Test : The Banner Saga

The Banner Saga - PC

Genre : RPG / Stratégie

Date de sortie : 14 janvier 2014

Genre
RPG / Stratégie
Date de sortie
14 janvier 2014 - France
Développé par
Stoic
Edité par
Versus Evil
Disponible sur
PC
Modes de distribution
Steam

Beaucoup se posent des questions sur les jeux Kickstarter. On donne de l'argent pour des projets dont on ne sait pas s'ils aboutiront un jour. Le temps de la récolte a sonné pour nombre d'entre eux qui ont participé à rendre le système populaire. The Banner Saga en fait parti et est la preuve que l'on peut faire confiance, si les développeurs sont sérieux.

Test effectué à partir d'une version PC

 
 
The Banner Saga, c'est un peu comme un rêve. Il faut dire que la musique, faite pas Austin Wintory qui a également orchestré la fabuleuse bande originale de Journey, ainsi que le design artistique avec une forte personnalité nous mettent directement dans l'ambiance. Il suffit de voir des images du jeu pour sentir qu'il dégage quelque chose de particulier .
Sous son apparence alléchante, The Banner Saga est un tactical RPG avec des mécaniques un peu particulières qui permettent de renouveler le genre et de se lancer pleinement dans l’aventure sans avoir une impression de déjà vu.
 

Poisson Banner

Comme tout tactical RPG, il vous faut en début de chaque partie placer vos “pions” en fonction de la stratégie voulue. Vous aurez accès à plusieurs classes qui vont du Tank à l’archer en passant par le bourrin qui génère du DPS et le mage qui fait très mal mais qui meurt d’une pichenette. Jusque là, on est en terrain connu. Les mécaniques classiques vont se trouver changées sur deux points. L’ordre des tours et la façon dont on fait du dégât.
Pour ce qui est des tours de jeu, on voit deux écoles dans les tactical : soit chaque camps joue chacun leur tour, soit cela se joue sur l’initiative des personnages en jeu. Un héros avec beaucoup d'initiatives pourrait alors jouer 2 fois de suite théoriquement. Dans TBS, il en va autrement. Vous choisissez l’ordre dans lequel vous voulez que vos personnages interviennent et cet ordre sera conservé tant que vos pions sont en vie. Les ennemis joueront en alternance, c’est-à-dire qu'après une action d’un de vos héros c’est au tour de l’adversaire. Retenez cette notion car cela va être important pour la suite.
 

Saga Afrika

La deuxième mécanique importante est celle de votre force. En clair vous avez deux caractéristiques importantes : la force et l’armure. Si vous avez 6 en force, vous ne pourrez blesser un adversaire à coup sûr seulement si son armure est inférieure à votre force. Ainsi, lorsque vous attaquez un adversaire vous aurez le choix de lui baisser son armure ou ses vies. Attention, le twist se trouve ici, la force et la vie sont la même caractéristique. Si votre personnage a 1 de vie, il ne fera plus que 1 de dégât. Plus votre adversaire est blessé, moins il fera mal.
Rappelez vous du système de tour vu précédemment. Imaginez maintenant que, comme dans un tactical classique, vous vous débarrassiez des sous-fifres avant de vous attaquer au boss. Moins de personnages seront en jeu, plus le boss aura son tour rapidement pouvant être fatal à votre groupe. L'idée est donc d’affaiblir tout le monde avant de tuer pour de bon. Un personnage avec 1 de vie ne vous fera pas bien mal et “gaspillera” un tour de son équipe.
Une dernière notion doit être mentionnée, le mode pillage dans lequel vous entrez lorsqu’il ne reste qu'un seul personnage. Une fois dans cette transe, tous vos héros joueront leur tour à la suite permettant ainsi un gang bang général sur le pauvre dernier malheureux encore en vie (et croyez-moi, dans le cas contraire, vous aurez une sale impression de vous faire violer). Tous ces éléments font que TBS est vraiment un tactical incontournable.
 

