Test : Overclocked : Thérapie de Choc

Overclocked : Thérapie de Choc - PC

Genre : Aventure

Date de sortie : 13 mars 2008

Genre
Aventure
Date de sortie
13 mars 2008 - France
Développé par
House of Tales
Edité par
Anaconda Game
Disponible sur
PC
Parfois appelé
Overclocked
Site officiel
Site officiel

Les point & click font parti des genres ancestraux sur ordinateurs. Suivant cette grande tradition, Overclocked vous permettra cette fois-ci d'entrer dans la peau d'un psychiatre. Sous cette approche peu commune, vous pénètrerez dans la conscience d'étranges patients, afin de capter leurs non moins étranges secrets.

 
 
Après une introduction joliment mise en image, vous apprenez qu'en la personne de Dave McNamara, médecin psychiatre, vous devrez prendre en charge cinq jeunes patients. Ces adolescents ont été retrouvés en pleine rue, armés, et donc dangereux. Immédiatement mis en quarantaine, votre mission, si vous l'acceptez, sera de prendre votre courage à deux mains et de vous rendre à leur lieu de détention. Evidemment, tout ceci est louche ! Sans plus de détails, il vous faudra donc leur venir en aide, afin de comprendre ce mystère. Destins croisés, hypnose et énigmes seront de la partie.
 

Tour du propriétaire

Mieux vaut le préciser d'amblée, le jeu n'est pas à mettre entre toutes les mains. Déconseillé à la vente aux moins de 16 ans, il est plutôt glauque. Sous certains aspects, l'ambiance rappelle quelque peu Farenheit, à la fois malsaine, sinistre, et pourtant tellement réaliste. Alors, comme dans tout point & click qui se respecte, vous devrez passer au crible les environnements, afin de trouver des objets, d'interagir avec les personnages non joueurs et de débloquer des phases narratives. Durant les scènes de narration ou les dialogues, les développeurs ont eu la bonne idée de vouloir rendre le tout plus dynamique en empruntant au cinéma ses changements de plans et autres briseurs de monotonie. Mais malheureusement, Overclocked est victime du syndrome du "dynamisme mou". Les plans s'enchaînent dans la douleur, les personnages réagissent avec un temps de retard, mettant en avant l'inexpressivité des personnages. Les jeux vidéo peuvent (et se doivent) de transcender la simple expérience cinématographique passive, mais pas de la ridiculiser. Overclocked prouve néanmoins que l'on peut opérer dans la catégorie "mature" sans pour autant sombrer dans la violence gratuite. Le propos est toujours juste, les dialogues bien écrits. Si le tout avait été bien mis en scène et les intonations des acteurs justes, on n'aurait rien eu à lui reprocher. Du côté du gameplay, on retrouve des phases parfois originales, comme l'usage du pistolet ou encore de la lampe de poche. Mais tout est trop logique ! Le peu d'interactions avec le décor et le nombre restreint d'objets facilitent la progression. On aura ainsi bien trop souvent l'impression de survoler le jeu sans pour autant être Superman.
 

Au pays de Candy

La progression n'est malheureusement pas tout à fait bien calibrée. On oscille entre le trop facile et l'inexistant. Les point & click amènent souvent le joueur à se retrouver face à une impasse. Vous savez, de ces situations où l'on ne sait plus ce que l'on doit faire, ce que les développeurs ont prévu que l'on fasse. Overclocked ne change pas la donne, et fait dans le superficiel. Bien entendu, la difficulté pour les développeurs est évidemment de donner d'insinueuses indications afin de mettre le joueur sur la piste. Mais tout reste une question de dosage. Ici, vous serez souvent face à des situations logiques, qui s'imbriquent intelligemment entre elles, mais qui malheureusement montrent trop souvent les ficelles d'une narration scryptée. Par exemple, votre personnage vous dira qu'il est temps pour vous de rentrer chez vous, pour vous reposer. C'est alors que vous rentrez au bercail. Mais malheureusement, une fois arrivé chez vous, vous apprendrez que vous n'êtes pas fatigué. Tiens, c'est étonnant ! Mais alors que faut-il faire pour pouvoir aller au lit ? J'ai dû oublier de faire quelque chose à l'hôpital. J'y retourne donc. Suis-je bête, j'avais oublié d'aller voir l'infirmière de garde. Tout ça pour qu'elle me dise que je fasse ce que je veux. Je peux enfin retourner chez moi. Arrivé chez moi (plus précisément à l'hotel), prêt à aller au lit, j'apprends que je ne suis toujours pas fatigué et que Dave irait bien se jeter un godet au bar d'à côté. Sacré fêtard ce Dave !
 

Article rédigé par elf , le

Moyen. Overclocked n'est pas un mauvais jeu, c'est un jeu moyen. Dans la grande tradition des Point & Click, il fait figure de disciple fébrile, sans jamais vraiment convaincre. On observe, on écoute, on survole, parfois même on participe. Malheureusement, on n'a jamais l'impression de faire des choses extraordinaires, et presque toujours, au contraire, on s'ennuie. Nourri d'idées intéressantes, on ne pourra lui retirer la qualité de ses dialogues, ou encore la pertinence de certaines situations. Mais le tout est maladroitement mis en scène et le rythme est parfois ineffablement grotesque. A n'en point douter, un titre qu'on oubliera probablement assez vite, mais qui pourra tout de même convenir à certains inconditionnels de séries policières.

Points positifs

  • Un jeu intelligent
  • Une interface classe et très propre
  • Un jeu qui conviendra pour point & clicker débutants

Points négatifs

  • Peu d'éléments interactifs, impression de vide
  • Mise en scène qui frise parfois le ridicule
  • Linéarité trop mise en évidence

Commentaires