Test : Football Manager 2011

Football Manager 2011 - PC

Genre : Gestion / Sport

Date de sortie : 05 novembre 2010

Chaque fin d’année c’est la même ritournelle : les travaux, le verglas, le sapin de Noël, les gens qui gueulent à cause de la neige, les politiques présentent leurs vœux, Aznavour annonce sa dernière tournée, les fanboys du monde entier s’engueulent autour du conflit PES/FIFA, qui a relégué au second plan les guerres civiles du monde entier… et bien sûr, les fans de simulation voient arriver dans les rayons notre bon vieux Football Manager.

 
 
« Version 2011 » donc, puisque le jeu est sorti en fin d’année 2010, avec une base de données qui a donc été largement remise à jour, et qui, comme d’habitude, ravira tous les fans de statistiques du monde entier. Pas la peine de faire le tour d’horizon des bases du jeu, il vous suffira de lire le test de la version 2010, voire celle de 2009… Encore que. Pour faire simple, disons que Sports Interactive aime alterner grosses révolutions et petites nouveautés. Nous sommes dans une version impaire, paf : c’est la petite nouveauté. Non non, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! Ce n’est pas une mauvaise version, simplement un « opus bis » bien plus complet, bien plus rempli. Et parmi les nouveautés : miam, que du bon !
 

Agents troubles

La mise à jour notable de la version 2011, c’est l’apparition des agents. Etrangement, on dirait que PES et FM se sont donnés le mot sur ce point. Histoire d’augmenter encore un petit coup le réalisme de cette simulation, FM 2011 voit donc apparaître de gentils petits bonshommes supplémentaires : les agents des joueurs. A chaque tractation financière, avec qui que ce soit, ce sera désormais vers lui que vous (le sélectionneur ou l’entraîneur) devrez vous tourner pour négocier des prix et des options du contrat : presque anecdotique, mais cela rajoute une sorte de filtre entre le joueur et son éventuel futur club. L’agent exprime l’intérêt que son client peut avoir pour vous et ses motivations… et bien sûr, le pourcentage de marge qu’il veut récupérer pour ses fouilles personnelles. Bah, c’est réaliste au moins ; et super plaisant d’avoir enfin un interlocuteur en face de soi, qui n’hésite pas à s’adapter s’il remarque que vous êtes un vieux gripsou ou que vous jouez la fine bouche juste pour l’emmerder.
 
 
Pour continuer dans les bonnes nouvelles, quelques aspects du jeu sont mis à jour, comme la communication en interne avec vos joueurs. Vous pouvez désormais aborder des sujets avec eux, et venir à de nombreuses demandes, que ce soit au niveau de leur style de jeu, de leur contrat ou de leur futur. A vous de bien amener les conversations sous peine de finir très rapidement par une engueulade. Encore légèrement bancale, cette possibilité, avec une IA un peu moins rigide, devrait être plus que sympathique. Petit plaisir : la possibilité de demander à un international à la retraite de revenir sur sa décision. Mais c’est compliqué : n’est pas Zidane qui veut. Il est à noter que vous pouvez faire de même avec vos adjoints et dirigeants, histoire de débloquer des budgets ou leur susurrer à l’oreille qu’il faudrait augmenter le nombre de sièges dans le stade. Malgré les petits défauts d’IA donc, on appréciera le fait d’avoir enfin des conversations plutôt que de banales phrases balancées au hasard. Un peu de crédibilité supplémentaire, ça ne fait pas de mal. Concernant les conférences de presse et les commentaires en externe, par contre, c’est un peu toujours la même chose. Petite amélioration marrante : quand vous voulez vous exprimer sur une personne, vous contactez une rédaction et un journaliste se chargera de prendre votre témoignage.
 

Entraînez-vous, qu’i’disaient…

Pour les plus fans de la série, le menu entraînement était très complet et varié, afin d’obtenir de ses joueurs presque l’impossible. Dans cet opus, cette séquence, encore plus complète, permet de varier les plaisirs. Il est possible de préparer plusieurs phases différentes en paramétrant le style d’évolution sur le terrain et la forme de la tactique. De plus, chaque joueur peut être amené à s’adapter à un entraînement spécifique ou sur telle ou telle caractéristique ; tout ceci avec l’aide de vos adjoints qui n’hésiteront pas à vous solliciter chaque semaine pour faire une réunion technique et pour distribuer des bons et des mauvais points aux élèves en mentionnant de temps en temps les compétences sur lesquelles il faut insister (« il devrait travailler sa vitesse » et autres joyeusetés). Avec leurs aides, il ne suffira que d’un ou deux clics pour améliorer l’équipe. Sinon, tout est évidemment possible du côté des techniques de jeu, et vous pouvez tout gérer manuellement, comme un grand, sans l’aide de personne. Mais là, il faut de la pratique car, comme à chaque fois, ce sont des dizaines et des dizaines d’écrans de statistiques, avec, quelques fois, quelques graphiques, qui s’enchaînent.
 
 
La base de données, comme chaque année, est immense : 51 pays, 120 championnats, 160 000 joueurs . De quoi s’amuser assez longtemps dans de nombreuses ligues ! La plupart des grands clubs ont leurs logos officiels, mais en général, ça s’arrête à la première ligue. Peu importe, les joueurs sont bien là, et c’est ce qui compte. La durée de vie est donc, forcément, quasi infinie et tant mieux ! D’autant que cette année, le moteur graphique est particulièrement beau, même si ce n’est pas forcément ce que l’on attend du jeu. Du coup, cela peut faire quelques breaks aux écrans de stats, lorsque les matchs se lancent, où vous passez alors au rôle du technicien devant un écran 3D du plus bel effet. Encore un bon point.
 

Article rédigé par Jivé , le

Oui, on en distribue, des points bons, à ce FM 2011. Il faut dire que cet opus est très proche du bon 2010, et insère des évolutions anecdotiques et notables (plutôt la deuxième option). En tout cas, elles font mouche à chaque fois. Entre la communication, la gestion des contrats, les agents… FM 2011 est une version plus crédible d’un jeu dont la réputation n’est plus à faire.

Points positifs

  • Complet
  • Toujours mieux à chaque saison
  • Grande communication
  • Possibilité de relier à son compte facebook/twitter
  • Base de données de ouf
  • Crédible et réaliste

Points négatifs

  • Encore un peu trop austère par moment

Commentaires