Preview : Legend of Grimrock

Legend of Grimrock - PC

Genre : Crawler Dungeon

Date de sortie : 11 avril 2012

Genre
Crawler Dungeon
Date de sortie
11 avril 2012 - France
Développé par
Almost Human Ltd.
Edité par
Almost Human Ltd.
Disponible sur
PC
Site officiel
Site officiel

Depuis l’époque bénie des ordinateurs 16 bits où l’on ne parlait pas de la crise mais déjà de la famille Le Pen, des chanteurs approximatifs comme David et Jonathan, du mauvais goût avec les imitations de Noirs par Michel Leeb ; il reste néanmoins ancré dans la mémoire des joueurs un style si particulier et qui a complètement disparu, les dungeons crawler. Qu’est-ce donc pour toi qui a vu le jour dans cette période et pour qui le jeu vidéo dit RPG consiste avant tout à la série des Final Fantasy (certains pensent p'tite b..), des Oblivion (facile de devenir un mage, les sorts pour les nuls, brrr...) et pour les plus aficionados, Ultima (Underworld, aaah), Baldur’s Gate (forever) ? Dungeon Master, Bloodwych, peut-être ! Eye of the Beholder, un peu ? Eh bien, entrez dans le renouveau du genre grâce aux doux-dingues de Almost Human Ltd.

 
 
Almost Human Ltd s’est formé autour de développeurs confirmés ayant travaillé sur des projets beaucoup plus grand public que Legend of Grimrock car il s’agit d’un projet presque intimiste à l’origine mais qui ne cesse de prendre une place prépondérante dans tous les sites spécialisés RPG. Un vrai buzz est en marche et l’on ne pouvait passer à côté car pour la première fois depuis 1989 et la suite de Dungeon Master, Chaos strikes back, un jeu qui renoue avec l’essence même du cloisonnement, de la phobie arachnoïde car les araignées vous poursuivent afin de vous inoculer leur venin, d’ogres plus gros que le décor afin de vous défoncer, le tout desservi par un système si particulier et si flippant que le dungeon crawler. Pourquoi il renoue ? Car il efface les erreurs de ces pseudo clones car la magie, les potions sont affaires de manipulations et non de scripts, voire d’une ligne par 12 en Arial pour vous indiquer ce que vous devez lancer. Un grand changement pour tous les amoureux de « je lis donc je fais une boule de feu », ils vont devoir passer en mode « je crée pour lancer un sort ». Ceci étant, ce genre ne laisse pas beaucoup la place à la narration puisque le scénario se résume au fait que vous êtes prisonnier à l’intérieur du mont Grimrock et qu’avec trois coéquipiers vous tentez de vous en échapper. Mince comme une feuille à rouler mais c’est avant tout dans le système de jeu que vous prendrez du plaisir.
 

Crawler, un système de jeu

Le RPG vient avant tout du tour par tour et des possibilités qui nous sont proposées à chacun. Et non pas ce que l’on connaît actuellement avec ces jeux qui proposent de l’action immédiate comme si on peut donner un coup d’épée comme lancer un sort ! Le Dungeon crawler n’est ni plus ni moins que la retranscription de ce système vidéoludique. Ce n’est pas pour autant une panacée mais il est ce qui peut le mieux retranscrire ce que pouvait être une bonne partie de Dungeons and Dragons pour Gary Gigax. Il s’agit donc de progresser sur une grille, case après case. L’avantage de ce système, c’est que les pièges peuvent se multiplier ainsi que les énigmes à résoudre dès que l’on doit se déplacer. Côté combat, il est souvent question de tourner autour de votre ennemi afin d’éviter ces coups tout en lui infligeant des dégâts. Le titre reprend tous les artifices qui ont fait le succès de Dungeon Master comme l’arrivée dans une pièce avec une case qui éteint la lumière tout en générant des monstres par paquet de six. Flippant lorsque vous retrouvez vos esprits et que vous êtes encerclés par des araignées qui ne cessent de vous empaler avec leurs dards. Dans ces endroits clos où l’on peut à peine se déplacer sur une poignée de case, le combat devient rapidement stressant car votre équipe supporte mal les coups à répétition. Vous serez donc régulièrement obligés de repasser par la case sauvegarde tout en changeant votre approche de la zone. Comme dans tout bon jeu de rôle, l’équipement s’améliore au fil de l’aventure et les développeurs nous promettent plus d’une centaine d’objets uniques accompagnés de leurs lots d’améliorations en tout genre.
 

Ce petit parfum de bonheur

Le petit piment et celui qui augmentera le stress d’un encerclement est celui de la magie. Comme évoqué plus tôt, il ne suffira pas de cliquer sur Fireball pour voir immédiatement retranscrire l’effet à l’écran. Le système est basé sur un savant mélange de runes dont les plus perspicaces pourront ne pas attendre un parchemin pour découvrir les sorts. Le pavé runique qui permet de les lancer n’est pas composé par le fruit du hasard et s’ordonne en son centre par le seul élément n’ayant pas d'opposé, l'équilibre. Le feu est à l’opposé de l’eau et ainsi de suite. Les éléments sont la mort, la force, l’air, le feu, l’esprit, la terre, la vie et l’eau. Pour bien comprendre les combinaisons possibles, pour la création d’un nuage toxique, il faut associer l’air pour le nuage et la terre pour les spores empoisonnés (l’équilibre indiquant la puissance que vous désirez mettre, qui influence par ailleurs le recul que subit un adversaire lors de l’impact). L’autre ingrédient rappelant fortement l’influence de Dungeon Master, c’est la création des fioles qui permettent de se soigner et de se nourrir. Après avoir récupéré des plantes, vous les mélangez afin d’obtenir la boisson désirée.
 

Article rédigé par kago , le

Almost Human Ltd a produit son propre moteur graphique pour développer son titre et espère pouvoir bénéficier de la plate-forme Steam pour la vente de son jeu. La date de sortie est prévue pour le début de l’année prochaine sans beaucoup plus de précision pour le moment. Il faudra prévoir une petite quinzaine d’heures pour finir le jeu pour le moment car en fonction des ventes, il est possible que des donjons supplémentaires voient le jour. Le tarif n’est pas encore communiqué mais on vous tient informés dès que l’on en sait plus. A bientôt pour le test de ce projet déjà très prometteur.

Commentaires