Exode

The Banner Saga commence alors que le soleil s'est arrêté et que les dieux sont morts. Autant dire que le jeu ne vous apportera pas joie et euphorie mais plutôt frustration et mélancolie. Le tout se passe dans un univers influencé par la mythologie nordique où deux peuples autrefois antagonistes, les humains et les Varl (sortes de géants cornus physiquement, et non au figuré) tentent de cohabiter. Une troisième faction, les Dredge, en quelques sortes les nazis du jeu (Godwin point Achievement /on), repoussés suite à une guerre assez pénible, recommencent à montrer le bout de leur nez.
C’est dans cette situation aux allures de fin du monde que votre partie commence. Le jeu se divise en deux grandes phases, celle des combats vue plus haut et celle des voyages dans laquelle vous devrez gérer votre communauté. En tant que leader, il vous faudra veiller aux vivres afin de nourrir tout le monde et de permettre à vos troupes de garder le moral, mais il vous faudra aussi parfois prendre des décisions importantes qui pourront avoir des répercutions majeures sur le déroulement du jeu, parfois 4 ou 5 heures après. C’est là où se trouve la seconde force du jeu. Durant les phases de voyages, il peut se passer des événements majeurs sur lesquels vous aurez une grande influence, vous mettant une grande responsabilité sur vos épaules. Le choix n’est pas un gimmick de gameplay, il est réel. Il n’est pas rare de voir un de vos personnages préférés, que vous avez par conséquent boosté à fond, mourir durant une phase de voyage, avec un simple texte, froid et impitoyable comme dans Game of Thrones (hin hin), vous décrivant l’événement en question suite à l'un de vos choix. Redoutable.
 

Un choix cornu

Parlons de l'évolution des personnages justement. Après chaque combat, ou parfois un choix dans l’histoire, vous recevrez des points de renommées qui servent en fait à tout faire dans le jeu. Vous pourrez acheter des vivres pour votre caravane, des objets pour vos personnages ou alors vous pourrez les utiliser pour faire augmenter le niveau d'un héros. Vient alors le choix cornélien entre le bien-être de votre caravane ou la force de vos héros pour les combats. Une seconde condition est nécessaire pour permettre la montée en puissance : avoir un nombre de kills suffisant. Un personnage que vous ne jouez pas ne pourra donc pas monter de niveau. Il faudra veiller au bon équilibre de vos troupes.
A chaque niveau, vous obtiendrez deux points de compétences à placer dans l'une des 6 caractéristiques qui sont la capacité spéciale, la Force, l'Armure, le Willpower possible de stocker, l'Exertion qui est le nombre de Willpower possible d'utiliser pour une action, et le nombre de points d'armure possibles de casser en une action. Le Willpower est en fait des points supplémentaires que l'on peut jouer pour octroyer plus de dégâts en une action. Son utilisation ajoute une couche de profondeur au système de jeu. Par exemple avec un adversaire à 5 d'armure et vous à 6 de vie vous ne pourrez lui faire perdre que 1 de dégât sauf si vous utilisez des points de Willpower. Cela peut vous faire sortir des pires situations.
 

Article rédigé par Wildchoc , le

The Banner Saga est une agréable surprise qui démontre qu’un Kickstarter peut donner du bon. Son mélange de gestion et de tactical original permet de garder le joueur en haleine jusqu’au dénouement de ce premier volet (on attend une trilogie) qui pourrait se suffire à lui-même en terme de scénario. De par sa direction artistique ce jeu vous touchera en profondeur et vous proposera également un challenge digne de ce nom, surtout si vous jouez en Hard. Un incontournable pour tous les joueurs Pécé aimant les histoires épiques et le genre tactical.

Points positifs

  • Le design artistique
  • Les musiques
  • Le système de combat
  • L'histoire
  • Les choix

Points négatifs

  • Court (seulement 10 h)

A propos de l'auteur

Wildchoc

Wildchoc

31 ans | Tanuki lubrique

Le wildchoc sauvage est un petit animal farouche au poil soyeux. Passionné de jeux vidéo il ne sort que très peu souvent pour subvenir à ses besoins naturels tels que se nourrir et se reproduire. Il est cependant facile d'en capturer un en faisant résonner à l'extérieur de sa tanière une douce musique Chip tune. Pourquoi en attraper un ? Ils font en général de très bon coussins.

Contacter

Commentaires