Test : Diablo II

Diablo II - PC

Genre : Hack n slash

Date de sortie : 30 juin 2000

Genre
Hack n slash
Date de sortie
30 juin 2000 - France
Développé par
Blizzard Entertainment
Edité par
Sierra Entertainment
Disponible sur
PC
Parfois appelé
Diablo 2, Diablo II, Diablo II : Lord of Destruction, Diablo II : Lord of Destruction., Diablo II : Lord of Destruction lololo
Site officiel
Site officiel

Après de longues et pénibles années d'attente, il est là, le successeur de Diablo. Le seul, l'unique, le VRAI jeu de rôle où il faut taper sur tout ce qui bouge pour s'en sortir, celui qui a fait naître de nombreux clones tels que Darkstone ou Nox, voici DIABLO 2 !

 
 
Qui ne connaît pas Diablo ? Hum ? C'est bien ce que je pensais... Même ceux qui n'ont pas eu l'occasion de jouer à ce jeu de rôle bien bourrin le connaissent grâce à sa réputation et ses nombreux clones, les plus récents étant Darkstone, Revenant et Nox. La différence entre ces jeux et Diablo II est simple : Diablo II est réalisé par les créateurs de Diablo, qui ont déjà réussi à faire un hit et puis, Blizzard ne nous a jamais déçus. Donc, c'est avec précipitation que je me suis procuré un exemplaire de ce jeu, le 30 juin, le jour de sa sortie mondiale. D'ailleurs, je tiens à préciser que le jeu est en version française intégrale, la classe.
La boîte est sombre et rouge, avec une tête de mort et un logo "Diablo 2", en bas. Le jeu contient trois CD séparés en deux boîtiers : le premier contient le CD d'installation et le second le CD de jeu et celui des vidéos. Le bouquin est bien classique, en noir et blanc mais il a le mérite d'être bien épais. Ensuite, il y a un joli poster Warcraft 3 dedans. Ouais, c'est cool. :-)
 

Trêve de plaisanteries

Nous, on n'est pas là pour discuter de la boîte du jeu, mais pour parler du titre tant attendu. Tout commence par une vidéo bien classe vous présentant un gars et qui vous raconte son histoire. C'est beau, mais pixellisé. Ensuite, on voit un menu et on choisit son personnage parmi les cinq classes : le barbare, la sorcière, l'amazone, le paladin et le nécromancien.
Le barbare est le guerrier par excellence : si vous êtes très bourrin, il est fait pour vous. C'est un véritable tueur, avec une force et une résistance en béton.
La sorcière est le contraire du barbare : elle n'est pas résistante et le combat au corps à corps la fait fuire. Elle, c'est la magie qui l'intéresse, c'est tout.
L'amazone est plutôt douée pour les armes de jet. Elle manie l'arc avec agressivité et avec talent. Personne ne peut lui résister. Les armes au corps au corps n'ont pas de secret pour elle, non plus -mais ça vaut pas le barbare.
Le paladin est les mieux équilibré : il est doué au combat comme en magie.
Enfin, le nécromancien est capable de réanimer les morts et de jeter des sorts.
 

Premier contact

Voilà le moment d'attaquer le jeu. Après le chargement -chaque acte du jeu est constitué d'une carte immense sans chargement entre deux niveaux- on voit son guerrier, dans le village. La musique est classe, un peu comme dans le premier épisode. Il fait sombre, il pleut. Le personnage est dessiné en vue isométrique et est bien plus gros que dans Nox. On peut dialoguer, acheter des armes, des boucliers, des potions, etc. C'est en discutant qu'on peut avoir de nouvelles quêtes à faire. Ces dernières sont classiques -il faut toujours tuer quelqu'un ou vider un donjon de tous ses monstres. Mais ça vous rapporte de l'expérience et des bonus, vous devrez, à un moment, délivrer un magicien emprisonné dans un village, quand cela sera fait, il vous autorisera à identifier tous les objets en votre possession, idem pour le forgeron. Ces quêtes sont difficiles et il vous faudra vous entraîner à vider des grottes avec plein de yetis dedans pour gagner un niveau suffisant d'expérience -un niveau quatorze pour la dernière quête de l'acte I ne sera pas de trop.
 

Graphismes

Le graphisme de Diablo II n'est pas exceptionnel, mais il est joli et très fluide. Ce n'est pas comme dans Baldur's Gate où il fallait énormément de RAM pour qu'il tourne correctement. Les sprites sont jolis et variés. Les différents monstres sont très bien animés et très nombreux. Les décors ne changent que pour le passage d'un acte à un autre. Les cinématiques sont détaillées. Les éclairages des donjons sont bien faits. Les sorts illuminent le terrain.
Un petit truc : si vous activez le mode 3D, le jeu gérera différents plans, ce qui permettra d'obtenir un petit effet de perspective bien sympathique.
 

Les monstres

Il y a de nombreux types de monstres, comme des yetis, des squelettes, des fantômes, des araignées, des démons, des boss, etc. Ils sont relativement originaux et personne n'est oublié. En général, ils combattent par groupe, mais un d'entre eux et le chef et il est plus fort. Chaque type de monstres est décliné en plusieurs types : une catégorie sera faible, idéal pour le début, ensuite, ils seront capables de jeter des boules de feu, ensuite, capable d'électrocuter le héros, etc. Cela fait varier un peu le jeu et fait tout le temps accroître la difficulté du jeu.
 

Armes et sorts

Pour riposter, il vous faudra une bonne quantité d'armes et sorts. Les armes se tiennent à une ou deux mains. Elles vont de la simple dague à la hache, voire la hallebarde. Certaines sont magiques et peuvent brûler ou geler l'ennemi. Il y a aussi des arcs, des arbalètes, bref, rien de plus original.
En ce qui concerne les sorts, on a tout ce qu'on voit d'habitude dans le genre : le cri de guerre, la foudre, la téléportation, mais aussi plus original comme le sacrifice ou frapper avec le bouclier. Le sacrifice ? Qu'est-ce que c'est ? C'est simple : à chaque fois que vous frappez, le monstre perd plus de vie, mais vous en perdez un peu, vous aussi.
Tout cela me fait penser à vous parler de l'inventaire. Il est très simple : vous possédez un emplacement pour y mettre un casque, une arme, une armure, une paire de bottes, de gants, une ceinture et un bouclier. En bas de l'écran, vous pouvez poser quelques objets que vous pourrez utiliser avec un simple raccourci clavier (de 1 à 4). En général, on y met les potions. Avec une ceinture normale, on peut mettre quatre objets, avec des modèles plus avancés, on peut en mettre 8 voire 12. On peut trouver des diamants à emboîter sur les armes, les heaumes et les boucliers, rendant ces derniers plus efficaces.
 

Sauvegarde

Vous vous souvenez du système de sauvegarde pourri dans Diablo ? Eh bien là, c'est pareil. C'est-à-dire que lorsque vous sauvegardez, vous quittez le jeu, mais le joueur insouciant va recharger la partie et m.... ! Tout ce que vous avez tuer et la position où vous étiez est perdu ! Vous devrez à nouveau tuer les monstres et revenir où vous étiez. Seules les quêtes que vous avez gagnées et les objets, l'expérience l'argent sont sauvegardés. Les développeurs ont tout de même trouvé quelques trucs pour que tout ne soit pas perdu. Vous disposez, à chaque lieu, de plates-formes magiques qui sont en fait des téléporteurs vous permettant de passer d'un lieu à l'autre instantanément à condition que vous ayez déjà repéré ce téléporteur. Ça, c'est enregistré. Ensuite, vous vous dites que vous enregistrerez, donc, entre chaque quête. Mais si vous mourrez, vous réapparaissez à la ville et vous devrez retourner d'où vous étiez, mais il y a plein de monstres et vous ne possédez que les potions et les armes que vous n'utilisiez pas. Là-bas, vous retrouverez votre cadavre et vos armes. En ce qui concerne le pognon, vous pouvez le déposer dans une "cachette" et vous le retirerez quand vous serez en sécurité, soi dans la ville.
 

Raté

Quelques éléments sont décevants dans ce jeu. Tout d'abord, c'est diablement bourrin ! Certes, c'est bien comme ça, mais un peu plus de jeu de rôle là-dedans avec davantage de quêtes plus heu... intelligentes n'auraient pas été de trop. Ensuite, c'est tout de même linéaire, les sous-quêtes n'existent pas et on est obligé de tout faire dans l'ordre. C'est vrai que c'est dommage, mais c'était pareil dans Diablo, Nox et Darkstone. On peut avoir des alliés, mais on ne peut pas les jouer. Enfin, les sauvegardes ne sont pas terribles et le jeu est sombre. Pour finir, le test réseau sera disponible d'ici le 11 juillet.
 

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

Diablo 2 est un hit incontesté que tout fan de RPG et de Diablo se doit d'avoir. Il est vrai que c'est bourrin et que sa dimension jeu de rôle reste relative mais il est assez beau, fluide et vraiment amusant.

Points positifs

  • C'est Diablo
  • Nombreux monstres, sorts et armes
  • Design global

Points négatifs

  • Dimension RPG pas assez exploitée
  • Sauvegardes
  • Linéaire

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

31 ans | Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires