Test : Half-Minute Hero : Super Mega Neo Climax Ultimate Boy

Half-Minute Hero : Super Mega Neo Climax Ultimate Boy - PC

Genre : RPG en 30 secondes

Date de sortie : 27 septembre 2012

Genre
RPG en 30 secondes
Date de sortie
27 septembre 2012 - France
Développé par
Marvelous AQL
Edité par
Marvelous AQL
Disponible sur
PC
PEGI
 Interdit aux moins de 12 ans
 Jeu en ligne

Half-Minute Hero : Super Mega Neo Climax Ultimate Boy ! Voilà, c’est dit. Un titre bien long pour un jeu qui fait de la vitesse son fond de commerce. En effet, avec ce titre, vous allez savoir ce que ça fait de finir un RPG en trente secondes (ou presque). Un concept bizarre pour un jeu qui mérite toute votre attention.

Test effectué à partir d'une version PC

 
 
Half-Minute Hero : Super Mega Neo Climax Ultimate Boy est le remake d’un jeu sorti à l’origine sur PSP. Il était ressorti sur Xbox Live Arcade et y avait gagné le suffixe Super Mega Neo Climax. Et le voici qui sort sur Steam avec un deuxième suffixe Ultimate Boy. Espérons que ce soit le dernier remake, surtout pour un jeu original qui mérite qu’on se penche de plus près sur son cas.

Le concept du jeu est inhérent à son histoire. Vous êtes un héros solitaire qui parcourt le royaume. Alors que vous faites halte dans un château, un être vil fait irruption et annonce qu’il a déclenché un sort qui provoquera la fin du monde dans 30 secondes. Sur ce, impossible de trainer pour draguer la princesse ou faire le livreur dans une quête annexe lambda. Il faut filer chez le grand méchant. Mais vous allez un peu avoir du mal parce que trente secondes pour devenir balèze et traverser le royaume c’est un peu ric rac. C’est alors que la déesse du temps fait son apparition. Moyennant finance (oui, c’est une déesse vénale), elle vous aidera à remonter le temps autant de fois que vous pouvez.
 

La demie-minute de gloire

Le concept du jeu est là. Votre but sera alors de leveler comme un dingue. Pour gagner de la force, de l’énergie et éventuellement trouver quelques armes bien pratiques pour défoncer du boss dans les règles de l’art. Et l’aide de la déesse pour remonter ces 30 secondes autant de fois que vous le voulez s’avère très pratique pour cela. Bien sûr, les cartes ne sont pas trop immenses et votre héros peut courir (mais il perd de l’énergie). L’XP monte très vite et vous atteindrez le niveau 20 en moins de temps qu’il ne faut pour dire le titre du jeu. Pour cela, vous vous baladerez dans les vertes prairies du royaume pour rencontrer des monstres et enclencher des batailles automatiques. Votre seul pouvoir sera d’ingurgiter une herbe pour remonter votre santé ou de lâcher une bombe pour faire des dégâts en plus. Les joutes sont très rapides, et si vous avez le niveau et le matériel qu’il faut, vous gagnerez sans problème. Le héros est, en effet, customisable avec des objets trouvés ou achetés lors des missions. Il a ainsi droit à 1 arme, 1 bouclier, 1 vêtement, des chaussures et un casque. Tout cela a une influence sur sa défense, son attaque, etc. Chaque niveau est une sorte de mini-RPG à finir le plus vite possible. Un concept sympa et plutôt bien mis en œuvre. Ainsi, va le jeu. Car le fond de l’histoire est qu’un esprit vraiment maléfique fait passer le sort de destruction en 30 secondes chez tous les bad guys du coin. Ainsi, chaque niveau commence par un méchant qui invoque le sort. Un petit effet de répétition se fait vite sentir.
 

Si, après ce jeu, vous n'êtes pas convaincu que le temps, c’est de l’argent…

Mais, rassurez-vous, ce n’est qu’une impression fugace et légère. Les quêtes proposées dans cette campagne essayent de jouer quand même, un peu, la carte de la variété. Il ne faudra pas se contenter d’aller étriper le grand méchant. Il faudra faire d’autres actions avant, comme débloquer un passage coincé par des pierres ou éteindre un incendie. Certaines fois, la quête sera en lien avec le temps. Dans un niveau, vers 20 secondes, une avalanche se déclenche. Il faut donc régler ce problème embêtant assez vite. D’autres fois, il sera possible de faire son gros crevard et de ne pas sauver un village menacé par une éruption. Ces petites idées font le sel du jeu. Mais une fois cette campagne terminée, il y en a d’autres. Et là se pose un problème. Le jeu propose deux modes graphiques : un mode neo cartoon, qui comme son nom l’indique donne un aspect dessin animé, et un mode rétro, avec des pixels comme on les aime. Le problème, outre le fait que le mode cartoon fasse un peu cheap, c’est que la différence entre les deux n’est pas que graphique. Alors que la première campagne, nommée Héros 30, est la même dans les deux cas, les 3 suivantes (Seigneur du mal 30, Princesse 30 et Chevalier 30) sont radicalement différentes au niveau du gameplay.
 

Des pixels pour sauver le monde… et le jeu

Le mode Neo Cartoon pour ses trois campagnes est une blague. Du genre pas très bonne. Le gameplay est le même que Héros 30. Cela fait déjà encore un point en moins pour la variété. Mais surtout, les trois campagnes consistent en un seul niveau chacune et peuvent être bouclées en 5 minutes. Problème, en mode rétro, les campagnes sont composées d’une vingtaine de missions bien sympathiques avec un gameplay unique pour chacune d’entre elles. Le seigneur du mal se verra affronter des hordes de villageois hypnotisés. Il pourra invoquer des monstres pour les battre… toujours dans la limite des 30 secondes. Vous aurez le choix entre 3 types de créatures (brutes, fantassins et archers). Dans une sorte de partie de pierre, papier, ciseaux, il vous faudra choisir le bon monstre pour éliminer les soldats d’un type précis. Les monstres seront forts tant que le mana du seigneur sera élevé. Il baissera si vous êtes touché ou si vous invoquez trop de monstres trop vite. Il vous sera également possible d’envouter des monstres qui trainent dans les parages pour vous aider dans la bataille. Et avoir un mammouth dans son équipe, c’est plutôt pratique.

La princesse, quant à elle, est une dingue de l’arbalète dans son histoire. Et le gameplay tourne autour de cela. Vous avancez automatiquement avec une escorte de soldats et vous devez shooter les monstres autour de vous avec votre arme. Vous avez le droit à des bonus en chemin qui vous permettront d’aller plus vite ou de tirer des flèches tout autour de vous automatiquement. Les 30 secondes sont toujours présentes. Et vous devez payer. Toujours. Sauf que si, à la fin, vous n’avez plus d’argent, vous perdrez l'un de vos soldats. Enfin, le mode chevalier 30 est encore différent. Vous êtes un chevalier qui accompagne un sage. Ce dernier doit lancer un sort mais ça prend 30 secondes. Il faut le protéger pendant ce laps de temps. Vous pouvez également le déplacer mais le sort s’arrête. Comme pour Héros 30, le gameplay peut paraître un peu répétitif mais cela passe grâce aux quatre gameplays proposés. On conseillera donc des sessions de jeu courtes pour bien profiter du jeu. Comme il s’agit d’un jeu pour portable à l’origine, c’est logique.
 

Les femmes sont vénales, les hommes sont des héros : un beau résumé

Pour le reste, le jeu propose deux variantes de Héros 30. C’est Héros 300 et Héros 3. Vous aurez donc 300 secondes et 3 secondes à la place des sacrosaintes 30 secondes. Et dans toutes les campagnes, vous ferez face à des quêtes secondaires en tous genre pour prolonger l’expérience de jeu. Il y a aussi un mode multijoueur. C’est Héros 30, mais à plusieurs. Donc rien de bien excitant. On saluera aussi le scénario du jeu qui, sans être ébouriffant, est plutôt réussi. C’est surtout l’humour du jeu qui fait plaisir. Il a un petit côté pince-sans-rire qui passe bien. Malheureusement, quelques bugs sont présents. Rien de dérangeant dans le jeu, cependant, mais des petits bugs qui laissent penser que les développeurs ont réalisé ce portage un peu sous le coude. En mode rétro, les textes passeront tranquillement du français à l’anglais constamment. Comme si on n’allait pas les remarquer. Ce qui fait tâche, c’est qu’en mode Neo Cartoon, les textes sont traduits. L’alerte feignasse est en marche.
 

Article rédigé par Neo , le

Au final, c’est un RPG au concept bien sympathique que l’on a là. La limite des 30 secondes est un ajout de gameplay simple mais assez diabolique, et on se laisse rapidement prendre au jeu. Seul problème, il y a un peu de répétition qui va avec le concept. On saluera en revanche les 4 campagnes qui proposent 4 gameplays différents plutôt simples (certains diront simplistes) mais assez addictifs. Cela donne un jeu à 10 euros avec une excellente durée de vie.

Points positifs

  • Un concept des 30 secondes diabolique
  • Une excellente durée de vie
  • Un humour pince-sans-rire
  • 4 campagnes pour 4 gameplays

Points négatifs

  • Le mode Neo Cartoon qui n'est pas très beau...
  • ... et qui fait perdre une partie du jeu
  • Un chouïa répétitif
  • Des batailles automatiques dans Héros 30

A propos de l'auteur

Neo

Neo

29 ans | L'élu des gamers

Après avoir détruit la matrice, Neo s'est dit « Pourquoi pas bosser sur GameHope ? ». Un nouveau défi pour l'élu. Après sa victoire incontestable, le monde réel lui paraissait fade et il est retourné dans le virtuel. Il est d'ailleurs en permanence branché à une PS3 en intraveineuse. Egalement passionné de cinéma, on le reconnait à ses yeux injectés de sang à force de passer des heures devant les écrans. Il a malgré tout réussi à apprendre à écrire et, afin de devenir le prochain Victor Hugo, expose sa prose sur GameHope.

Contacter

Commentaires