Le multi de S.T.A.L.K.E.R. et GTA 4

Le multi de S.T.A.L.K.E.R. et GTA 4

Dans Actu , par Robinsoldier le 22 février 2007 à 02h45

Et FFXIII aussi. Sauf si vous êtes allergique à quelconque jeu venant d’Ukraine avec de la radioactivité dedans, vous savez qu’il y a actuellement une bêta multijoueur privée sur S.T.A.L.K.E.R. : Shadow of Chernobyl. Bon, il y a d’abord eu les heureux travailleurs de chez THQ qui ont pu en bénéficier, puis ensuite les journalistes et heureux privilégiés (dont moi, webmaster attitré de Stalkerfrance). Une pléthore de concours nous a submergé, et il y a désormais pas mal de monde qui a sa clé. Depuis deux jours, la bêta a été mise à jour. Et il tarde que le jeu sorte. Voici donc ce que donne S.T.A.L.K.E.R. en multijoueur. Pour l’instant, deux maps, des serveurs pas très remplis ni très fonctionnels mais un univers qui imprègne le joueur dès le début. Configurez d’abord vos touches, attention au clavier qwerty, pour les graphismes, évitez de trop pousser la distance d’affichage, l’optimisation n’est pas apte à supporter ça. Le jeu ramera beaucoup trop. Avec un Athlon 64 3200+, une 6600GT et 2Go de RAM, j’ai pu jouer en 1280*1024 avec presque tout à fond et sans le HDR, cela ne ramait pas un poil. Il y a du lag, mais ce problème est éternel. C’est complet Les deux maps sont différentes mais c’est au final le même gameplay qui s’impose. Comme tout multi, on peut camper, rusher, ou jouer discrètement. La première map est assez grande et propose un grand bâtiment central surplombant l’aire de jeu, la seconde est plus petite avec des petits bâtiments mais toujours la possibilité déconcertante de pouvoir grimper quasiment partout. On peut aussi se cacher derrière tout obstacle lors de combats. L’ouverture d’une partie se fait d’abord par une phase dite de « Warm-Up » dans laquelle on peut déambuler et acheter des armes librement en attendant de passer aux choses sérieuses. Il y a un inventaire à gérer, vous avez un grand choix au niveau de l’arsenal, mais les armes les plus puissantes se débloquent au fur et à mesure vous monterez en grade, en tuant, en jouant longtemps. Tous les flingues sont disponibles dès le début, mais c’est tout. Vous pouvez acheter détecteur d’anomalies, lunettes de vision, flashlight, médikits et munitions perforantes, sans oublier les armures classiques et l’exosquelette. Il y a trois modes multijoueurs : le Deathmatch, le Team Deathmatch et le Capture The Artefact, dans lequel vous devez trouver l’artefact apparu aléatoirement sur la map et le ramener dans votre base, classique, mais évitez de trop tripoter l’artefact, ça tuera tout le monde autour de vous, y compris vous-même. Ces deux derniers modes se jouent en équipe, vous aurez le choix entre les Stalkers Freedom et les Mercs. Ils ont des armes en commun mais aussi des inédites comme le MP5 pour les Mercs et l’AK47 pour leurs adversaires. Et dans le jeu, ça donne quoi, alors ? Ca parle en russe, c’est immersif. L’action peut être à la fois dynamique mais aussi calme, selon le monde et la façon de jouer. Les décors parfois sombres aident pour se cacher, les anomalies font beaucoup de dégâts, ainsi il n’est pas rare de voir des morts accidentelles et donc des stats dans le négatif. Il suffit d’être prudent. A chaque headshot, notre chère voix russe dit « Headshot ! », c’est jouissif. Le cycle jour/nuit est bluffant. Sur une map durant une heure, vous commencerez le soir (dans le jeu) et finirez la map le lendemain après-midi en ayant vu le soleil se lever. Il y a aussi les intempéries, etc, c’est sidérant de réalisme ! La gestion des dégâts a été implémentée, quand vous êtes blessé, vous êtes une proie facile, vous ne pouvez pas courir. Niveau pratique, on respawne aussitôt mort, il y a une touche pour acheter le dernier équipement, pour gagner du temps, vous pouvez ramasser les armes de vos ennemis et leur paquetage pour gagner des roubles. Chaque arme est personnalisable avec la possibilité d’y ajouter un silencieux, une lunette de visée ou un lance-grande. L’ironsight est bien foutu, certaines armes ont cependant un recul à vous faire tuer des pigeons plutôt que votre ennemi. Vous l’aurez compris, le multijoueur de S.T.A.L.K.E.R. est bon. Il n’est pas parfait, mais a tout ce qu’il faut. Les bruits de pas et des armes laissent à désirer, mais avec du monde y jouant, il aura assurément du succès. Les possibilité de personnalisation sont immenses, autant pour les maps que pour les skins, et j’en passe. Rendez-vous dans 29 jours… En vrac, des screens et des images photoshopées.

Images de S.T.A.L.K.E.R. : Shadow of Chernobyl - PC

Commentaires

A propos de...

S.T.A.L.K.E.R. : Shadow of Chernobyl

S.T.A.L.K.E.R. : Shadow of Chernobyl - PC
Support
Genre
FPS/RPG
Date de sortie
23 mars 2007 - France
Développé par
GSC Game World
Edité par
THQ
Voir la fiche