Preview : Resident Evil : Revelations 2

Resident Evil : Revelations 2 - PC

Genre : Survival-horror

Date de sortie : 25 février 2015

Genre
Survival-horror
Date de sortie
25 février 2015 - France
Développé par
Capcom
Edité par
Capcom
Disponible sur
PC, PS3, PS4, Xbox 360, Xbox One
Modes de distribution
Boutique

Non, la mythique série de Capcom n’est pas morte. Après quelques opus à la qualité en dents de scie, il semblerait que le géant japonais souhaite se remettre sur le droit chemin : après un Resident Evil : Revelations surprenant, nous avons pu jouer à sa suite en VIP pendant une bonne heure dans les locaux de Capcom France. Premiers détails sur un titre prometteur !

 
 
Dans ce nouvel opus de la série, nous sommes aux commandes de deux héroïnes. Toujours dans l’optique de proposer une aventure coopérative, Capcom a donc placé Claire Redfield et Moira Burton (la fille de Barry Burton) au centre du scénario : la démo nous balance dans une cellule bien crade où les traces d’ongles sur les murs semblent être à la mode et où la femme de ménage est apparemment au chômage depuis les années 70. Un endroit glauque et oppressant : Claire, que l’on contrôle tout d’abord, ne sait absolument pas ce qu’elle fait là. Et nous non plus, bien évidemment. On avance dans les couloirs grisâtres pour se rendre compte que l’endroit semble être une prison/hôpital psychiatrique laissé à son sort, avec sa dose de cadavres dégueulasses pendus au plafond. Bien vite, on retrouve notre partenaire, plus fragile, plus peureuse… Puis on se trouve nez à nez avec un premier ennemi et les choses se compliquent.
 

Une aventure avec des papillons et des arcs en ciel <3

Tout d’abord, il semble justement important de préciser que la démo ne nous a opposé à notre premier ennemi qu’au bout d’une bonne dizaine de minutes. La volonté de poser une ambiance glauque à souhait semble renouer avec les origines de la série : à chaque recoin, la tension monte doucement. On trouve alors un couteau, mais quelque chose rôde dans les parages et s’en prend à des êtres encore vivants, jusqu’à nous sauter sur la gueule par le biais d’un gros jumpscare réussi. Autant le dire : nous avons sursauté plus d’une fois, et cela faisait bien longtemps qu’un Resident Evil ne nous avait pas mis un minimum mal à l’aise !
 

Excusez-moi, où est le hammam ? J’irai bien me détendre dans votre sympathique demeure

Les combats, eux, sont sommes toutes classiques mais très efficaces par leur difficulté certaine. Le couteau n’inflige qu’assez peu de dégâts, et les munitions d’armes à feu se font rares et précieuses : certains affrontements deviennent alors vite compliqués et l’on se voit alors prendre la fuite en espérant tomber sur une pauvre cartouche cachée dans un carton… L’aspect coopération est bien présent lors des combats : alors que Claire est clairement (lol) taillée pour les bastons, Moira elle est plutôt du genre à se cacher et à prendre ses ennemis par derrière au pied de biche. Toutes les deux, elles s’entraident également pour quelques épreuves de plateforme traditionnelles (courte-échelle, etc) et peuvent se soigner l’une l’autre si elles possèdent les objets adéquats. L’intérêt de cette coopération est qu’il est bien sûr possible de faire l’aventure à deux manettes en écran splitté, mais aussi de la faire tout seul en switchant les personnages grâce à une touche dédiée. Un changement rapide pas toujours très justifié mais qui a le mérite de renouveler un tantinet le gameplay.
 

Un lieu de détente et de non-stress

Si les quelques combats s’avéraient vraiment intenses, il faut bien avouer qu’ils étaient exécutés d’une belle manière : le jeu est fluide, très fluide, tournant en 60 fps. Le jeu, graphiquement, est loin de nous faire tomber à la renverse mais dispose d’une résolution en 1080p, et la direction artistique, même si elle respire le déjà vu dans les jeux ou films du genre, fait son petit effet. L’ambiance sonore est également au rendez-vous, avec des moments d’angoisse où l’on peut entendre des ennemis, au loin, mais sans jamais les croiser… Au final, Resident Evil : Revelations 2 semble être un jeu bien parti, qui n’invente pas grand chose mais qui applique des mécaniques fortement efficaces.
 

Article rédigé par Naxi , le

Resident Evil : Revelations 2 est un jeu sur le bon chemin. Plutôt séduisant, il est appliqué dans son game design malgré une originalité plutôt terne. La démo proposée balançait une ambiance oppressante, des combats nerveux malgré une coopération très classique. Vivement une prochaine preview dans un autre environnement : le jeu est plutôt accrocheur !

A propos de l'auteur

Naxi

Naxi

22 ans | Chasseur de cool

Guinness, Bacardi et 9mm : âgé de 20 ans, Naxi est le testeur le plus jeune de l'équipe. Embauché dès l'âge de quinze piges dans la rédaction, il se débrouille pour écrire sur sa passion entre deux soirées alcoolisées où se mêlent Tekken buveur, basses acidulées et lancers de nains roux. Une vie étudiante ponctuée par son addiction à Devil May Cry et son goût des bonnes femmes qu'il tente désespérément d'approcher par sa "voix d'acteur porno". Drôle d'énergumène.

Contacter

Commentaires