Test : Joint Task Force

Joint Task Force - PC

Genre : Stratégie

Date de sortie : 22 septembre 2006

Outre la seconde guerre mondiale, si il y a bien un second thème qui semble commencer à être surexploité jusqu’à l’overdose, c’est celui de la guerre moderne contre un ennemi caché : le terrorisme. C’est sur ce plan là que tente de s’imposer Joint Task Force, un jeu qui va devoir faire de nombreux efforts si il veut se démarquer au milieu des récents Company of Heroes, Paraworld et Rise of Nations

 
 
L’histoire et le contexte ressemblent étrangement à celle d’Act of War. On retrouve d’ailleurs le style de mise en scène ou chaque mission est entrecoupée d’une vidéo destinée à vous plonger au cœur du conflit. Une entité antiterroriste a été mise en place par l’ONU, et vous êtes chargé de mener chaque opération à bien. Rien de spécialement singulier dans ce contexte et ce scénario donc.
JTF se place parmi la catégorie de jeux tactique où vous n’avez aucune collecte de ressources ni construction à faire. A la manière de Ground Control 2, vous appellerez des renforts livrés directement par les airs. Bien évidemment, ne comptez pas sur le rush massif puisque les renforts seront limités par votre pécune. Pécune que vous obtiendrez en fonction de vos résultats sur le terrain, et gare aux bavures, les médias vous surveillent ! Vous vous concentrerez donc entièrement sur l’action, et vous allez avoir de quoi faire.
 

La micro-prise de tête

En effet le jeu est clairement orienté micro gestion et pousse tous les détails en ce sens. Chaque unité, d’infanterie ou de véhicule, peut être équipée parmi un large éventail d’armes et d’équipements annexes. Ne prenez pas ces upgrades pour de simples accessoires peu utiles, s’en passer vous mènera incontestablement à la défaite. Le jeu ne fonctionne pas en système de squad comme cela tend à se généraliser, mais en unité dépareillées, accentuant encore une fois le micro commandement, peut-être un peu trop même. Il faudra tout surveiller, équiper ses unités, les réparer, les ravitailler, les faire utiliser tel ou tel équipement, se placer correctement, etc… Les développeurs se sont probablement aperçu que cette cadence infernale était alors réservée aux cliqueurs fous, et a donc donné la possibilité de mettre l’action en pause, tout en continuant à donner des ordres….en solo en tout cas. Comme dans Ground Control, la sélection de chaque unité affichera au sol différents cercles représentant les champs d’actions possibles de chaque arme et chaque équipement. Enfin, Le vice est poussé au point de pouvoir prendre le contrôle direct d’une unité au clavier, comme si on se déplaçait dans un FPS, mais vu de dessus - concept original, mais complètement inutilisable dans le feu de l’action…
 

Trois maisons à contourner c’est trop pour moi

Techniquement le jeu est plutôt joli, je trouve personnellement l’ambiance un peu trop classique et en deçà d’Act of War mais ça reste très honnête…..en revanche, sur la machine de tests - certes pas une bête de compétition, mais plutôt bien membrée - les ralentissements étaient fréquents, même en diminuant la qualité. Le pathfinfing, lui, est parfois assez horripilant, plutôt un gros mauvais point pour un STR.
Le multijoueur, bien que complet dans ce qu’il propose, est assez fade. Comme bien souvent dans ce type de jeu orienté tactique pure, la réflexion et la stratégie nécessaire dans le solo, fait place à du gros bourrinage brutal et rapide à plusieurs. Le mode coopératif rehausse un peu cela si on prend le temps de se poser avant de foncer.
Enfin notez que le jeu gère la carte physX…..ne riez pas trop fort, je suis sûr qu’il y en a deux ou trois qui l’ont achetée.
 

Article rédigé par DjiZ , le

JTF se contente de reprendre des éléments de gameplay déjà connus, mais en surenchérissant au maximum sur la micro gestion. Ceux qui apprécient ce genre de tactique aimeront le jeu, les autres risquent de le trouver trop passable pour investir.

Points positifs

  • Micro gestion au taquet !
  • Pas de collecte

Points négatifs

  • Micro gestion au taquet !
  • Arrière goût de déja vu

Commentaires