Test : A Realm Reborn : Final Fantasy XIV Online

A Realm Reborn : Final Fantasy XIV Online - PC

Genre : MMORPG

Date de sortie : 27 août 2013

Je m’appelle Noko et je suis élémentaliste. Oui, je suis écolo de confession et essaie de protéger la nature comme je le peux. Mais elle me le rend bien. Je peux utiliser sa force pour me défendre et aider les gens. Des personnes en détresse il y en a beaucoup depuis la destruction du monde il y a 5 ans. Des légendes un peu farfelues expliquent que des forces que l’on ne pourra jamais comprendre ont détruit notre monde car ce dernier aurait été finit à la truelle. Elle parle de “serveurs” mal optimisés, d’une “latence” démesurée”, et d’un “endgame” aussi léger qu’une plume de Chocobo. Je n’ai pas pris Théologie en classe donc je ne connais pas tout les termes techniques mais vous voyez le topo. Tout ce que je sais, c’est qu’à cause de cela on se retrouve à reconstruire Eorzea aujourd’hui, et du boulot y en a.

Test effectué à partir d'une version PC

 
 
C’est en tant qu'aventurière que je me présente à Gridania, la ville forêt comme les gens aiment l’appeler. Parfait pour l'apprentissage de ma classe. J’aurais pu choisir Limsa Lominsa ou Ul'dah mais chaque ville possédant ses propres jobs, mon choix fut rapide. Après m’être rapidement enregistrée à la guilde des aventuriers je fus enfin parée pour partir à l’aventure et accomplir des quêtes pour aider mon prochain. Les débuts furent difficiles, les gens me proposaient seulement des quêtes Fedex, ou des génocides de monstres inoffensif comme les écureuils. Les pauvres. Mais il faut bien que je commence quelque part pour me faire connaitre. En contrepartie, la guilde me propose des quêtes intimement liées aux intrigues de notre monde. Les quêtes Histoire qu’il les appellent. Beaucoup plus intéressantes et qui révèlent leur plein potentiel avec le temps.
 

Mage plus blanc que blanc

J’ai rapidement pris du galon chez les élémentalistes qui eux aussi me proposent des quêtes intéressantes. Elles me permettent même parfois d’apprendre de nouveaux sorts. Quand je suis arrivée niveau 15 je fus surprise de me voir proposer de changer de classe pour élargir mes connaissances du monde. C’est à ce moment que j’ai compris l’énorme potentiel de cette proposition. Mon rêve a toujours été de devenir Mage Blanc mais je ne savais pas trop comment faire pour y réussir. J’ai vite compris que si j’embrassais une formation d’arcaniste jusqu’au niveau 15, couplée à mon élémentaliste niveau 30, je pourrais devenir Mage Blanc et être la star des instances. Le chômage a beau être à 10 %, il y a très peu de Heal disponibles alors si on peut lier l’utile à l’agréable …
Peut être qu’ensuite je continuerai apprentissage de nouvelles classes. Il parait qu’il y en aurait plus de 15 à découvrir. Mais il ne faut pas que je m'éparpille car à chaque niveau je gagne des points que je dois mettre dans mes caractéristiques telles que la force ou l’intelligence. C’est irréversible. Donc si je m’oriente vers une carrière de magicienne, certes je pourrais devenir guerrière par la suite mais cela n’aura que très peu d’intérêt.
 

On Kraft et c'est pas de la bouffe !

Je fus étonnée de voir que les métiers de crafting étaient également considérés comme des jobs à part entière. Il faut s’enregistrer auprès du maître de la guilde puis réaliser les quêtes à chaque pallier de niveaux. Au fur et à mesure on apprend de nouvelles compétences qui nous permettent d’augmenter la qualité des créations. Chose intéressante, chaque objet à créer possède un capital de solidité et chaque action ( soit avancer dans le processus de création, soit augmenter le pourcentage de chance d’obtenir un objet de qualité supérieure) diminue ce capital. Concrètement vous avez 6 actions pour créer une culotte qui se fait en 3 actions. Vous pourrez donc utiliser 3 actions dédiées à la qualité. Mais attention il y a toujours un % de chance de rater une action et du coup de manquer de points de solidité pour finir votre craft. Ce système est très intéressant mais pourra peut être frustrer certaines nouvelles recrues de part sa lenteur.
Pour changer de job rien de plus simple, il me suffit juste d'équiper l’arme ou outil lié au job et je changerai instantanément de métier et de niveau. Quelle ne fut pas ma surprise de passer d’un niveau 20 élémentaliste à un niveau 1 couturière, toute nue car mes vêtements étaient tous exclusifs à mon ancienne classe. Je peux cependant programmer des tenues pour chaque job et ainsi éviter les catastrophes vestimentaires et les regards un peu trop pervers de certains.
 

Vous FATE quoi à la fin ?

Tout ce tintouin me semble bien parti au final, on avance bien, il y a vraiment beaucoup de choses à faire comme la collection de bestioles, la chasse aux monstres qui varie selon la classe choisie, ou même les FATE ! La première fois que j'ai vu un de ces phénomènes j’étais impressionnée, mais au final c'est assez simple. Un FATE est un événement aléatoire public qui permet à tous les joueurs de participer et de recevoir une récompense en fonction de sa participation. J'ai entendu le fou du village parler d'un certain Warhammer Online mais je ne vois pas du tout de quoi il voulait parler. Il devait être pas mal entamé par l'alcool ! D'ailleurs je crois qu'il a finit par se retrouver avec un Mog à faire des choses pas très catholiques, si vous voyez ce que je veux dire.
Même quand on arrive au maximum de notre classe il reste énormément de chose à faire comme monter d'autres classes et tuer ce qu'on appelle les Primals. Cela demande une coopération entre énormément de personnes. Aux dernières nouvelles Odin n'est toujours pas vaincu malgré les centaines d'aventuriers qui s'y sont essayés. Il faut avouer que coordonner 100 personnes en même temps alors que l'on ne peut faire que des petits groupes de 5 c'est pas évidement. Mais n’empêche, il me tarde de devenir la meilleure mage blanc d'Eorzea et de participer à ce beau combat !
 

Article rédigé par Wildchoc , le

Le reboot de Final Fantasy XIV est une réussite. Le jeu est riche, propose beaucoup de contenus, une histoire intéressante et des graphismes vraiment réussis (surtout lorsque l'on joue sur PC avec tous les paramètres à fond). Si vous aimez les MMORPG et l'univers de Final Fantasy il vous faut essayer ce jeu. Dans le cas où vous ne vous intéressez que très peu aux Chocobos, FFXIV : A Realm reborn propose un système de classe et des mécaniques de combat originales qui valent le coup de se pencher dessus. Reste à savoir si le jeu survivra au premier mois gratuit et saura garder ses abonnés. Mais les développeurs préparent déjà du nouveau contenu ce qui ne peut être que positif.

Points positifs

  • Beaucoup de contenus
  • Beau
  • Le Lore de Final Fantasy bordel !
  • Les musiques
  • L'histoire

Points négatifs

  • Ne se démarque pas assez de la concurrence
  • Système de craft lent

A propos de l'auteur

Wildchoc

Wildchoc

31 ans | Tanuki lubrique

Le wildchoc sauvage est un petit animal farouche au poil soyeux. Passionné de jeux vidéo il ne sort que très peu souvent pour subvenir à ses besoins naturels tels que se nourrir et se reproduire. Il est cependant facile d'en capturer un en faisant résonner à l'extérieur de sa tanière une douce musique Chip tune. Pourquoi en attraper un ? Ils font en général de très bon coussins.

Contacter

Commentaires