Preview : Diablo III

Diablo III - PC

Genre : RPG

Date de sortie : 15 mai 2012

Genre
RPG
Date de sortie
15 mai 2012 - France
Développé par
Blizzard Entertainment
Edité par
Blizzard Entertainment
Disponible sur
PC, PS3, Xbox 360
Parfois appelé
Diablo 3
Modes de distribution
Boutique
Site officiel
Site officiel
PEGI
 Interdit aux moins de 16 ans
 Jeu en ligne
 Violence

La bêta de la bête est disponible depuis quelques semaines, et parmi les privilégiés qui ont eu l'honneur de fouler les terres de Diablo III, il y avait un envoyé spécial de GameHope. Arpentant courageusement ses sombres donjons et ses cimetières joyeusement animés, voici les impressions de votre grand reporter.

 
 
D'accord, Diablo III ne sortira pas pour Noël finalement, les petits gars de Blizzard jugeant qu'ils n' en avaient pas fini avec lui. Mauvaise nouvelle pour les milliers de petits impatients habitués à n'attendre qu'un an ou deux pour jouer à la suite de leurs jeux favoris, gage de confiance pour d'autres, le fait est que nous n'arpenterons pas les sombres dédales de Diablo III en 2011. Les boules. MAIS, dans sa grande mansuétude, Blizzard nous offre de quoi patienter, à savoir quelques missions du premier acte et 13 niveaux d'évolution pour chacun des personnages. Suffisamment pour se faire une bonne grosse idée de ce qui nous attend début 2012.
 

God's busy, can I help you ?

Diablo III ne dépaysera aucun aventurier de la première heure puisqu'il fourmille de détails rappelant les précédents opus. L'histoire se déroule vingt ans après les événements de Diablo II et l'apocalypse prédite n'a pas eu lieu. Vous atterrissez dans le village de New Tristam, construit à quelques mètres du Tristam que vous avez connu dans le premier épisode. Les morts sont sortis de leur tombe pour une raison inconnue et, outre ce fâcheux événement, une épidémie décime les vivants qui grossissent aussitôt l'armée des morts. Bon, on a peut-être bien notre petite idée sur le pourquoi de tout cela, à savoir la chute d'une mystérieuse étoile à proximité de la ville, mais toute cette agitation mérite enquête minutieuse et massacre de morts-vivants en pagaille. Tout d'abord, il vous faut choisir le personnage correspondant le mieux à vos attentes pour arpenter vos quêtes. L'éventail est très correct, puisque se mettent à votre service le Barbare (Barbarian), le Moine (Monk), le Chasseur de Démons (Demon Hunter), le Féticheur (Witch Doctor) et enfin le Magicien (Wizard). Chacun d'entre eux est disponible dans sa déclinaison masculine ou féminine et commencera sa quête en slip ou presque. Curieuse impression de prime abord, il faut bien l'avouer. La plupart d'entre eux n'utilisent plus le mana pour les coups spéciaux mais d'autres jauges, qui se rechargent toutes seules ou en collant sur la tronche des ennemis. Exit les potions de mana donc, et ainsi les vraies grosses pannes de magie. Le nouveau système est intéressant puisqu'il permet d'assigner une fonction spéciale sur le clic gauche de la souris et une seconde sur le clic droit. Cela, c'est pour les attaques que vous utiliserez le plus. Ensuite, vous pouvez assigner d'autres pouvoirs, potions ou sorts dans les slots prévus à cet effet et dont les raccourcis sont numérotés de 1 à 5 apparaissant en bas de votre écran. Mais ceux-ci ne sont pas accessibles directement et ne permettent donc pas d'utiliser tous les sorts dont on dispose en même temps. Il faudra attendre de voir grandir votre personnage en expérience pour en profiter, tout comme pour pouvoir utiliser les capacités dites "passives", se traduisant par des bonus de diverses formes s'activant automatiquement sous certaines conditions ( pourcentage de points de vie récupérés sur les dommages qu'on inflige, baisse de coûts de certains sorts, etc) . Notez aussi que beaucoup des capacités spéciales de vos personnages nécessiteront, outre un coût de mana (ou autre jauge), un certain temps de rechargement afin de ne pas spammer la touche. Là où cela se corse, c'est que cette règle s'applique aux potions de vie, ce qui oblige a résister un minimum de temps aux coups de l'adversaire avant de pouvoir se revigorer.
 

Connard le Barban

Commençons si vous le voulez bien par détailler un peu grossièrement les capacités de chacun. Classe probablement la plus simple à jouer et pas nécessairement la moins efficace, le barbare est comme tout le monde s'en doute l'archétype du bourrin par excellence. Son efficacité au combat rapproché est impressionnante, et la plupart de ses attaques permettent de faire voler plusieurs ennemis à la fois. Les premières fois où un coup de massue bien placé font exploser 5 ennemis en morceaux à la fois font leur petit effet, il faut bien l'avouer. Ce qui est étonnant, c'est que nombreuses sont les attaques spéciales parfaitement gratuites, ce qui a pour effet de ne jamais se servir de ses compétences de base. Plus de jauge de mana mais une jauge de Furie pour celui-ci, qu'il faudra utiliser avec parcimonie. Celle-ci se remplit à mesure que l'on inflige des dégâts, et aussi lorsque l'on en reçoit. Mais comme son nom l'indique un petit peu, elle obéit à la loi du berserker et descend progressivement à mesure que vous ne faîtes rien. Non, le barbare n'est pas un explorateur. C'est à dire que selon un principe de vases communicants, les premières attaques, gratuites, permettent de remplir la seconde jauge, celle de fury, permettant de lancer d'autres attaques plus puissantes encore ainsi que des bonus. Grosso merdo, les pouvoirs du barbare se manifestent bien souvent par des coups et des bonus de changement d'état, tels que des améliorations d'armure, de force, de rapidité, d'ignorance de la douleur, ou même devenir simplement flippant pour ses ennemis. Deux choses sont intéressantes à relever, l'une de ses attaques coûtant de la Fury permet de jeter l'arme à la gueule d'un ennemi éloigné, ce qui permet de combler le souci que peut connaître le personnage pour toucher à distance un casse-bonbon qui, par exemple, ranime les morts. Aussi, une des premières capacités passive permet de transformer un petit pourcentage des dégâts qu'inflige le barbare en points de vie pour sa tronche. Sympa quand même.
 

Quand tu chantes Wizard

Le Wizard, ou magicien en français, est probablement un des personnages qui doit être des plus puissants avec le temps. Ses pouvoirs sont de 3 types différents : les sorts rapides, les offensifs et les utilitaires. Ils dépendent d'une jauge, non pas de mana mais d'Arcane Power. Celle-ci se remplit plutôt rapidement et ne dépend de rien en particulier, sinon des bonus différents que vous pouvez trouver permettant à celle-ci de gagner en rapidité de régénération. Eh oui, les magiciens n'ont plus à courir après les fioles de mana lorsqu'ils sont à sec et peuvent se livrer aux joies du hit and run. Les sorts rapides sont plutôt faiblement coûteux, et le sont d'ailleurs de moins en moins à mesure que vous passez les niveaux. Parmi ceux-ci, les sorts électriques sont particulièrement efficaces car puissants et multi-cibles puisque les ennemis sont conducteurs de courant. Les utilitaires offrent des bonus tels que l'armure de glace, la peau de diamant, ou des bonus. Et puis, plus coûteux et évidemment plus dévastateurs, les sorts offensifs à base de vagues de force et autres orbes explosives s'avèrent assez efficaces, surtout sur les dégâts de zone. Mais le plus impressionnant est ce qui semble arriver plus tard, vers les niveaux 20, 30... Miss météo nous annonce que des pluies de météorites et de grandes vagues de froid sont à prévoir...
 

Jean-Luc, le Moine

Chauve, un peu maigrichon, arborant une bien jolie barbe de fanatique et s'exprimant avec un fort accent slave, le moine est une nouvelle classe très intéressante à jouer. Il maîtrise parfaitement le combat rapproché, à mains nues, mais la portée de ses coups et ses projections d'énergie permettent souvent de rester hors de portée des attaques ennemies, à mi-distance. Ses pouvoirs dépendent d'une jauge de Spirit et tout comme pour le barbare, certaines de ses attaques génèrent cette jauge tandis que d'autres l'utilisent. Outre son kung-fu, le moine dépense son esprit en sorts plutôt diversifiés. Ceux-ci permettent de gagner de la vie, de créer un clone attirant quelques secondes les ennemis à lui avant d'exploser en infligeant des dommages considérables, ou même de matérialiser un sanctuaire autour de lui dans lequel les ennemis ne peuvent pénétrer. Attention de ne pas en sortir et à ceux dont la portée dépasse les limites du sort bien évidemment. En sus, le moine maîtrise l'art du mantra. Ces incantations offrent divers bonus d'attaques, de défense, ainsi que des malus à ses ennemis. Le moine est donc un personnage offrant un large éventail de compétences, entre combats rapproché, mi-distance, les pièges qu'il dispose, les sorts et malédictions qu'il lance. Même si finalement il n'excelle véritablement dans aucune, nul doute qu'il n'aura pas son pareil en capacité d'adaptation aux diverses situations qu'il rencontrera.
 

Les Demon Hunters de minuit

Digne successeur de l'amazone, le Demon Hunter propose un type de combat quasi exclusivement à distance, avec une forte propension à l'esquive. Celui-ci possède deux jauges différentes pour ses sorts et attaques. La première, nommée "Hatred" (Haine) se remplit seule très rapidement et permet de gérer tout ce qui est du domaine de l'attaque pure et simple. Les projectiles ne manquent pas, flèches enflammées, projectiles ralentissant, grenades, étoiles ninja géantes, etc... Certains rebondissent et occasionnent des dégâts en plus, d'autres donnent dans les dégâts de zone, et l'un d'eux, beaucoup plus ciblé, permet même d'enchainer attaque et esquive pour ne pas perdre la face quand il s'agit de fuir comme un lâche. La seconde jauge du Demon Hunter, la discipline, gère les pièges qui par exemple permettent de ralentir l'ennemi ou encore d'effectuer des esquives qui évitent à tout prix de se retrouver au corps à corps. A terme, il peut aussi invoquer pour un temps limité un faucon dont nous n'avons hélas pas pu tester l'efficacité, mais bon, on aime bien les animaux chez GameHope, surtout fidèles et qui se battent pour vous, alors il nous semblait bon de le signaler.
 

Le Witch Doctor a eu son diplôme à Poudlard Haïti

Last but not least, le Witch Doctor, ou Féticheur en français. Affublé d'un gros masque africain tout droit sorti d'un salon post-colonial britannique, armé d'un couteau de sacrifice et d'une poupée vaudou, il semblerait que ce personnage soit monstrueux. Sorte de nécromancien qui aurait suivi ses études à Poudlard Haïti, il affiche un éventail d'attaques plutôt colossal et se permet d'être aussi efficace à distance qu'au corps à corps. Celui-ci est le seul à avoir gardé sa jauge de mana et la jauge se recharge très ( trop ? ) rapidement. Ses sorts se situent dans 3 catégories différentes, ceux du monde physique, du monde de l'esprit et les soutiens. Les premiers permettent de jeter des fléchettes de poison, d'envoyer des grenouilles explosives infligeant des dégâts de zone, de balancer à courte distance une sorte de lance-flamme de chauves souris, et tout un arsenal d'autres bestioles dégueulasses. Les 10 plaies d' Egypte à lui tout seul. Le monde des esprits permet d'invoquer des fantômes qui harcèlent leurs proies et même de se transformer soit-même en esprit afin de se tirer d'un dangereux guêpier. Enfin, les soutiens apparaissent sous diverses formes, telles que les chiens zombies qui vous accompagnent jusqu'à la mort ( résistants mais peu puissants ), des mains sortant du sol pour ralentir les ennemis sur une zone donnée et leur infliger des dégâts façon Evil Dead, ou même invoquer un sorcier durant un temps limité qui se fera un plaisir de transformer vos opposants en poules... Difficilement approchable, démesurément puissant, si rien n'est changé d'ici la version finale, il risque de méchamment bousculer l'équilibre des forces...
 

