histoire. Certes, elle n’a rien de bien extraordinaire l’histoire puisque le but est d’anéantir les méchants et surtout sauver la princesse Zelda.
Tout commence par une matinée calme et paisible au Royaume d’Hyrile. Link dort paisiblement, alors que la princesse Zelda vient le chercher pour faire un tour en ville car c’est le jour de la fête Minish, ces petits êtres venus du ciel pour apporter le bonheur et la paix au Royaume d’Hyrile. Aujourd’hui c’est devenu un mythe. Une fois Link réveillé, il suit la princesse à la petite fête et rencontre un magicien qui fait apparaître un joyau, un cœur et un petit bouclier. Ni une ni deux, la princesse choisit le bouclier et l’offre à Link. Sympa, la princesse. Vient ensuite le célébration du vainqueur du tournoi Minish. Le gagnant est Vaati, un personnage mystérieux et obscure. Il ouvre le coffre gardé par l’épée sacrée et le mal est libéré, disparu dans la nature. La paix n’est plus assurée à Hyrile. Vaati se débarrasse des soldats du royaume, et transforme la princesse en pierre sous les yeux du roi et de Link. Et hop il se téléporte, le bougre.

A vous de devenir Minish

La princesse transformée en pierre, il n’y a qu’un moyen de la faire revenir : l’épée Minish. Ah, mince elle est brisée. Hm, il faut en forger une nouvelle ! Mais seuls les Minish peuvent le faire, or il s’agit que d’une légende. Eh bien vous serez surpris d’apprendre que les Minish ne sont pas une légende mais ils existent bel et bien. Ce sont des petits lutins, pas plus grands qu’un pouce mais qui font des merveilles. Les adultes ne peuvent pas les voir, c’est pourquoi Link est chargé de les rencontrer et de les tenir au courant de la situation actuelle des choses et surtout leur demander de forger cette épée ! (Parfois je me demande pourquoi ne pas en faire plus pour les garder en stock au cas ou !)
Heureux d’apprendre que vous servez à quelque chose dans ce jeu, vous prenez l’épée de votre grand-père et direction la Forêt de Tyloria, votre premier contact avec les Minish. Une fois dans la forêt vous faites une étrange rencontre. Un chapeau qui parle (Choixpeau ?) et qui décide de vous suivre. La particularité de ce chapeau c’est qu’il peut vous rendre petit, aussi petit que…qu’un Minish par exemple. La belle surprise. Du coup ça va être plus simple ! C’est génial.
Un nouveau monde s’ouvre à vous : le monde vu par les Minish. Les choses qui vous paraissaient petites vont vous paraître grands, très grandes. Un fleuve deviendra un océan, une goutte de pluie sera dévastatrice. Et je ne parle pas des cailloux qui seront une véritable montagne pour un bonhomme vert comme notre chez petit Link.
Au niveau du gameplay on retrouve la même chose : pleins de donjons, des objets cachés à trouver et notamment des objets uniques tous très novateurs, des ennemis puis un boss à tuer à la fin. L’esprit Zelda a été préservé, ouf !

Zelda : « Au secours, Link ! Aide-moi »

La petite princesse a souvent tendance à crier à l’aide dans tous les opus de Zelda. Bon là manque de bol, elle est pétrifiée, mais sinon elle n’hésiterait pas je pense. D’ailleurs, comment fait-elle pour survivre ? Elle n’arrive pas à manger ni à boire si elle est pétrifiée. Alors quoi ? A l’aide d’une paille ? Et comment elle fait pour les petits besoins ? Moi je dis, ça ne tient pas debout cette affaire. Il va falloir enquêter au plus vite, tiens je note : Enquêter sur la pétrification de la princesse Zelda. Voilà, un post-it de plus qui se rajoute à tant d’autres.
Sinon j’en étais où moi ? Ah oui, l’image et le son. Eh bien, au niveau de l’image ça surfe sur la vague de Four Swords avec des images hautes en couleur et une GBA qui tient la route avec ça. Le son est toujours aussi magnifique. Les thèmes de Zelda sont toujours là, mais de nouvelles mélodies apparaissent tout au long du jeu. A noter aussi des bruitages fort sympathiques au niveau des personnages. En effet, lorsque les personnages les plus importants (Zelda, le roi, Link ou encore son grand-père) prennent la parole un petit bruit du genre « hihi », « oooh » ou encore « aha ! » vient animer davantage le jeu. Une petite touche fort agréable. Link continue de son coté à pousser de petits cris lorsqu’il tombe ou encore lorsqu’il est en plein effort. Bref, une signature Zelda.

On en fait quoi de lui, boss ? On le finit ?

Petit mot de la fin pour vous dire que ce volet Minish Cap est bien sans pour autant être extraordinaire. La nostalgie dès premiers volets est exploitée, voire surexploitée avec l’apparition d’anciens personnages ou encore avec les anciens thèmes musicaux de Zelda. On trouve le jeu fantastique au début car on découvre le monde vue par les fourmis, mais on s’y habitue très vite et là on se rend compte que rien n’a changé finalement.

Article rédigé par NKB , le

Allez, double B parce que c’est ce qu’il mérite. Des graphismes sympas, des thèmes musicaux tout aussi joyeux, un Link en pleine forme, une princesse Zelda pétrifiée et pour couronner le tout des Minish aussi rigolos que mignons. On retrouve ici toute la sauce de ce qui a fait le succès de la série avec beaucoup de nostalgie d’ailleurs avec les retrouvailles d’anciens personnages. Bref, c’est reparti pour un nouveau volet de Zelda !

Points positifs

  • Le chapeau Minish
  • Le monde vue par un lutin

Points négatifs

  • Un semblant de déjà-vu

Commentaires