Preview : ArcheAge

ArcheAge - PC

Genre : Heroic Fantasy

Date de sortie : 16 septembre 2014

Genre
Heroic Fantasy
Date de sortie
16 septembre 2014 - France
Développé par
XL Games
Edité par
Tencent
Disponible sur
PC
Modes de distribution
Boutique
PEGI
 Interdit aux moins de 18 ans

MMORPG développé par XL Games, ArcheAge se veut être adapté au marché de l’Ouest de par ses mécanismes un peu moins hardcore que ce que les titres coréens proposent à l’heure actuelle. Nous avons assisté à une présentation du titre pendant une quinzaine de minutes lors du dernier E3. Voici nos impressions.

ArcheAge est un de ces MMORPG qui se veut original, via des mécanismes de jeu frais, afin de séduire les joueurs sur un marché ultra saturé et très pointilleux. La présentation à laquelle nous avons assisté insiste sur le fait que tout ou presque dans le monde d’ArcheAge peut être construit. Les différentes régions du monde sont disputées par plusieurs factions qui s’opposeront. Chaque faction est composée de guildes qui devront cohabiter et travailler ensemble dans le but de faire progresser leur alliance. Comme dit, le monde d’ArcheAge évolue et se base sur la construction de tout ce qui est susceptible de faire avancer l’effort de guerre. Ainsi, vous devrez récolter un nombre important de ressources (sur les arbres notamment). C’est assez simple au départ mais très chronophage, surtout si vous n’avez pas d’aide d’amis ou si vous ne faites pas partie d’une guilde organisée. Pour simplifier la récolte, vous recevrez dès le niveau 5 une monture volante, histoire de vous déplacer sans trop de soucis. Le temps passé à la récolte en vaux pourtant la chandelle : la construction de votre maison perso, de bateaux de guerre ou du propre château pour votre guilde sera obligatoire si vous voulez prendre le pas sur les autres factions.Concernant votre maison, vous vous installerez sur une parcelle de terrain de votre choix et devrez payer des charges afin d’y rester. Le montant dépend de la quantité de terrain occupée et du modèle de maison choisi. Si vous ne payez pas pendant un certain temps, votre terrain passe en mode « public » et vos ennemis pourront attaquer et piller votre habitation. Car oui, l’attrait principal de cet ArcheAge réside dans la lutte continuelle avec les factions ennemies. Si vous accumulez assez de ressources, un bateau de guerre sera en votre possession et vous pourrez attaquer vos ennemis sur les flots. Cette lutte interminable se déroulant aussi bien sur mer que sur terre, il sera indispensable d’avoir le contrôle maritime afin de pouvoir assurer une domination territoriale. Concernant la construction de château, elle n’est possible que par les groupes de joueurs consciencieux et motivés, capables d’une organisation et d’une coordination à toute épreuve. Sachez que pour attaquer un château ennemi, il faut avoir en votre possession un objet uniquement achetable à l’hôtel des ventes. Si un joueur, provenant d’une puissante guilde, s’approprie l’objet, ils pourront tenter d’assiéger le château afin d’en prendre le contrôle ainsi que de ses ressources. C’est un mécanisme un peu décevant pour ce genre de jeu, sachant qu’il faudra absolument enchérir comme un fou pour obtenir l’objet en question.Concernant les joueurs et leurs actions, ArcheAge propose un système de justice assez évolué et plutôt innovant dans le domaine. Si un joueur commet des crimes à répétition, les joueurs pourront se rendre au tribunal avec des preuves contre lui et vous faire juger pour vos actions néfastes. Vous pourrez ainsi aller en prison, voire être banni du royaume, ce qui vous obligera à vivre tel un marginal, un pirate, avec des interactions très limitées avec les autres joueurs. On se demande tout de même comment la procédure de procès sera mise en place, quelles dérives pourront être générer par les joueurs et s’ils pourront exploiter ce système pour ce débarrasser des joueurs qui se mettent simplement en travers de leur route.
En plus de pouvoir construire pas mal de chose, ArcheAge propose une évolution dans plus de 19 différents métiers : de la métallurgie au travail du cuir, en passant par l’alchimie… tout y passe ! Il vous faudra pas mal d’abnégation et de courage pour monter dans tous les métiers, mais votre dur labeur sera récompensé par un personnage qui gagnera en puissance. D’ailleurs, comme dans tous MMORPG traditionnels, vos personnages pourront s’équiper à haut niveau dans des donjons et raids qui n’ont pas été évoqués. D’après le développeur durant la présentation, c’est une feature trop classique pour être montrée. Sachant les joueurs avides de ce genre de contenu, surtout pour les garder en haleine, il serait assez risqué de passer sur des détails à ce point importants.On a également réussi à jeter un coup d’œil à la carte du monde qui paraissait plutôt imposante. Sans pouvoir vraiment y poser nos mains, impossible à dire si ce n’était que de la poudre aux yeux. Pour le reste, le jeu est esthétiquement correct et devrait tourner sur la majorité des PC.

Article rédigé par Lorris , le

Avec quelques idées intéressantes et innovantes dans sa besace, ArcheAge pourrait bien se faire une petite place dans le monde très fermé des MMORPG. Cependant, le manque d’informations, notamment sur les défis qu’il proposera à haut niveau, ne nous permet pas d’affirmer qu’il révolutionnera le genre lors de sa sortie. Les joueurs devenus très frileux avec le temps, serons sages d’attendre les prochaines démonstrations de XL Games pour décider.

A propos de l'auteur

Lorris

Lorris

29 ans | Fin limier du mot

Nonobstant les ouï-dires et les non-dits de ceux qui pensent que non et de ceux qui estiment que oui, Lorris demeure un génie incompris. Utilisant constamment un langage profane qui sied à sa caste de jeune kikoo-gamer-du-web, ce candide éphèbe qui newse, teste, et previewte n'est finalement qu'un esprit brillant parmi les autres cucurbitacées qu'il tient pour collègues. Sinon, Lorris est une âme modeste, offrant son corps pour partager avec délectation et frivolité sa passion qui l'anime dans le manoeuvrage du joystick et non pas du droit de cuissage comme certains butors le feraient entendre.

Contacter

Commentaires