T'as pas un peu grossi ?

Diablo III a mine de rien effectué pas mal de changements majeurs dans son gameplay. Certains seront très certainement appréciés, d'autres boudés. Première mauvaise nouvelle, vous ne répartirez plus vos points de compétence comme bon vous semblait à mesure que vous passez les niveaux. Ceux-ci se font de manière parfaitement automatique, et il en est de même pour les armes qui n'évolueront plus selon votre bon vouloir. En revanche, il semble que l'accent ait été porté sur d'autres options de customisation. Par exemple pour ce qui est de la traditionnelle forge, ce sera votre rôle de la faire évoluer par vous même. A mesure que vous avancez dans l'aventure, vous ramasserez des bouquins permettant à votre forgeron d'apprendre à créer de nouvelles armes. Comme le disait Griswold, le forgeron de Diablo premier du nom "Donne à un homme une épée, il se battra. Apprends lui à forger une arme, il lèvera une armée". Mais que le forgeron sache faire des armes ne vous permet pas nécessairement de l'obtenir. Pour ce faire, il vous faut des ingrédients et pour résumer grossièrement, il faut de la matière commune et de la matière magique. Cela peut se trouver en arpentant le monde bien sûr, mais le moyen le plus simple de les obtenir est d'utiliser le chaudron mis à votre disposition. Il permet de transformer les objets non magiques en matière commune et les objets magiques en matière... Devinez... magique ! Ainsi, se procurer les meilleurs objets ne dépendra plus uniquement de votre capacité à amasser des sous, loin de là. On remarquera tout de même que les commerçant de la ville proposent pour la plupart des objets absolument miteux qui ne donnent pas une seule seconde envie d'économiser. On se retrouve rapidement avec beaucoup plus d'argent que ce dont on a besoin, et on aurait fortement apprécié qu'il y ait quelques armes qui nous fassent baver un peu plus. Si l'évolution des armes n'est pas de mise, il semble en revanche que les sorts soient eux évolutifs avec le temps, mais il n'était pas possible de les faire changer de manière vraiment intéressante dans cette bêta.
 

My own private Diablo

Il apparait aussi que les développeurs ont décidé une bonne fois pour toute de limiter les allers-retours incessants dans Diablo III. En effet, exit les parchemins de Town Portal permettant de faire un aller-retour à la ville, vous êtes maintenant en possession de la stone of recall qui permet de rentrer à New Tristam aussi souvent que vous le désirez. Mais n'espérez pas vous échapper d'une situation épineuse de cette manière, couard que vous êtes, puisqu'elle nécessite plusieurs précieuses secondes pour s'activer et l'incantation s'interrompt si vous êtes touché par un ennemi ou si vous faites le moindre geste. Et là vous vous dites " Cool ! Je pourrai rentrer revendre mon inventaire aussi souvent que je le veux quand je n'ai plus la place d'y mettre quoi que ce soit !" . Et je vous répondrai non, puisque dorénavant, le Chaudron de Jordan permet de convertir vos objets en argent instantanément. Faire de la place dans l'inventaire et se faire de la thune immédiatement, c'est aussi cela Diablo III. Dans la série des déplacements inutiles évités, vous avez aussi les parchemins de compagnons. Ceux-ci invoquent un petit animal aléatoire, cafard, serpent, lapin, cochon ou n'importe quoi d'autre qui vous suivra quelques temps et se chargera de ramasser votre or en permanence sur votre chemin. Et comme les tonneaux, bibliothèques et autres cercueils à fouiller sont très, très, très nombreux, vous serez plus qu'heureux de compter sur les bestioles. Et si ça a l'air d'une option un peu naze dite comme ça, reparlons-en après quelques heures de jeu passée à cliquer plus souvent sur 3 pièces d'or que sur les ennemis...
 

