Test : Trials Fusion

Trials Fusion - PC

Genre : Motos en équilibre

Date de sortie : 16 avril 2014

Genre
Motos en équilibre
Date de sortie
16 avril 2014 - France
Développé par
Red Lynx
Edité par
Ubisoft
Disponible sur
PC, PS4, Xbox 360, Xbox One
Modes de distribution
Boutique
Steam

Après les succès incontestés de Trials puis de Trials Evolution ainsi que de son DLC Origin of Pain – jamais un jeu n'aura aussi bien porté son nom, il semblait inconcevable pour RedLynx de laisser tomber sa juteuse licence. Le studio, toujours édité par Ubisoft, a donc décidé d'en remettre une couche et de tenter d'achever une bonne fois pour toute les joueurs avec leur dernier né, Trials Fusion. Crises de nerfs garanties.

Test effectué à partir d'une version PS4

 
 
Les jeux Trials, s'ils sont effectivement plutôt bien placés sur l'échelle du sadisme, sont avant tout des jeux de moto rudement bien fichus et n'ayant pas vraiment changé leur formule. Il s'agit donc toujours de terminer des pistes en scrolling horizontal à bord d'une moto à la physique très bien gérée, le tout avec moult sauts, roues arrières, explosions et plates-formes mouvantes. Bien que très techniques sur la longueur, les jeux de RedLynx sont extrêmement simples à prendre en main puisqu'ils ne nécessitent l'utilisation que d'un joystick pour se pencher et des deux gâchettes pour accélérer ou freiner. Pour renouveler la chose histoire que le joueur n'ait pas l'impression de toujours faire le même titre, il n'y a donc pas 36 solutions : créer de nouvelles pistes baignant dans des univers différents. Trials Fusion remplit cette part du contrat en se démarquant de ses illustres prédécesseurs en proposant une ambiance futuriste à grands renforts de néons fluo et autres vaisseaux spatiaux. Toutes les pistes ne correspondent cependant pas forcément à cet univers et l'on peut retrouver ça et là des pistes plutôt rocheuses ou encore se déroulant visiblement sur Mars. Enfin, précisons tout de même que le pilote lui-même a subi un petit lifting pour coller au mieux à cet aspect futuriste. Le résultat est plutôt réussi et certains pourront même lui trouver une petite ressemblance (voulue ou non) avec un certain Sub-Zero. Classe.
 

Trialisme

Une ambiance, c'est bien beau, mais que valent réellement les nouvelles pistes de ce Trials Fusion ? Pas de surprise de ce côté-là, les développeurs ont déjà montré à plusieurs reprises qu'ils savent maîtriser leur sujet. Le joueur retrouve donc des pistes de plus en plus difficiles, inventives, vivantes (explosions, tremplins, etc), variées, parfois cachant des pièges... Bref, c'est un vrai bonheur que de les découvrir et les parcourir à bord de sa moto, de son vélo (oui oui) ou de son quad, un engin plutôt cool même si que trop peu utilisé, malheureusement. En plus des éternelles médailles à gagner (4 par piste) pour débloquer les mondes suivants, RedLynx a inclus de petits défis dans chaque niveau. En effet, il est possible de réussir trois défis dans chaque piste. Cachés sous des noms plus ou moins énigmatiques (Plein gaz, Effet de serre...), le joueur peut soit tenter de découvrir ce qu'il faut faire par lui-même, comme un grand, soit... simplement mettre le jeu sur pause et découvrir l'objectif caché sous chaque défi. Pas franchement indispensable, mais toujours sympa pour rajouter quelques heures de jeu, même si le contenu est déjà plutôt conséquent avec huit mondes en tout. Il est en revanche dommage de voir que les mini-jeux de Trials Evolution sont passés à la trappe. Cependant, ils ont en quelque sorte été remplacés par deux types d'épreuves différentes. La première est baptisée FMX et demande au joueur de placer le plus de tricks possible afin d'engranger un maximum de points, et la seconde met à l'épreuve l'adresse du joueur en lui demandant par exemple d'aller le plus loin possible sans se pencher ou d'éviter d'utiliser sa roue avant, cette dernière étant mal vissée. Là encore, c'est plus ou moins bien réussi, mais ces épreuves ont au moins le mérite de varier le gameplay.
 
 
En dehors du mode solo qui tient en haleine de nombreuses heures (avec des crises de nerfs assurées, surtout sur les pistes Extrême, les développeurs n'ayant rien perdu de leur sadisme en créant des obstacles à première vue impossibles à surmonter), Trials Fusion a le bon goût de disposer d'un éditeur de niveaux. Chacun a donc la possibilité de créer ses propres défis pour les proposer à la communauté et d'en chercher de nouveaux avec un outil de recherche franchement bien fichu et assez poussé (types de course, difficulté, etc). Quant à ceux qui préfèrent jouer entre amis, un mode multijoueurs est de la partie. Malheureusement, ce dernier est à l'heure actuelle uniquement disponible en local, le online devant débarquer prochainement. Jusqu'à quatre joueurs peuvent donc s'affronter sur un nombre de pistes plutôt limité et, soyons honnêtes, assez peu intéressantes. Il s'agit en effet la plupart du temps de simplement tenir l'accélérateur appuyé sachant que ces niveaux sont plutôt plats. Dommage, demander aux joueurs un peu de technique aurait été plus intéressant sachant que chaque chute enlève des points. Enfin, Trials Fusion n'a pas grand chose à se reprocher techniquement parlant. Les décors de fond sont variés, beaux, le tout est fluide et sans ralentissement. Seules quelques textures peinent parfois à s'afficher du premier coup, mais rien de bien méchant. Au rayon des déceptions, on peut également noter que les développeurs n'ont pas vraiment écouté les joueurs (ou alors c'est leur côté sadique qui ressort une fois encore) puisque le plus gros problème des deux autres opus est toujours de la partie, à savoir le placement des checkpoints, parfois trop éloignés les uns des autres et parfois placés juste avant un obstacle. Si le joueur a le malheur d'échouer à cet endroit, il aura toutes les peines du monde à le passer, son élan ayant été coupé. Il ne lui reste donc plus qu'à montrer tout son talent pour parvenir à terminer la piste.
 

Article rédigé par Shauni Chan , le

RedLynx montre une fois encore qu'il sait faire de bons jeux. Trials Fusion se montre tout aussi addictif que ses prédécesseurs... mais également aussi sadique, ce qui participe grandement à son charme. Les parcours sont variés, bien foutus et vivants, et l'ambiance futuriste est très réussie. Le mode solo, déjà conséquent avec ses niveaux normaux, FMX (placement de tricks) et d'adresse, sont accompagnés d'un éditeur de pistes très complet et d'un multi local malheureusement trop peu intéressant, tous comme les différents défis disponibles dans chaque piste. Le multi online devrait quant à lui débarquer prochainement. Bref, un indispensable pour ceux ayant apprécié les deux autres épisodes de la licence.

Points positifs

  • Contenu solo plutôt conséquent (8 mondes différents)
  • Trois types d'épreuves : trial normal, FMX et adresse
  • Du sadisme, encore et toujours
  • Ambiance futuriste réussie
  • Techniquement quasi irréprochable
  • Éditeur de niveaux complet
  • Le pilote qui ressemble à Sub-Zero, c'est pas la classe ça ?

Points négatifs

  • Le quad, trop peu utilisé
  • Multi local pas intéressant
  • Pas (encore) de multi en ligne
  • Les défis pas très clairs et peu intéressants
  • Quelques checkpoints toujours mal placés

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires