Test : Total War : Shogun 2

Total War : Shogun 2 - PC

Genre : Stratégie Samouraï en groupe

Date de sortie : 15 mars 2011

Genre
Stratégie Samouraï en groupe
Date de sortie
15 mars 2011 - France
Développé par
The Creative Assembly
Edité par
Sega
Disponible sur
PC
Parfois appelé
Shogun 2 : Total War

Konnichi wa petit scarabée. C'est la brise sacrée du matin qui m'amène vers toi aujourd'hui afin de t'enseigner les rudiments de la guerre, la vraie. Pas celle du fourbe caché dans les buissons ou camouflé dans la boue. Ici, jeune crevette, tu apprendras la guerre stratégique, celle où le cerveau prime sur le muscle et où le champ de bataille s'avère être un vrai échiquier. Tu ne connaîtras ni la peur, ni la couardise, ni la poltronnerie. Tu porteras fièrement l'étendard de ton clan vers la victoire et la conquête des territoires de nos ennemis. Allez, jeune pourceau, viens et je te révèlerai le chemin à emprunter pour connaître la gloire éternelle que le Japon te prédestine déjà... OU PAS ! ROFL LOL§

 
 
Alors que la série des Total War ravit les fans de jeux de stratégie depuis dix ans maintenant, il était temps de donner une suite digne de ce nom à l'épisode ayant érigé les fondations de cette saga maintenant mythique. Après l'ère romaine, en passant par les invasions barbares jusqu'à la suprématie napoléonniene, c'est le Japon féodal qui revient sur le devant de la scène. Sous-exploitée en général dans l'univers des jeux vidéo, cette époque regorge de faits, d'histoires et de légendes qui ne cherchaient qu'à reprendre forme. C'est désormais chose faite grâce aux petits gars de chez The Creative Assembly qui ont (n'ayons pas peur des mots) abattu un travail tout bonnement exemplaire pour pondre ce titre aux allures de GOTY. En lançant le jeu, il est impossible de ne pas s'immerger complètement dans l'ambiance du pays du Soleil Levant d'époque tellement les détails ont été perfectionnés au maximum. Traits de calligraphie japonaise, fleurs de cerisiers, estampes nippones pour désigner les unités... Tout est réuni pour distinguer ce Total War des épisodes précédemment sortis et la réussite est complète. Du moins la différence se fait au niveau de l'enrobage car concernant le contenu, un opus de la série Total War n'a jamais aussi bien tenu son nom.
 

戦争が良いです...

La guerre déchire l'archipel japonais durant le Sengoku-jidai, en l'an 1545. L'empereur du Japon cherche le Shogun qui pourra contrôler le territoire et réunir les clans sous une seule bannière. Mais comme vous pouvez vous en douter, cela ne se fera pas sans faire couler des litrons de sang. Votre objectif principal sera donc de conquérir les zones contrôlées par d'autres clans via votre puissance militaire qu'il faudra augmenter au fil de l'avancée dans les terres. Pour ce faire, il sera primordial de gérer vos différents camps établis en améliorant continuellement les différentes constructions et en administrant l'économie afin de fournir la nourriture nécessaire à votre population pour éviter l'insurrection. En effet, comme dans les opus précédents, chaque « tour » équivaut à une saison. Il faudra donc toujours veiller à préparer les réserves de nourritures pour ne pas que la populace succombe aux terribles hivers nippons.
 
 
En tant que maître de guerre, n'oubliez surtout pas de composer avec la religion qui était un atout très puissant en ces temps reculés. La construction et l'entretien de temples permettront de former des moines qui pourront, grâce à la puissance de la foi, retourner les populations de vos ennemis contre eux. C'est ce genre de fourberies qui permettra d'avoir l'avantage lors de batailles décisives pour le contrôle de tel ou tel territoire. En parlant de coups bas, même les plus nobles chefs de guerre s'y emploient pour semer la zizanie dans les camps ennemis. Pour ce faire, plusieurs différents « agents » seront mis à votre disposition.
 
 
En plus du moine, déjà évoqué, vous pourrez utiliser la discrétion du ninja qui pourra gangrener l'organisation de vos opposants en assassinant le général de guerre adverse, corrompre une armée, saboter la porte des forteresses pour diminuer les défenses ou encore brûler leurs bâtiments de productions. Quant aux Matsukes, ces derniers sont des espions permettant de toujours avoir un œil sur les mouvements dans la région que vous occuperez. Comme tout bon Total War, vos agents gagneront de l'expérience au fil des succès accumulés lors de leur missions et pourront s'attribuer certaines compétences à débloquer via un arbre de talents à plusieurs branches. Attention toutefois à vos moines, ninjas ou matsukes qui, si vous ne surveillez pas leurs déplacements, pourront faillir à leur mission et tomber aux mains crochues de vos ennemis ou pire, se retourner contre vous...
 

