Test : Tom Clancy's Ghost Recon Online

Tom Clancy's Ghost Recon Online - PC

Genre : TPS multijoueur gratuit

Genre
TPS multijoueur gratuit
Développé par
Ubisoft
Edité par
Ubisoft
Disponible sur
PC
Parfois appelé
Ghost Recon Online
Site officiel
Site officiel

Moins de trois mois après un Future Soldier excellent, les Ghosts de Tom Clancy reviennent sur PC avec un épisode massivement multijoueurs. Le titre ayant le bon goût d'être free-to-play, il reste à voir si son gameplay fait dans la finesse et la précision, comme ses aînés orientés solo. Réponse tout de suite.

 
 
Il ne faut pas se leurrer, le petit monde des jeux de tir multijoueurs est sinistré depuis bientôt 5 ans maintenant. Depuis que l'ouragan Call of Duty : Modern Warfare, ravivé tous les ans par ses successeurs, est passé par là, difficile pour les concurrents de se faire une place au soleil dans le genre. Une problématique à laquelle les équipes d'Ubisoft ont dû répondre. Et la réponse qu'ils ont trouvée est aussi simple qu'elle tombe sous le sens. Pour faire simple, Ghost Recon Online est l'anti-Call of Duty par excellence. Ce qui est loin d'être con vu que de toute façon tout oppose les deux licences. Si vous voulez vous amuser à foncer dans le tas pour dézinguer le premier pèlerin croisé, vous risquez de ne pas faire long feu.
 

Jamais sans mes potes

Pour s'en sortir dans Ghost Recon Online, il faut jouer en équipe. Il propose trois classes qui se complètent plutôt bien. On a l’Éclaireur qui peut éclaircir les rangs ennemis avec son fusil de sniper ou bien les prendre à revers grâce à sa capacité le rendant invisible. Le Spécialiste peut, quant à lui, délivrer un tir de suppression avec sa mitrailleuse légère. Et le Commando est plus apte au combat rapproché, étant doté d'une santé plus élevée et, au choix, d'un fusil à pompe ou d'un fusil d'assaut. Rien qu'avec les statistiques et les équipements différents de ces classes, on peut élaborer pas mal de stratégies différentes. On peut facilement imaginer deux spécialistes fixer des joueurs adverses pendant qu'un sniper guette la moindre occasion de les descendre et qu'un ou deux commandos font tranquillement le tour pour les prendre à revers. Ici, il faut jouer en équipe pour l'emporter.
Un autre élément important du gameplay de Ghost Recon Online est le système de couverture. Loin d'être aussi fluide, souple et immersif que celui de Future Soldier, il reste néanmoins agréable à utiliser et, surtout, il devient vite indispensable. En effet, se mettre à couvert offre d'importants bonus au niveau de la précision, du recul et de la stabilité de vos tirs. Bref, on est bien plus efficace à couvert, et en plus rester à couvert allonge votre espérance de vie.
 

La technologie du futur

Pour marquer un peu plus la différence entre les classes, chacune d'entre elles a accès à quatre capacités, deux actives et deux passives. Les premières sont accessibles dès le niveau 2 alors que pour les secondes il faudra atteindre le niveau 8, ce qui est déjà un peu plus long. Chaque personnage ne peut s'équiper que d'une capacité de chaque type. Par exemple, un éclaireur devra choisir entre la capacité de se rendre invisible ou la possibilité de détecter les ennemis. Ces compétences sont ici appelées technologies. Les capacités actives ne s'utilisent que pendant une durée limitée et nécessite un temps de rechargement avant leur réutilisation. Bien pensées, ces technologies offrent de nouvelles possibilités tactiques. Par exemple, pour éliminer un sniper de front, on peut imaginer un spécialiste prendre un commando sous son bouclier égide (ce dernier dévie les tirs ennemis) et l'approcher suffisamment de la cible pour que celui-ci puisse charger sur elle grâce à son blitz et l'éliminer. Pour info, le blitz permet au commando de charger ses adversaires en mettant un bouclier devant lui, mettant au tapis, sans les tuer, tous les ennemis qu'il touche.
 
 
Pour ce qui est des capacités passives, nommées ici technologies d'appui, elles offrent divers bonus au joueur qui peuvent être décisifs lors d'une partie. Cela peut permettre à l'éclaireur de repérer des cibles potentielles. Mais les spécialistes peuvent grâce à elles régénérer leurs munitions ou accélérer la recharge de leur capacité active. Le commando peut quant à lui renforcer son armure ou accélérer la régénération de sa santé. Ces capacités sont déjà intéressantes en soi, mais là où ça devient une putain de bonne affaire, c'est lorsque vous restez groupés avec votre équipe. En effet, vous faites profiter à vos alliés proches de votre technologie d'appui, et vice et versa. Voilà qui, encore une fois, favorise le jeu en équipe.
 

Un contenu un peu limite

C'est le sujet qui fâche. Le jeu ne compte pour l'instant que quatre maps et deux modes de jeux. Bien entendu, ces chiffres ne sont pas figés dans le marbre. Une cinquième map vient d'ailleurs s'ajouter au jeu un mois à peine après son lancement, mais le fait est qu'on a l'impression d'en avoir vite fait le tour. Heureusement, une large quantité de défis est là pour palier au manque, nécessitant pas mal d'heures de jeu à eux seuls. Les différents niveaux sont bien construits et offrent pas mal de possibilités tactiques intéressantes. Pour ce qui est des modes de jeu, le mode conquête oppose deux équipes sur une map dans laquelle sont disposés cinq points de contrôle, chacune en ayant deux en sa possession. Le but est de capturer les trois autres dans l'ordre imposé. L'équipe qui prend possession de toutes les zones gagne. Au bout du temps imparti, c'est celle qui en a le plus en sa possession qui l'emporte. Dans le mode carnage, une équipe doit prendre possession de deux points de contrôle pour en débloquer un troisième et l'envahir avant la fin du temps imparti alors que l'autre les défend. À chaque manche, les rôles s'inversent. Rien de diablement original donc, mais c'est diablement efficace. On a droit a des confrontations tendues dans lesquelles s'invite un petit aspect mind-game, de part le besoin d'anticiper les mouvements de l'adversaire. Ajoutez à cela que les serveurs sont stables et que le matchmaking tombe souvent juste sans durer trois plombes, et l'ensemble devient foutrement sympa.
 

Article rédigé par pattoune , le

Restant au plus près de l'esprit des jeux solo, Ghost Recon Online se démarque de la concurrence, nécessitant un jeu en équipe et une avance prudente, contrairement aux ténors du genre. Il offre une expérience différente mais non moins plaisante. Son seul véritable défaut à l'heure actuelle reste son contenu qui est franchement limité. Heureusement, les développeurs semblent motivés pour en rajouter régulièrement, et gratuitement en plus. On terminera par noter que, contrairement à beaucoup de free-to-play, le titre d'Ubisoft ne vous demande pas de mettre la main au porte-monnaie toutes les cinq minutes, le jeu s'appréciant pleinement sans débourser un rond. Alors vous n'avez plus aucune excuse pour ne pas l'essayer.

Points positifs

  • Le jeu en équipe
  • On ne vous demande pas de payer toutes les 5 minutes
  • Les défis

Points négatifs

  • Seulement 4 maps et 2 modes de jeu
  • De rares bugs d'affichage

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

33 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires