Test : L'Oeil Noir : Les Chaînes de Satinav

L'Oeil Noir : Les Chaînes de Satinav - PC

Genre : Point'n'click

Date de sortie : 30 août 2012

Genre
Point'n'click
Date de sortie
30 août 2012 - France
Développé par
Daedalic Entertainment
Edité par
Deep Silver
Disponible sur
PC

Les grands adeptes de jeu de rôle connaissent peut-être L’œil Noir, une licence très apprécié par nos voisins germaniques. Jusqu’à présent, les softs basés sur son univers prenaient plutôt l’aspect de RPG ou de hack’n’slash. Mais Daedalic Entertainment a décidé de sortir un peu des sentiers battus en proposant avec Les Chaînes de Satinav un point’n’click, genre que le studio maîtrise par ailleurs sur le bout de la souris.

 
 
Geron n’a décidément pas de chance. Orphelin, ce jeune paysan a été pris sous l’aile d’un oiseleur qui en a fait son apprenti. Mais voilà, son plus gros problème, c’est que tout le monde – ou presque – le déteste. La faute à qui ? Au devin qui, alors qu’il était en train de se faire rôtir sur le bûcher, a déclaré il y a déjà quelques années qu’il portait malheur. Depuis, les habitants d’Andergast n’hésitent pas à lui faire des misères. Comme ces deux voyous qui n’hésitent pas à lui plonger la tête dans une auge à cochon (c’est d’ailleurs à ce moment-là que le jeu commence) afin de lui dérober une feuille servant à gagner un concours lancé par le Roi. Bien vite, le jeune homme va rencontrer Nuri, une fée vivant dans les bois, qui va l’aider à résoudre une sombre affaire de meurtre. En effet, tous les hommes ayant participé à la mise à mort du devin sont assassinés les uns après les autres, les yeux dévorés. Et comme si ça ne suffisait pas, le royaume est envahi par les corbeaux, les animaux que le mage noir contrôlait…
 

Point'n'Daedalic

Comme dit précédemment, L’œil Noir : Les Chaînes de Satinav est un point’n’click. Il comporte donc son lot d’énigmes qu’il convient de résoudre de manière traditionnelle : on parle à des gens, on trouve des objets, on combine ces objets, on les utilise au bon endroit et hop. Mais les petits gars de chez Daedalic Entertainment ont décidé de rajouter leur patte en apportant une petite nouveauté. Il faut ainsi désormais compter sur les pouvoirs spécifiques que possèdent les deux personnages principaux : Geron peut détruire des objets fragiles et Nuri, comme la nature est bien faite, peut en réparer. Très bien intégrés aux énigmes, ces pouvoirs permettent de briser un peu la routine du joueur assidu de point’n’click.
 
 
Fort heureusement, il n’est nul besoin d’être un habitué du genre pour venir à bout de l’aventure. Les énigmes, basées sur une certaine logique, ne sont pas réellement compliquées (sauf quelques exceptions), et en plus elles ont le bon goût de ne pas forcer le joueur à faire d’incessants allers-retours entre les tableaux, lui épargnant ainsi de nombreux temps de chargement. Quant aux plus bizus, ils pourront toujours se servir du système d’aide qui se divise en trois catégories : faire apparaître toutes les zones cliquables du tableau, indiquer quels objets peuvent être combinés à d’autres et enfin signaler si toutes les actions nécessaires ont été effectuées pour passer à la suite. De quoi profiter de l’histoire sans (trop) se prendre la tête.
 

Le clic dans l'oeil

Cette dernière est d’ailleurs plutôt bien ficelée et se laisse suivre agréablement, mais on ne peut s’empêcher de se dire qu’elle manque de finition. Malgré une intrigue assez intéressante, avec ce qu’il faut de mystères, de noirceur et d’émotions, le tout se déroule tellement lentement qu’il est bien difficile de ne pas abandonner – surtout pendant le tout premier chapitre. Heureusement, plus le jeu avance et plus le rythme s’accélère. Les personnages, quant à eux, ne parviennent pas vraiment à relever le niveau. Si les deux héros sont extrêmement bien travaillés, que ce soit leur personnalité propre (pessimiste et cynique pour Geron, naïve et enjouée pour Nuri) ou la relation qu’ils entretiennent, les PNJ quant à eux passent clairement au second plan et manque cruellement d’un tant soit peu de charisme.
 
 
La réalisation est également très inégale. L’un des gros points forts du titre est clairement ses graphismes. Absolument somptueux, ils bénéficient d’une palette de couleurs très large, d’environnements multiples et très diversifiés ainsi que d’éclairages magnifiques. C’est simple, on a réellement l’impression de se trouver devant des peintures. Malheureusement, les animations ne suivent pas puisque les tableaux tout comme les personnages sont extrêmement rigides. Ce qui donne des scènes de discussion en gros plan assez ridicules… D’autant plus que l’ambiance sonore est également en demi-teinte. Si les musiques sont plutôt agréables, en raccord avec les environnements mais pas non plus épiques, les doublages en anglais vont en revanche du juste moyen pour les personnages principaux au vraiment mauvais pour les PNJ. Quant aux sous-titres, ils sont assez fidèles même si l’on peut compter un certain nombre de coquilles et de fautes d’orthographes. Pas rédhibitoire, mais pas non plus très agréable.
 

Article rédigé par Shauni Chan , le

Sans être le point’n’click de l’année, L’œil Noir : Les Chaînes de Satinav reste un bon titre pour tous les adeptes du genre. Malgré une réalisation un peu bâclée (excepté pour les graphismes), on prend tout de même un certain plaisir à suivre les pérégrinations de Geron et Nuri, finalement plutôt attachants, ainsi que de voir comment ils évoluent personnellement et comment ils développent le lien qu’ils ont entre eux. Quant à l’histoire, malgré le fait qu’elle soit plutôt banale et qu’elle avance assez lentement, est plutôt agréable à suivre. A réserver à un public en manque d’énigmes à l’ancienne, donc.

Points positifs

  • Les graphismes somptueux
  • Des personnages principaux assez attachants
  • Des énigmes simples et efficaces
  • Les pouvoirs des héros servant à résoudre ces énigmes

Points négatifs

  • Les animations rigides
  • Le rythme assez lent
  • Les doublages pas exceptionnels
  • Les sous-titres contenant des fautes (sic !) et des coquilles

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires