Preview : Bastion

Bastion - PC

Genre : Hack'n slash trop mignon

Date de sortie : 16 août 2011

Genre
Hack'n slash trop mignon
Date de sortie
16 août 2011 - France
Développé par
Supergiant Games
Edité par
Supergiant Games
Disponible sur
IOS, PC, Xbox 360
Modes de distribution
Steam
Site officiel
Site officiel

Nous fumes cette semaine gracieusement invités par Microsoft pour tester les titres du Summer of Arcade 2011. Nous retrouvâmes donc quelques collègues journalistes et blogueurs au loft Xbox pour tester ces quelques titres, et celui sur lequel nous allons nous étendre dans cet humble billet se nomme Bastion.

 
 
Plutôt discret dans sa communication, Bastion n'en demeure pas moins intéressant à plus d'un titre. Si son design kawaï et coloré nous fait fortement penser à des productions Ankama comme Island of Wakfu, il n'en demeure pas moins agréable à l’œil. Les graphismes sont fins et détaillés, sans pour autant être d'une beauté éblouissante. Mais ce n'est pas cela qui éveille notre intérêt pour ce hack'n slash à la sauce « trop mignon », mais plutôt dans le fait que les donjons que l'on explore se construisent au fur et à mesure qu'on avance et qu'une voix commente toutes nos actions en temps réel, nous mettant dans la peau de Harold Crick dans le film de Marc Foster, l'humour en moins.
 

Bastion ne s'est pas fait en un jour

Le titre se présentant sous la forme d'un hack'n slash plutôt classique, on passe son temps à explorer des donjons tout en éclatant la tronche à tout ce qui se trouve sur notre passage. Rien de follement excitant au premier abord donc. Seulement il se trouve que les dits donjons se construisent en temps réel sous nos yeux au fil de notre progression, nous empêchant d'anticiper certains pièges, ceux-ci apparaissant parfois juste devant nous. Et il en va de même pour les ennemis, on peut se retrouver assailli de toutes parts alors qu'on était tranquille la seconde d'avant. Malheureusement, en faisant un niveau pour la seconde fois, on se rend compte que cette construction est scriptée de A à Z, ce qui limite fortement la rejouabilité étant donné qu'on pourra dès lors anticiper les divers pièges qui vont apparaître. Dommage.
Pour ce qui est de la voix-off qui commente nos actions en temps réel, les conditions dans lesquelles le jeu a été testé ne nous ont pas permis de l'apprécier et d'en juger la pertinence des commentaires, ce sera pour une autre fois.
 

Eclatage de tronche en série

Pour ce qui est du gameplay en lui même, on a là encore du classique. Mais qui dit classique, dit bien souvent solide et efficace, et c'est le cas ici. Pour faire simple, si le stick gauche sert évidemment aux déplacements du personnage, chacune des deux armes dont le héros est équipé est affectée à un bouton spécifique, nous permettant de passer de l'une à l'autre en un clin d’œil. Ce qui est très pratique lorsqu'on doit affronter plusieurs types d'ennemis en même temps. Les deux autres
boutons sont attribués aux potions de soins et à l'esquive. L'ensemble est bien nerveux et, si on peut équiper son personnage des armes qu'on veut, on se rend vite compte qu'il vaut quand même mieux associer une arme de mêlée et une arme à distance, une lance et une sorte de vieux fusil dans le cas présent. Si on s'en sort la plupart du temps en alternant entre ces deux armes, on a pu se rendre compte de l'importance de l'esquive lors d'un affrontement avec un boss particulièrement vicieux,
celui-ci se planquant sous terre pour vous faire faire un vol plané dès que vous passez à proximité. Bref, un gros crevard. L'idée est ici de passer au dessus de lui pour l'éviter au moment où il jaillit du sol et lui canarder la gueule avant qu'il ne se planque à nouveau. Et cela jusqu'à ce que mort s'en suive.
 

Article rédigé par pattoune , le

Sans être follement original, Bastion nous propose tout de même quelques idées sympathiques. Et si on regrette que la construction des donjons soit scriptée au possible, il n'en reste pas moins vrai que le niveau présenté était bien foutu, que le gameplay est bien nerveux comme il faut, et que l'ensemble est joli. Pour la faire courte, il a les atouts pour éveiller l'intérêt des joueurs, il reste maintenant à savoir si il pourra les tenir en haleine sur la longueur.

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

33 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires