Test : Glory of the Roman Empire

Glory of the Roman Empire - PC

Genre : Gestion de cité

Date de sortie : Juin 2006

Genre
Gestion de cité
Date de sortie
Juin 2006 - France
Développé par
Haemimont Multimedia
Edité par
CDV Software Entertainment
Disponible sur
PC
Site officiel
Site officiel

Ramener l’empire romain au firmament de sa superbe ? Là ? Maintenant ? Fastoche.

 
 
Glory of machin a tout du Caesar-killer sur le papier. Les screenshots sont jolis tout plein, les villes sont complètes et vivantes, enfin le premier contact est doux, aisé, et vraiment agréable. Dès la première partie, on découvre quelques finesses de gameplay qui auraient rendu les Sim-like plus simples d’accès, comme la possibilité de cliquer directement sur n’importe quel endroit du terrain pour ouvrir un menu déroulant avec tous les bâtiments constructibles. Vraiment, c’est le genre de truc tout bête qui est vraiment malin. A y est, je suis amoureux.
 

Oh toi mon toi

Car Glory of bidule se veut rassurant, et accessible au casual gamer. Il prend à revers les différentes grosses machines qui règnent sur le royaume de la gestion de cité depuis quelques années (Sim City, Caesar, Settlers, voire Civilization), et qui poussait vers une complexification du genre, avec ramification de menus et une générale extrapolation des voies de développements, des choix cornéliens, et des subtilités historiques. Pas que Glory of chouette soit simple, mais il est assez clair pour que tout le monde accroche dès sa première partie, et construise sa ville sans même voir qu’il gobe tous les automatismes du Sim-like sans s’en rendre compte : construction des quartiers résidentiels, amélioration du niveau de vie avec installation de boulangers, barbiers et autres bains publics. Puis développement du commerce, de l’industrie, avec la construction d’usines et de zones d’agriculture. Youpi tout se fait si naturellement. Ma grand-mère s’y essaierait qu’elle se reconvertirait génie civile dans l’heure. Je gagne mes premiers houblons sur l’exportation du commerce et peut donc construire quelques zones de loisirs : théâtres, jeux du cirque, tout paraît clair pour un ancien joueur de Caesar que je suis, mais quiconque pourrait se frotter à la logique inébranlable du titre. Ces améliorations font évoluer dans le mois mes petites casernes de nouveaux arrivants en Domus, le niveau 3 des maisons. Reste à les faire passer au niveau 4 (les fameuses Villas) en leur proposant quelques mets plus subtils au marché (olives et vin, qui viendront s’ajouter aux simples pain et eau), et… Et puis j’aurai à peu près fait le tour…
 

Manque des pièces à ton Lego

C’est bien ça le petit hic’ de Glory of Machin truc : il s’avère peu profond. Assez pour contenter un casual pendant quelques temps. Trop peu pour quiconque aurait déjà sentit les limites d’un Caesar 3 par exemple. Ben là, c’est pire. Alors certes, Glory of Bidule chouette nous séduit, en sortant de sa grande salopette rosâtre un moteur graphique qu’il est vraiment chouette. On a plus l’impression de survoler une cité romaine que n’importe quel autre titre du genre : tout est en 3D, les maisons pivotent à 360 ° et peuvent donc parfaitement s’aligner sur les routes pavées que l’on dessine de notre main habile et tellement experte. A y est ! J’ai fait ma cité ! Ben c’est bon, tu peux rentrer.
 

Article rédigé par Rick28 , le

Qu’il paraissait chouette le Glory of Machin truc bidule chouette. Et il l’est ! Il vous occupe sans problèmes quelques après-midi, et pour peu que vous soyez un joueur occasionnel, ou un très jeune joueur qui découvre ici son premier jeu de gestion, vous ne pouvez pas faire meilleur choix ! Techniquement au poil, le moteur graphique vous charmera sans souci, tandis que le bande son comme l’interface impeccable finiront de vous séduire. En revanche, si vous cherchez plus, si vous cherchez un jeu qui vous fera réfléchir, vous fera prendre conscience des rouages plus compliqués de la gestion de cité, de l’économie romaine jusqu’à la diplomatie militaire, il faudra sûrement attendre Ceasar 4. Vivez Glory of the Roman Empire comme une très bonne entrée en matière pour redécouvrir un univers que nous commencions à oublier. Le Sim-like à la sauce romaine, y’a miam miam !

Points positifs

  • Le moteur graphique est très chouette
  • La bande son très sympa
  • L’interface impec
  • Le mode défi, original

Points négatifs

  • Limité

Commentaires