Test : Glory Days

Glory Days - GBA

Genre : Shoot-them-up

Date de sortie : Février 2005

Genre
Shoot-them-up
Date de sortie
Février 2005 - France
Développé par
ODENIS Studio
Edité par
SG Diffusion
Disponible sur
GBA

Développé par un peloy solitaire, Glory Days est un shoot-them-up reprenant les bases de Wings of Glory et Choplifter, comme le dit si bien le site de l'éditeur. Vous aurez donc le loisir de canarder à tout va sur les méchants ennemis pas beaux, dans un jeu à scrolling horizontal comme on en voyait plein, au bon vieux temps.

Dans Glory Days, votre objectif est d'amener vos chars sur le centre de commandement ennemi pour le détruire. Comme vous êtes un vaillant pilote, vous sautez dans votre avion/hélicoptère, avec comme but principal de supprimer le maximum de résistance possible sur votre route. Vous devrez alors vous emparer de bunkers vous rapportant de l'argent, tuer tous les méchants ennemis et bien sûr atteindre la base adverse. Pour corser un peu le tout, une dimension pseudo-tactique a été ajoutée au jeu : en effet, l'argent accumulé vous permettra d'acheter des soldats et des véhicules afin de vous faciliter la vie. Attention, j'insiste sur le mot "pseudo" car la production est automatisée. Et encore heureux, vu la maniabilité douteuse de Glory Days, vous le comprendrez tout à l'heure.

A l'attaque !

Vos missions reprendront toujours le même concept, à savoir capturer le centre de commandement de l'adversaire avant qu'il ne fasse de même. Cependant, la difficulté est progressive et petit à petit, de nouvelles notions sont à maîtriser. Ainsi, il faudra apprendre petit à petit à gérer ses troupes et surtout à capturer les fameux bunkers.
Votre arsenal est composé de deux armes : une mitrailleuse et un lance-missiles pour l'hélicoptère, une mitrailleuse et des bombes pour l'avion. Bien sûr, les munitions sont limitées, mais vous pourrez vous réapprovisionner. En guise de bonus, il est possible de récupérer une arme spéciale en gagnant des points de précision. Au niveau du comportement des véhicules, l'avion est plus rapide, mais l'hélicopètre permet le transport de troupes, ces dernières permettant de prendre d'assaut un bunker. Dans les premières missions, le véhicule vous est imposé, mais au fil du jeu, vous pourrez alterner entre les deux, afin d'exploiter au maximum toutes les possibilités offertes.
Enfin, lorsque vous aurez fini le jeu, vous pourrez avoir accès à deux nouveaux véhicules, afin de varier les plaisirs (mode Guerre Moderne).

Dans la pratique...

Au niveau du gameplay, le comportement de votre véhicule variera en fonction du poids de l'arsenal et des hommes qu'il contient. Ainsi, si vous transportez des troupes dans votre hélicoptère et que vous venez de faire le plein de munitions, ce dernier sera plus lourd et aura tendance à s'approcher du sol. Une idée bien sympa, si la maniabilité avait été améliorée. En effet, il est assez difficile de contrôler correctement son appareil, et il n'est pas rare de s'écraser bêtement à cause d'un manque d'attention. Ou de chance, selon le point de vue.
Techniquement parlant, le développeur de Glory Days aurait dû faire appel à un graphiste : Glory Days est pauvre et les environnements assez répétitifs, malgré le fait qu'il y ait quand même quatre lieux disponibles (Moyen-Orient, Europe Centrale, Pacifique Sud et Asie Centrale). Et encore, je ne parle pas des sons, très sommaires.

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

Un jeu décevant. Certes, il a été fait par un seul homme, mais cela ne justifie vraiment pas le fait qu'il soit vendu 40 € : avec ses graphismes très répétitifs et pratiquement réduits à leur plus simple appareil, et sa jouabilité posant quelques problèmes, il sera difficile de convaincre les joueurs, même ceux dont la jeunesse a été bercée par les shoot-them-up.

Points positifs

  • Dimension tactique, presque intéressante
  • C'est français !

Points négatifs

  • Technique flaibarde
  • Jouabilité approximative

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

31 ans | Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires