Preview : Borderlands 2

Borderlands 2 - PC

Genre : RPG / FPS post-apocalyptique

Date de sortie : 21 septembre 2012

Genre
RPG / FPS post-apocalyptique
Date de sortie
21 septembre 2012 - France
Développé par
Gearbox Software
Edité par
2K Games
Disponible sur
PC, PS3, PSVita, Xbox 360
PEGI
 Interdit aux moins de 18 ans

Entre NBA 2K13, SpecOps The Line ou encore X-Com Enemy Unknown, 2K Games avait un bien joli catalogue de jeu à présenter à l'E3. Et au milieu de tout cela, la suite de l'immense, le gigantesque Borderlands, dont nous vous offrons ici un rapide coup d'oeil en attendant une preview plus approfondie prochainement.

 
 
Borderlands 2, c'est un petit peu monsieur plus. Le studio Gearbox a bien retenu les leçons qui ont fait le succès du premier épisode et a conforté ses bases pour offrir une suite qui devrait grandement combler les fans, et pourquoi pas faire adhérer au concept de nouveaux gamers. Borderlands 2 se joue donc à 4 en coopération, mais l'essai effectué s'est déroulé à 2 joueurs en Lan (chacun son écran), sachant que le jeu est aussi, comme son prédécesseur, jouable en écran splitté. C'est aux commandes d'un petit nouveau dans l'équipe, l'Assassin (fils spirituel de Mordecaï le chasseur de Borderlands) que s'est déroulé l'essai, en coopération avec la Siren.
 
 
Physiquement plutôt très stylé, avec son casque faisant immanquablement penser au héros de MDK, l'assassin est spécialisé dans l'utilisation des armes à distance de type sniper, avec pas mal d'améliorations disponibles à cet effet. On retrouve d'ailleurs le un système d'évolution relativement similaire au premier épisode, avec 3 chemins à prendre et des capacités à booster au maximum si l'on veut atteindre la suivante. Sa capacité spéciale lui permet de créer un holograme de lui même qui va attaquer au corps à corps, tandis que lui même devient invisible. Cela permet à la fois d'occuper un ennemi, de lui infliger des dégâts, éventuellement de se tirer d'un mauvais guêpier, et d'avoir le temps de placer un bon gros headshot bien préparé. En revanche, lorsque vous tirez, les ennemis s'aperçoivent instantanément de votre présence alors mieux vaut être précis... La Siren quant à elle pouvait enfermer les ennemis dans une enveloppe d'energie et les faire flotter en l'air, les rendant à la merci des tirs soutenus de tous les alliés.
 
 
Le premier épisode détenait le record homologué du nombre d'armes utilisables dans un jeu, avec un total de près de 18 millions. Ici aussi, les quelques minutes jouées ont permis de constater que le générateur d'armes était toujours présent puisqu'au bout de quelques minutes nous avions déjà pu voir passer près d'une cinquantaine de lances-roquettes, flingues, mitraillettes et autres objets de destruction massives. Borderlands 2 sera encore plus addictif, puisqu'outre son aspect "Loot", avec une recherche toujours insatisfaite de la meilleure arme possible et imaginable tout au long de l'aventure, le jeu est devenu encore plus beau. Si le premier épisode était plutôt joli, avec son rendu en cell-shaded, les décors plutôt désertiques étaient plutôt vides. Le niveau essayé était en plein milieu d'une ville et fourmillait de détails, sublimant encore le rendu.
Enfin, nous avons pu constater que Borderlands 2 n'avait pas perdu de son humour décalé. La mission avait pour but de faire tomber un homme aux yeux du public, et plutôt que de le tuer, il était considéré comme bien plus efficace que de détruire les statues à son effigie disséminées dans la ville. Le bestiaire semblait bien fourni, avec des machines robots énormes et des soldats armés jusqu'au dents. Et puis surtout, du looooooooooot, encore du loot, toujours du loot.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Borderlands 2 va faire très mal en septembre prochain. Il est toujours aussi drôle, diablement plus joli avec ses décors fourmillants de détails à l'opposé des étendues désertiques du premier opus, et son humour toujours aussi ravageur. On a très hâte de pouvoir mettre les mains sur sa version finale et de décortiquer les nouveautés inhérentes à chaque classe, mais en attendant, ce premier aperçu était vraiment très très positif.

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

35 ans | Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires