Test : FLY'N

FLY'N - PC

Genre : Plate-forme réflexion

Date de sortie : 09 novembre 2012

Genre
Plate-forme réflexion
Date de sortie
09 novembre 2012 - France
Développé par
Ankama studio
Edité par
Ankama studio
Disponible sur
PC
Modes de distribution
Steam
Site officiel
Site officiel

Couleurs vives, personnages mignons, musiques douces… La direction artistique du nouveau jeu d’Ankama attire par son aspect enfantin et sa finition impeccable. La première impression que l’on peut s’en faire, de l’extérieur, est que le jeu cible un public jeune ou inexpérimenté, séduit par les yeux ronds des personnages et l’ambiance guillerette de l’univers. Mais ne vous y trompez pas : le défi proposé est dur et s’adresse aux joueurs skillés.

Test effectué à partir d'une version PC

 
 
FLY’N vous propose, pour aborder rapidement la question du scénario, d’incarner quatre bourgeons cherchant à sauver leur arbre-monde menacé par un éboueur de l’espace qui y déverse ses déchets. Les héros doivent alors traverser les niveaux à la poursuite de leur ennemi, en évitant les obstacles et en se frayant un chemin en activant divers mécanismes. Une base simple pour ce type de jeu, mêlant plate-forme et puzzles, mais à la difficulté très vite relevée.
 

Quatre bourgeons dans le vent

Les commandes sont rapidement comprises, après quelques mises en situation. Le personnage peut sauter deux fois, planer et changer de couche de niveau (le niveau est composé de deux couches, chacune ayant par endroits des murs et des actions qui ne sont pas présents dans l’autre couche). En plus de cela, chacun des quatre héros a sa spécificité : Flynn peut chanter (ce qui active les mécanismes proches), Lyft peut coller aux parois pour les escalader, Ywok rebondir et se protéger du décor dangereux, et Nyls partir comme une fusée et casser les éléments destructibles. Notez qu’il faudra plusieurs heures de jeu avant d’avoir tous les personnages, chacun étant débloqué après avoir terminé toute une série de niveaux.
 
 
En tout cas, ces quelques commandes suffisent à apporter une expérience riche, qui demande à la fois de la réflexion ou de la dextérité selon les phases de jeu. Sans aller jusqu’à un tel niveau de difficulté, on peut rapprocher FLY’N de Super Meat Boy dans l’esprit frénétique de la progression, tant les commandes doivent parfois être enchaînées à toute vitesse dans un ordre particulier ou exécutées avec une très grande précision. Une référence plus juste serait Rayman Origins (mais en solo), son rythme étant plus calme que celui du jeu au carré de viande et son ambiance plus proche de celle de FLY’N. Quoi qu’il en soit, c’est à ce genre de défi qu’il faut s’attendre en jouant au dernier titre d’Ankama.
 

Et qu'est-ce qu'on y gagne ?

C’est par contre ici que l’on rencontre ce qui est peut-être le seul point faible du jeu : ses récompenses. Si le défi est ardu, on a du mal à bien voir quels sont les différents buts, au-delà de finir les niveaux. Quatre éléments déterminent le score du joueur : le temps, la quantité de pollen collectée (200 ou 300 graines en général), quelques perles rares et le nombre de tentatives. Chacun de ces aspects peut parfois en contredire un autre (pour trouver tout le pollen, on prend plus de temps), si bien qu’on voudrait refaire les niveaux en changeant d’objectif. Mais c’est la somme de tous ces aspects qui détermine un score unique, et le leaderboard, très sommaire, ne prend en compte que ce résultat pour chaque niveau. Il n’y a pas de classement au temps, il n’y a donc qu’une façon de jouer pour vous comparer aux autres : tout faire. Il est dommage de ne pas avoir intégré ce type de challenge qui apporte un peu de variété.
 
 
Au contraire, au niveau local, quelques petits bonus auront un intérêt supplémentaire pour les joueurs acharnés. Si le fait de débloquer quelques artworks grâce aux perles récoltées dans les niveaux est sympathique, il faudra aussi par moments finir des niveaux sans mourir pour accéder à des épreuves cachées plutôt délicates à terminer, dans un style tout à fait différent de celui du jeu principal (empiler des cubes ou trouver son chemin dans un labyrinthe par exemple). Ces épreuves apportent la variété qui aurait pu manquer sans cela, en demandant au joueur d’apprendre quelques règles complémentaires sur ces niveaux.
 

Le plaisir des yeux

Mais la principale raison pour laquelle on peut s’intéresser à FLY’N, celle qui a fait que le jeu a été choisi par la communauté Steam via le système Greenlight, c’est sa direction artistique. Effectivement, depuis le départ les images et les vidéos promettent un régal visuel qui n’est pas démenti une fois la manette en mains. L’équipe de développement, qui ne comprenait qu’un seul programmeur, était presque entièrement composée de graphistes, ce qui explique le soin apporté à ce point et le manque de défauts apparents. Et le fourmillement de détails ne gêne pas la lecture du jeu, puisqu’il suffit de se souvenir que ce qui est rouge est dangereux, et les éléments importants sont tout de suite identifiables. Ce que les vidéos nous ont un peu trop laissé espérer, en revanche, ce sont les musiques. Très dynamiques, entraînantes dans les trailers, elles sont souvent trop discrètes en jeu, au point de ne pas assez accompagner notre envie de progresser. Quoi qu’il en soit, ce détail n’empêche en rien de profiter béatement du jeu et du spectacle qu'il offre.
 

Article rédigé par SiMouth , le

Pour sa première sortie visant un public plus large que sa propre communauté, en s’écartant de l’univers de ses MMO, Ankama vise juste. FLY’N est un jeu tout à fait dans l’air du temps, qui propose de vrais défis pour joueurs expérimentés (sans être absolument hardcore) avec une finition irréprochable. Sa direction artistique peut laisser penser que la difficulté sera plutôt moyenne, mais il n’en est rien. En revanche, étant donné le niveau du challenge, on regrette qu’il n’y ait pas un leaderboard un peu plus élaboré pour faire le fier en ligne, et l’absence d’un vrai mode contre la montre. Pour être un peu tatillons, on peut aussi reprocher à la musique d’être plus effacée que ne le laissaient entendre les vidéos du jeu, mais rien de particulièrement gênant.

Points positifs

  • Un challenge ardu
  • Les niveaux bonus
  • C'est choupinou

Points négatifs

  • Un leaderboard bâclé
  • Le score pas très clair
  • Trop dur pour un public qui manque d'expérience ?

Commentaires