Test : Fallout Shelter

Genre : Gestion de bunker

Date de sortie : 15 juin 2015

Genre
Gestion de bunker
Date de sortie
15 juin 2015 - France
Disponible sur
Android, IOS
Site officiel
Site officiel

Ce fut l’une des bonnes surprises de cet E3 2015. Et après avoir été une exclue iOS pendant 2 mois, il est maintenant disponible sur Android. Donnant l’occasion aux non-possesseurs d’appareils Apple de se replonger dans l’univers post-apocalyptique de Bethesda. Et la bonne nouvelle, c’est que ce n’est pas un simple amuse-gueule fait à la va-vite en attendant Fallout 4.

Test effectué à partir d'une version Android



Cette année, Bethesda a choisi de se joindre au bal des conférences pré-E3. Il est vrai qu’entre Fallout 4 et Doom, l’éditeur avait des choses à montrer. Mais il était hors de question pour la firme de Rockville de se contenter de cela. C’est alors que Fallout Shelter nous est apparu, sorti de nulle part, et pour une sortie immédiate sur iOS. Il s’agit d’un jeu de gestion en free-to-play qui vous demandera de veiller au bien-être des habitants d’un abri.

 
Sur la forme, il s’inspire énormément du dernier Xcom. Comme dans le jeu de Firaxis, vous avez une vision d’ensemble de votre abri via une vue latérale, et vous aurez à creuser pour l’agrandir. Et là aussi, l’emplacement des salles devra être choisi avec soin. Pour le reste, il vous faudra gérer vos résidents ainsi que leur équipement avec soin, et vous assurer qu’ils aient toutes les ressources dont ils ont besoin.

Le travail c'est la santé...

Les ressources sont au nombre de trois : l’énergie, l’eau et la nourriture. La première est la plus importante, car elle est nécessaire au bon fonctionnement des équipements de votre refuge. Si vous manquez d’énergie, il est possible que vous soyez dans l’incapacité de récolter de l’eau ou des vivres, ce qui vous mettra méchamment dans la merde… Et pour cause, si vous manquez d’eau, vous verrez le taux d’irradiation de vos compatriotes augmenter, jusqu’à les tuer. Et si vous manquez de vivres, leur santé diminuera avec pour conséquence la mort.

 
Heureusement, avant d’en arriver à de telles extrémités, vous aurez le temps de voir venir, et d’agir en conséquence. La première chose à faire dans ces cas-là sera de construire de nouvelles salles de manière à augmenter la production des ressources concernées. Si vous êtes à cours de vivres, il vous faudra construire un fast-food supplémentaire pour en augmenter la production. Bien sûr, il vous faudra y affecter du personnel pour que cela soit utile.

 
Mais là encore, choisir l’affectation d’un résident ne se fait pas n’importe comment. En effet, chaque salle demande des compétences spécifiques qui seront mises à contribution. Par exemple, le générateur demandant de la force, les résidents ayant une valeur élevée à cet attribut seront plus efficaces. Les survivants ont une série d’attributs nommée S.P.E.C.I.A.L., pour force, perception, endurance, charisme, intelligence, agilité et chance. Si ces statistiques ne grimpent pas avec les niveaux des résidents, il est possible de les faire monter en leur faisant suivre un entraînement spécifique dans une salle dédiée. Le twist, c’est qu’il n’est possible d’en augmenter qu’une seule à la fois, chaque attribut ayant sa salle d’entraînement. Entraîner vos troupes vous coûtera donc de l'argent, du temps et des ressources. D’autant plus qu’un résident qui s’entraîne ne produit rien.

"J'aime l'odeur du napalm au petit matin."

 
Rendre vos concitoyens heureux et leur fournir ce dont ils ont besoin, c’est bien joli. Mais encore faut-il vous défendre contre les agresseurs potentiels. Ceux-ci sont de quatre types : les radcafards, les rataupes, les pillards et enfin les plus mortels, les écorcheurs. Les deux premiers peuvent s’introduire dans votre abri depuis (presque) n’importe où, pour l’envahir progressivement. Les deux derniers passeront par la grande porte et feront le tour des salles, massacrant tout le monde sur leur passage.

 
C’est pour cela qu’il devient rapidement vital d’équiper vos résidents en armes et armures pour qu’ils puissent se défendre. Seulement, vous n’en trouverez pas dans votre abri, et vous ne pouvez pas en fabriquer. Il vous faudra donc envoyer des résidents à l’extérieur pour trouver ce dont vous aurez besoin. Plus ils resteront dehors longtemps, et plus ils trouveront du matériel de qualité. Dans le but de perfectionner toujours plus vos défenses, il est plus que nécessaire d’avoir toujours au moins un explorateur dans les terres désolées.

Architecture d'interieur

Visuellement, le titre est très réussi. Et même sur un smartphone, la lisibilité est bonne. Notez cependant que le titre a été testé sur un Oneplus One doté d’un écran de 5,5 pouces tout de même. Le jeu adopte un rendu 2D pour la vue d’ensemble de l’abri, avant de passer en 3D de manière parfaitement fluide lorsque l’on zoome. Les habitants restent, quant à eux, en 2D, avec un style graphique qui sera familier aux fans de Fallout. Franchement mignonne de prime abord, elle devient quelque peu dérangeante lorsque les habitants étripent les pillards avec un sourire béat.

 
Pour ce qui est des contrôles tactiles, ceux-ci sont globalement réussis. A la fois intuitifs et réactifs, ils ne sont que rarement pris en défaut. En début de partie tout du moins, car dès que l’abri et sa population s’agrandissent, il est par moments difficile de sélectionner le personnage voulu. Le même problème se présente pendant les attaques, lorsque vous avez besoin de soigner vos résidents en temps réel. Et c’est vraiment dommageable étant donné que cela occasionne souvent la mort d’un résident. Certes, il est toujours possible de les réanimer moyennant finances, mais cela reste frustrant.


Article rédigé par pattoune , le

Autant vous le dire maintenant, je n’aime pas jouer sur smartphone. Pourtant, avec Fallout Shelter, j’ai accroché, sans vraiment comprendre pourquoi. L’univers n’y est certainement pas étranger. Mais je mettrais ça surtout sur le compte du format du jeu, particulièrement adapté à son support. En effet, une fois l’organisation de votre abri faite, vous n’aurez pas à vous attarder sur le jeu plus de cinq minutes d'affilée de manière générale. Ce qui est parfait pour se prendre un fix rapidement dans le métro ou entre deux cours. Et en plus d’être free-to-play, son modèle économique n’est vraiment pas, mais alors vraiment pas intrusif. Vous n’avez donc aucune raison de ne pas y jeter un oeil.

Points positifs

  • L'univers de Fallout dans la poche
  • Parfaitement adapté au support
  • Gameplay simple, mais très efficace
  • Beau et intuitif
  • Système économique très discret

Points négatifs

  • Pas toujours évident de sélectionner le bon personnage dans le feu de l'action
  • Certains trouveront le gameplay du jeu trop passif
  • Trop facile, une fois qu'on a pigé le truc

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

33 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires

Jeux similaires

Out There - IOS

Out There

Genre Exploration spatiale

Développé par Mi-Clos

Edité par Mi-Clos

Date de sortie 27 février 2014

Voir la fiche du jeu