...しかし、外交が優れている

Si un arbre de talent est disponible pour les agents, il en sera de même pour vous, le maître de guerre, qui pourra choisir sa voie via deux arbres des arts. Ces derniers qui pourront être améliorés au fil de votre progression, permettront de débloquer des nouvelles options de constructions et des unités plus puissantes. L'I.A. du jeu vous proposera de vous guider dans les choix concernant la spécialisation de vos arbres mais ne tombez pas dans le panneau et gérer le tout vous-même, cela vous évitera de disperser vos points inutilement.
Si vous pensiez que foncer dans le tas avec vos armées et tout brûler sur votre passage serait suffisant pour imposer votre clan : détrompez-vous ! Aucune guerre ne s'est gagnée sans la sage utilisation d'une diplomatie contrôlée avec sagesse et droiture. Ainsi, Shogun 2 : Total War vous proposera des options « diplomatie » permettant de vous allier avec certains clans pour faciliter vos batailles ou encore débloquer de nouvelles routes commerciales et remplir vos fouilles. Attention, ces alliances ne se feront pas sans sacrifices. Argent, filles à marier, protection rapprochée... Tout sera bon à proposer aux alliés convoités pour que vous rentriez dans leurs petits papiers et que vous fassiez fructifier une possible coalition. Vous l'aurez compris, la guerre prendra une part importante dans votre domination territoriale, mais, sans user d'une diplomatie raisonnée, il deviendra très difficile de vous imposer. En effet, l'I.A., véritable fouine, n'hésitera pas à vous attaquer dans vos pires moments de faiblesse, ou à affaiblir vos défenses si vous n'aviez pas eu la bonne idée de vous allier avec le clan voisin. Bref, restez à l'affût ou préparez la vaseline.
 

アートオブウォー

A l'échelle de la carte, vous constaterez qu'une multiplicité de régions pourront être conquises. D'ailleurs, si la micro-stratégie ne vous servira qu'en bataille rangée, c'est la macro-game qui devra être maniée avec brio pour gérer et renforcer vos troupes tout au long du jeu. En plus des améliorations de bâtiments et cultures, vous devrez constamment entretenir vos unités en veillant à ne pas y laisser tout votre pognon, car, ces petites dépenses s'accumulant, elles deviendront rapidement un vrai gouffre à tunes. Bref, pour garder vos comptes dans le vert, ce sont les échanges commerciaux qui seront d'une importance capitale. Vos bateaux commerciaux pourront rejoindre les autres royaumes par la mer qui sera aussi le théâtre d'affrontements très intéressants. Si les batailles sur le plancher des vaches vous permettront de coloniser rapidement une région, il ne faudra pas négliger la conquête des eaux ennemies qui vous vaudra un nombre étonnant d'avantages une fois le contrôle des mers en votre possession.
 
 
Tout comme les unités terrestres, les navires, de morphologies différentes, ne rempliront pas le même rôle. Il y aura de nettes différences entre le petit kobaya d'archers qui se manie très facilement afin d'organiser des attaques rapides et le Bune, bateau lourd, assez lent, servant plutôt à aborder les bâtiments ennemis. Ces joutes marines, déjà présentes sur l'opus Empire de la série des Total War, ont d'ailleurs bénéficié d'un petit lissage, surtout en terme de gameplay. Si la trajectoire qu'empruntait les bateaux était d'une approximative raideur dans Empire : Total War, pour Shogun 2, le problème n'est plus. En effet, toutes les manœuvres de déplacements s'effectuent avec une aisance déconcertante et même le plus crispé des joueurs sortira victorieux de ces eaux troubles.
 
 
Une fois les palmes et la bouée rangées, place aux batailles terrestres qui prendront une part conséquente dans votre temps de jeu. Lors des confrontations avec votre ennemi, l'étude de la composition de son armée sera primordiale. A la manière d'un shifumi, certaines de vos unités auront à la fois une position de force et une vulnérabilité face à d'autres types d'unités. Il vous faudra alors prendre le dessus sur vos adversaires en envoyant les combattants capables de contrer le plus facilement l'armée adverse. Rien n'est plus jouissif que votre bataillon de cavaliers fonçant dans les frêles groupes d'infanterie terrestre, tout en les prenant en position du lotus inversé. Les positions d'ailleurs, parlons-en. Pas du Kamasutra, non, mais bien des formations et aptitudes guerrières qui vous permettront d'avoir l'avantage lors de rixes tendues. Des flèches enflammées des archers à la disposition en triangle des cavaliers, il vous faudra tout optimiser pour infliger une quantité de dégâts accrue. A l'assaut d'une cité ennemie sur la carte, vous pourrez choisir de vous risquer à laisser l'I.A. mener le combat pour vous ou bien de prendre les choses en main et d'entrer directement sur le champ de bataille pour y diriger vos troupes. Pour Shogun 2, le développement de ces batailles a bénéficié d'un nombre hallucinant de détails influant sur le déroulement du combat ; la météo notamment, qui a pris une certaine importance par rapport aux épisodes précédents. Par exemple, vous pourrez être surpris par une pluie torrentielle ou un brouillard épais vous empêchant d'appréhender les mouvements adverses et compliquant nettement l'assaut de la forteresse convoitée. Cette dernière est d'ailleurs une des nouveautés de Shogun 2. La prise du château ennemi décuplera l'intensité de la bataille puisque, une fois les troupes adverses retranchées derrière ses murs, il faudra sortir les cojones pour capturer le donjon principal, synonyme de victoire. Gardée par des tours équipée d'archers, cette forteresse dispose de plusieurs entrées possibles qui seront constamment surveillées par des régiments de soldats acculés. Pour contourner ces défenses fortifiées, vous pourrez utiliser des unités fourbes comme les ninjas, pouvant escalader les murs afin de se rendre au donjon et tenter une capture rapide et dissimulée. Comme l'I.A. a été peaufinée à l'extrême, il sera possible de jouer des tours à votre ennemi et créer des diversions à l'extérieur de la forteresse pendant qu'un petit groupe de ninjas s'occupera de la prise du donjon non défendu. Vous l'aurez compris, le système de bataille fera des heureux et les nouveautés incluses dans le titre sont nombreuses. Pour éviter le spoil, nous n'évoquerons pas les autres petites gâteries qui vous attendent dans ce Shogun 2, brillant de bout en bout.
 

私のカタナ、私のお弁当と私の大手パソコン

Concernant les aspects plus techniques maintenant, tous les voyants sont au vert. Enfin, pour les personnes qui disposent d'un PC ayant la puissance de la fusée Ariane. Les décors détaillés, les magnifiques effets d'eau et de lumières ainsi que les milliers de soldats gérés en même temps pourront tirer vos FPS (images affichées par seconde) vers le bas. Par contre, si vous disposez d'une machine assez puissante pour lancer le tout de manière optimisée, c'est le bonheur à portée de souris. Il est important de noter que dans ce genre de titre (surtout dans la série des Total War), une grande partie du plaisir de jeu passera par la capacité de votre PC à pouvoir faire tourner le titre de manière fluide. Cela impactera certaines phases de jeu comme le fait de pouvoir voir à distance sur le champ de batailles ou d'éviter les trop gros ralentissements lors d'importantes rixes.
 
 
Niveau durée de vie et en vous passant les détails, la campagne en solo est jouable avec neuf factions différentes qui bénéficient de leurs propres troupes et objectifs distincts. Le multijoueur est également source d'un temps de jeu conséquent puisque vous pourrez mettre en place des parties avec vos potes, ces derniers pouvant également joindre votre campagne en cours. Shogun 2 tiendra donc vos doigts chauds pendant un très long moment. Pour terminer sur la bande-son : les musiques traditionnelles et effets directement importés du pays du Soleil Levant sont d'une très bonne facture et vous plongeront instantanément dans l'ambiance du Japon d'époque. Mention spéciale pour le doublage des voix, où le petit accent japonais ne laissera pas les joueurs indifférents.
 

Article rédigé par Lorris , le

Tellement riche, tellement beau, tellement intéressant... Shogun 2 s'impose sans soucis comme le meilleur opus de la saga des Total War. Amateurs ou non de ce style de jeu, le titre de The Creative Assembly emballera la majorité des joueurs qui poseront leurs doigts boudinés sur le mulot. On aura beau y chercher les défauts, entre un système de combats quasi parfait, une diplomatie très bien menée et une gestion à faire pâlir les cadors du genre, ce dernier né des Total War présente une copie sans faute et trône en grand maître dans sa catégorie. Un must-have, sans aucun doute.

Points positifs

  • Graphiquement monstrueux
  • Un système de batailles au top
  • Une option "diplomatie" profonde
  • Une période historique très dense
  • Vos aptitudes tactiques mises à l'épreuve
  • Techniquement très solide
  • Une bande-son subtile

Points négatifs

  • Un gros PC ou (presque) rien !

A propos de l'auteur

Lorris

Lorris

29 ans | Fin limier du mot

Nonobstant les ouï-dires et les non-dits de ceux qui pensent que non et de ceux qui estiment que oui, Lorris demeure un génie incompris. Utilisant constamment un langage profane qui sied à sa caste de jeune kikoo-gamer-du-web, ce candide éphèbe qui newse, teste, et previewte n'est finalement qu'un esprit brillant parmi les autres cucurbitacées qu'il tient pour collègues. Sinon, Lorris est une âme modeste, offrant son corps pour partager avec délectation et frivolité sa passion qui l'anime dans le manoeuvrage du joystick et non pas du droit de cuissage comme certains butors le feraient entendre.

Contacter

Commentaires