Diablo grenadine

Outre ces changements qui ont surtout pour effet de minimiser les actions inutiles, on retrouve ce qui a fait le succès de la série dans les grandes lignes. L'ambiance tout d'abord, avec sa narration épique et ses décors sombres, tirant vers le glauque (dans le sens premier du terme à savoir sa couleur ). Une très bonne surprise de Diablo III, c'est sa gestion des décors. Les objets qui le composent sont très souvent parfaitement destructibles et une grosse scène de combat dans un cimetière par exemple se soldera souvent par un champ de ruine à la fin de la rixe. De plus, vous pourrez fréquemment utiliser des éléments du décor pour les faire s'abattre sur des ennemis, par exemple faire exploser un chandelier au sol, ou s'effondrer un mur sur quelques morts-vivants qui dévoraient un cadavre plus bas. Disséminées ça et là, outre les fontaines de santé dont on avait l'habitude, vous pourrez trouver des bénédictions vous octroyant des bonus temporaires de skills ou d'expérience. Les niveaux regorgent de recoins à fouiller, de mécanismes, et surtout, il y a une part d'aléatoire dans ceux-ci afin qu'une quête que vous désirez refaire ne soit jamais véritablement la même. Occire plusieurs bestioles à la fois, effectuer un massacre ou se servir d'un pan de mur chancelant pour écraser ses cibles permet aussi d'obtenir des bonus d'XP non négligeables. Les alliés que vous pourrez rallier à votre cause sont maintenant un peu plus personnalisables qu'avant. Vous pouvez choisir certains de leurs pouvoirs lorsqu'ils évoluent, ainsi que leur fournir l'arsenal que vous choisissez. Vous pouvez d'ailleurs leur demander de l'aide lorsque vous le désirez et quand vous n'en avez plus besoin, les congédier à la taverne où ils vous attendront sagement. Un coffre est disponible au village, dont vous pouvez vous acheter les slots supplémentaires à votre grès. Si vous créez plusieurs personnages, rien ne vous empêche d'en stocker pour venir les reprendre plus tard. Ainsi, si en vous baladant avec le Witch Hunter vous découvrez une superbe orbe réservée au magicien, il vous suffira de la laisser dans le coffre. Puis, quittez la partie et revenez avec votre mago, l'orbe vous attendra bien sagement. Cela permettra à terme évidemment de favoriser l'échange d'objets entre joueurs et évidemment de stocker ce que vous désirez revendre puisque le marché des objets du jeu en argent réel sera ouvert lors de la version finale.
 

Diablo menthe

Au final, la bêta de Diablo III nous a offert quelques heures de plaisir franchement jouissif. Le fait est qu'en règle général, celui-ci était un petit peu trop facile, surtout lorsqu' après quelques heures de jeu l'équipement devient plus conséquent. Quelques aspects déçoivent, c'est vrai, comme le fait de ne pouvoir faire évoluer ses armes et ses compétences soit-même, mais en contre-partie, on nous propose une customisation des sorts et la possibilité de fabriquer soit-même ses armes. Ces dernières sont d'ailleurs accompagnées systématiquement d'un attribut parfaitement aléatoire de telle sorte à ce que l'on puisse toujours essayer de faire mieux. Au delà de cela, le jeu a aussi encore besoin de calibrage puisque outre sa trop faible difficulté, il y avait trop d'argent et pas assez d'endroit où le dépenser. Mais c'est aussi à cela que servent les bêtas non ? Recalibrer, écouter les retours des joueurs et pouvoir proposer quelque chose d'aussi équilibré que possible au final.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Mine de rien, Diablo III semble proposer une somme de petits changements peu importants s'ils sont pris individuellement mais qui mis bout à bout bougent pas mal les choses. Certains aspects décevront peut-être les fans de la première heure qui par exemple ne pourront plus dispatcher leurs points de compétence eux-même, mais après une cinquantaine d'heure de jeu, le fait est que le jeu est une véritable petite perle et attendre la version finale sera une torture. Si celui-ci ne révolutionnera certainement pas l'univers du hack'n slash, il le perfectionnera avec grand grand grand talent. Du Blizzard, quoi.

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

35 ans | Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires