Test : Les Sims 4

Les Sims 4 - PC

Genre : Vis ta vie virtuelle

Date de sortie : 04 septembre 2014

Genre
Vis ta vie virtuelle
Date de sortie
04 septembre 2014 - France
Développé par
Maxis
Edité par
Electronic Arts
Disponible sur
PC
Modes de distribution
Boutique

Bien avant la mode des simulateurs en tous genres comme Goat/Rock/Grass/(insérez la connerie de votre choix) Simulators, Electronic Arts nous a sorti un titre au concept surréaliste, et qui allait pourtant rencontrer un immense succès. Ce jeu ne vous demandait pas de sauver le monde, ou de gagner une quelconque compétition sportive, mais simplement d'aider des petits êtres numériques à réussir leur vie. Ce jeu, c'est les Sims. Le succès de la série ne s'étant jamais démenti, EA nous a livré ce mois-ci un quatrième épisode que nous vous testons ici.

Test effectué à partir d'une version PC

 
 
Avant de débuter ce test, je tiens à préciser que je n'ai jamais joué aux Sims avant. Bien entendu, le phénomène étant ce qu'il est, je connaissais la série et le principe de base. Mais ce dernier ne m'attirait pas du tout, et je n'ai donc jamais touché aux précédents volets. En fait, je ne voyais pas l'intérêt de jouer à un jeu qui vous demande d'effectuer des tâches de la vie courante. Et le nombre excessif d'add-ons sortis pour les Sims 3, donnant la désagréable impression d'un jeu vendu en kit, a fini de me convaincre que cette série ne m'était pas destinée. Maintenant que les choses sont claires, nous pouvons continuer.
 

Je vous présente Audrey

La première chose à faire avant de débuter une partie, c'est de créer un Sim. Le titre vous met alors en face d'un avatar généré aléatoirement. Dans mon cas il s'agissait d'une jeune femme un peu ronde, certes, mais qui avait un faux air d'Audrey Hepburn. Voilà qui règle la question du nom. Libre au joueur de modifier son apparence physique ou pas. Pour cela, deux méthodes s'offrent à vous. Soit vous passez par les menus dédiés, pour choisir parmi des éléments prédéfinis (assez nombreux soit dit en passant), soit vous cliquez directement sur la partie du corps que vous souhaitez modifier pour la manipuler à votre guise. Cette dernière méthode est plus longue, mais plus précise, permettant d'obtenir un personnage unique. L'interface étant particulièrement intuitive, Audrey a rapidement perdu 10 kg, ce qui a fait ressortir sa poitrine généreuse. Notez que j'aurais pu en faire un homme, mais mon côté voyeur pervers l'a emporté. La création du Sim ne se limite pas qu'à l'aspect physique du personnage, il faut aussi lui donner des traits de caractère et un choix de carrière.
 
 
Malheureusement, les métiers de star du porno ou tenancière de bordel ne sont pas disponibles... Dommage. Même pour ce qui est des tenues, qui sont pourtant très nombreuses, le jeu reste sage. N'espérez pas habiller votre Sim comme les jeunes femmes servant de faire valoir sexuel dans les clips de rap. Ce n'est pas du tout l'esprit du jeu. La tenue la plus osée que vous trouverez pour ces dames est un ensemble corset/porte-jarretelles. Et encore, les gars de Maxis ont visiblement l'intention de nous faire croire qu'on met ce genre de fringues pour dormir. Bref, Audrey ne pouvant visiblement pas jouer les "Marie couches-toi là", un changement de plan s'impose. Elle est donc devenue une geek aux aspirations créatives. Son but dans la vie : devenir une peintre reconnue. La demoiselle étant plutôt réservée, je lui ôte son maquillage de pute et lui choisi des tenues relativement passe partout, que ce soit pour aller en soirée, faire du sport ou son quotidien. Et croyez-moi, trouver la bonne tenue pour telle ou telle occasion prend du temps, beaucoup de temps. C'est que l'air de rien, je me suis déjà attaché à ce petit amas de pixels. Et cela avant même de commencer la partie.
 

Les maçons du cœur

Vient maintenant le temps de donner un toit à tout ce petit monde. Deux options s'offrent à vous. Soit vous la jouez gros connard, en expulsant une pauvre famille de Sims pour prendre possession de leur habitation, soit vous investissez dans un terrain vague pour construire votre demeure de toutes pièces. Cette dernière option est de loin la plus sympa. Vous avez le choix entre une grosse dizaine de terrains vagues répartis sur les deux zones que comporte le jeu pour bâtir votre demeure. A vous de voir si vous souhaitez vivre dans un quartier chic plein de verdure ou si vous préférez une zone urbaine plus modeste et aride. Ensuite, vous pouvez dilapider votre budget de départ dans la construction de votre maison. Le menu est des plus intuitifs, laissant aux joueurs le choix de simplement assembler des pièces préfabriquées, ou de sélectionner chaque élément un par un pour les disposer à leur manière. Le budget de départ limite franchement les ambitions des joueurs, mais c'est ce qui fait tout l'intérêt du jeu, lui donnant un moteur pour avancer. En effet, la principale raison pour laquelle on continue de jouer aux Sims 4, c'est pour sans-cesse améliorer la demeure de nos avatars. Le seul véritable défaut du mode construction réside dans son ergonomie. En effet, les touches servant à faire pivoter les éléments à placer et la caméra sont les mêmes, ce qui occasionne une certaine confusion au départ. Et même si on s'y fait à la longue, force est de constater que ce n'est vraiment pas pratique.
 

Vis ma vie de Sim

Passons maintenant au cœur du jeu, qui en est paradoxalement la phase la moins intéressante. Et cela pour une raison simple : le joueur est beaucoup trop passif, et cela malgré les différentes couches de gameplay dont dispose le titre. La première de ces couches réside dans le fait de veiller à ce que vos Sims satisfassent leurs besoins naturels, qu'il s'agisse de nourriture, de sommeil, de divertissement ou encore d'interactions sociales. Ce sont, en tout, six paramètres que vous devrez gérer. Cela pourrait être un vrai casse-tête si les Sims ne les assouvissaient pas déjà d'eux même. Si vous vous contentez de cet aspect là du jeu, votre partie se limitera à regarder vos personnages évoluer, ce qui manque cruellement d'intérêt. Alors, pour pimenter un peu les choses, vous pouvez gérer leur carrière. Cela vous demandera d'accomplir certains objectifs afin de permettre à vos Sims d'obtenir des promotions et de ramener plus d'argent pour entretenir et agrandir leur maison. Du coup, on prêtera beaucoup d'attention à cette partie là du jeu, qui rentre souvent en conflit direct avec la première couche de gameplay. Cela ajoute un peu de sel au jeu, obligeant le joueur à négliger certains besoins de ses Sims pour les faire évoluer, mais rien de complètement dingue non plus. Enfin, la dernière couche de gameplay concerne les aspirations de ces petits êtres numériques. En fonction de la personnalité que vous leur avez attribué, chaque Sim aura des objectifs, des rêves à accomplir. De même, ces éléments détermineront, avec l'état d'esprit dans lequel ils se trouvent, le type d'action à effectuer pour obtenir des points de satisfaction, ces derniers servant de monnaie pour acheter des bonus pour vos Sims.
 

Le rythme dans la peau... Ou pas.

En l'absence d'ordres de votre part, les Sims ne resteront pas plantés là à rien faire. Ils vaqueront à leurs occupations, assouvissant leurs besoins primaires. Votre tâche consistera surtout à faire évoluer leur carrière ou leur vie sentimentale. S'il n'y a qu'un seul et unique Sim dans votre foyer, vous risquez de sévèrement vous ennuyer. Par contre, avec une petite famille, vous aurez de suite davantage de choses à gérer. Mais un autre problème se posera : l'impossibilité de gérer vos Sims s'ils ne sont pas dans la même zone que vous. C'est terriblement frustrant. Mais le plus gros problème reste celui du rythme bâtard du jeu. D'un côté, les journées sont trop longues, et certaines animations et actions prennent énormément de temps. Heureusement, ce défaut est atténué via une option permettant d'accélérer le temps. Mais il reste encore le problème des nuits et des périodes de travail que l'on doit subir alors qu'aucune action n'est possible. Si les journées sont trop longues, le vieillissement des Sims nous a, au contraire, paru trop rapide, ne permettant pas forcément de faire évoluer les Sims comme on le souhaite. Cela n'a peut-être l'air de rien dit comme cela, mais la durée des parties peut s'en trouver largement réduite si vous ne les faites pas procréer.
 

Article rédigé par pattoune , le

Le bilan de ma première aventure "Simiesque" est assez mitigé. S'il est vrai qu'on s'attache aisément à ces petits bouts de pixels, le titre laisse trop souvent le joueur passif pour susciter l'intérêt sur la longueur. Ajoutez à cela un souci au niveau du rythme du jeu, et vous comprendrez qu'on ne puisse pas vraiment vous le conseiller. D'autant plus qu'avec le contenu franchement faiblard du soft, on voit d'ici la bonne quinzaine de DLC qui se profile. Par contre, si votre kif c'est la création de personnages et/ou la construction de maisons, vous pouvez vous jeter sur ce titre. Les possibilités qu'il offre à ce niveau-là sont innombrables. Et vous pourrez largement vous faire plaisir.

Points positifs

  • Les outils de création et de construction, puissants et intuitifs
  • Ne se prend pas au sérieux une seule seconde
  • Le simlish (la langue du jeu)
  • Les musiques, sympas au début...

Points négatifs

  • Gros problème de rythme
  • Contenu faiblard
  • On sent le jeu à DLC
  • ... Mais relous à la longue
  • Les douches floutées (mais il y a un mod pour corriger ce problème)

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

33 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires