Test : Elite : Dangerous

Elite : Dangerous - PC

Genre : Simulateur Spatial

Date de sortie : 16 décembre 2014

Durant ces dix dernières années, les fans de simulateurs spatiaux n'avaient pas grand chose à se mettre sous la dent, les titres du genre étant particulièrement rares. Mais ça, c'était avant. En effet, les héritiers de Wing Commander et Colony Wars semblent désormais se multipilier. Star Citizen, No Man's Sky, X-Rebirth, Kerbal Space Program ou encore Elite Dangerous, il devient même facile de se perdre au milieu de tous ces titres. Alors nous allons les prendre les uns après les autres, par ordre d'arrivée. Si nous avons déjà testé X-Rebirth l'année dernière, nous allons maintenant nous attarder sur Elite : Dangerous qui, prenant le même chemin que le jeu d'Egosoft pour les bases de son gameplay, est néanmoins bien plus réussi.

Test effectué à partir d'une version PC

 
 
Mais replaçons un peu les choses dans leur contexte. Car Elite : Dangerous ne vient pas de nulle part, bien au contraire. La série des Elite est l'une des plus anciennes du jeu vidéo, son premier volet étant sorti en 1984 sur BBC Micro. Et c'est à David Braben et Ian Bell que l'on doit ce qu'on peut appeler le premier simulateur spatial de l'histoire du jeu vidéo.
 
 
Le but du jeu est simple : gagner sa vie. Et pour cela, les possibilité sont nombreuses. Vous pouvez menez une vie honnête et paisible en tant que commerçant ou mineur, opter pour une voie plus aventureuse en traquant les hors-la-loi ou en explorant des systèmes inconnus. Mais il est bien entendu possible de passer du côté obscur de la force en pratiquant la piraterie ou la contrebande. Elite vous laisse libre de choisir votre voie et d'en changer à tout moment. Cette liberté est inscrite dans l'ADN de la série, et c'est avec bonheur qu'on la retrouve dans Elite : Dangerous.
 

L'Empire contre-attaque

A défaut d'un vrai scénario, avec des missions scriptées et tout le tralala, Frontier nous propose un background approfondi à base de complot politique et de guerre de territoires. En effet, le 16 décembre 3300, la santé de l'empereur a commencé à sérieusement décliner. Ce qui a déclenché une bataille pour savoir qui prendra les commandes de l'Empire . Mais ce n'est pas tout, la Fédération, grande rivale de l'Empire, observe tout cela avec attention, et compte bien profiter de l'occasion pour étendre son influence.
 
 
Ces tranches de scénario vous sont distillées en temps réel via la section Galnet news accessible dans les stations orbitales, mais aussi sur le site officiel du jeu. Bien entendu, les joueurs ont une influence sur ces événements. En effet, ces complots impliquant des conflits à travers la galaxie, vous aurez la possibilité d'y prendre part pour soutenir le camp que vous souhaitez voir gagner. Bien sûr, il faudra vous attendre à voir d'autres joueurs dans le camp adverse, et donc à rencontrer une opposition farouche. Notez tout de même que vous avez la possibilité de vivre votre vie sans prêter la moindre attention à tout cela.
Il est évident que ceux qui s'attendaient à avoir l'occasion de participer à une histoire scénarisée de bout en bout, à la manière d'un Wing Commander par exemple, seront déçus. Mais au moins, David Braben est allé au bout de son idée.
 

Un univers immense

Elite : Dangerous nous permet d'explorer un univers qui est censé nous être familier, puisque nous y vivons tous. Il s'agit de notre galaxie, la Voie Lactée. Bon OK, tout le monde ne peut pas se payer un voyage interstellaire de nos jours. Mais il n'en est pas moins vrai que nous connaissons tous notre système solaire, au moins en partie. Ce qui vous en fera un de moins à visiter. Certes, ce n'est pas grand chose sur les 400 milliards que propose le jeu, mais c'est toujours ça de pris. 160 000 systèmes solaires présents dans le jeu sont authentiques, comme notre bon vieux système Sol. En ce qui concerne les autres, si aucune donnée scientifique ne permet d'en avoir une représentation réaliste, il est tout même avéré qu'ils sont là. Certains sont précisément localisés, alors que d'autres sont juste vaguement repérés.
 
 
Mais peu importe, tout ce qu'il faut retenir, c'est que vous n'aurez jamais le temps de tout voir. Ce qui, pour les explorateurs en herbe, est diablement stimulant. Notez aussi que les équipes de Frontier se sont donné beaucoup de mal pour coller à la réalité. Ainsi, vous trouverez la sonde Voyager 1 là où elle est censée se trouver dans 1285 ans, toujours en train de diffuser son message de paix. Et il en est de même pour Voyager 2.
 

Vis ma vie de commandant

Elite : Dangerous vous laisse une grande liberté quant à la manière dont vous gagnez votre vie. Sans tous les passer en revue, nous allons en détailler certains, à commencer par celui de commerçant. Si vous désirez vous lancer dans cette carrière en début de partie, le passage par la case missions sera obligatoire. En effet, c'est une entreprise qui peut rapporter gros, mais qui demande un investissement initial que vos 1000 crédits du départ ne suffiront pas à couvrir. Il vous faudra donc prendre des missions dans les différentes stations que vous visiterez de façon à vous constituer un petit capital de départ. Une fois ceci fait, vous pourrez entrer dans le vif du sujet. Pour gagner de l'argent, vous devrez acheter des biens à des prix bas, pour les revendre au prix fort dans une autre station. Le principe est des plus basique, mais l'économie du jeu étant systémique, une route commerciale surexploitée deviendra vite beaucoup moins rentable. Et il faudra donc en trouver une nouvelle.
 
 
Les outils mis à disposition pour les commerçants sont nombreux. Sur la page du marché, vous trouverez non seulement la liste des produits disponibles dans la station avec leur prix de vente et d'achat, mais également leur prix moyen dans la galaxie. Si vous achetez un bien à un prix inférieur au tarif moyen pratiqué dans la galaxie, vous aurez de bonnes chances de faire des bénéfices à la revente. De plus, vous avez également la possibilité d'afficher les prix pratiqués par les stations environnantes, ainsi que par celles que vous avez précédemment visitées. Vous pourrez ainsi voir où vous pourrez revendre votre marchandise au meilleur prix. Et si vous n'avez pas envie de vous casser la tête, vous pouvez simplement regarder vers quelle station elles sont habituellement exportées pour vous y rendre et ainsi faire une petite plus-value. Notez que la carte de la galaxie vous donnera des informations utiles, comme la base de l'économie de chaque système, mais aussi et surtout les importantes routes économiques du moment.
 

Indiana Jones dans l'espace

Mais si vous vous sentez d'humeur plus aventureuse, vous avez la possibilité d'opter pour un mode de vie plus risqué. Outre les carrières de pirate et de chasseur de prime, celle d'explorateur vous permet de vous faire un peu d'argent pour une prise de risque moindre. Le travail des explorateurs consiste à collecter des données sur des planètes inconnues pour les revendre à des stations. Le joueur dispose de deux niveaux de scan. Le premier est à lancer dès votre arrivée dans le système, pour localiser les différents astres autour de vous sur un certain périmètre. Ensuite, il vous faudra aller scanner chaque objet stellaire indépendamment, pour déterminer sa nature ainsi que sa composition. Pour les systèmes les plus importants, cette deuxième étape prend facilement une heure. Et vous en avez 400 milliards à explorer. Une fois que vous aurez récupéré toutes les données d'un système, vous n'aurez plus qu'à les revendre. Seulement, les stations à proximité ne les achèteront pas. Il vous faudra donc vous éloigner un peu pour trouver un acheteur. Et c'est là que les équipes de Frontier ont réussi leur coup. Car cette contrainte vous pousse à explorer davantage, et donc à amasser plus de données, ce qui vous permettra de récupérer plus d'argent. C'est un cercle vertueux.
 

La crème de la crème

Mais il paraît que l'argent ne fait pas le bonheur, si bien qu'Elite : Dangerous offre d'autres systèmes de progression dans le jeu. Ainsi, vous avez un rang pour chaque type de gameplay que propose le titre : combat, commerce et exploration. Pour améliorer son classement, rien de plus simple, il suffit de pratiquer le type de gameplay désiré, le but ultime étant d'atteindre le rang Elite dans les trois styles de jeu.
Mais vous pouvez également progresser au sein des différentes factions. En effectuant des missions, vous gagnerez en réputation au sein des factions qui vous les ont attribuées. Ce qui vous permettra de monter en grade et d'obtenir certains avantages, comme la possibilité d'acheter des vaisseaux spécifiques à ladite faction.
 

N'est pas Han Solo qui veut

Mais venons-en au cœur du jeu : le pilotage. Elite : Dangerous est une simulation complète. Comprenez par là que le titre comprend de nombreux paramètres à gérer et un nombre conséquent de commandes avec lesquelles se familiariser. Ce qui rend le jeu complexe à aborder pour les débutants. Par exemple, la procédure d'amarrage, pourtant simple sur le papier, est une véritable énigme pour les profanes. Heureusement, un tutoriel comprenant une dizaines de scénarios est disponible, via un téléchargement supplémentaire à faire en marge du jeu. Il vous permettra de vous familiariser avec les techniques de base comme les plus avancées. Cependant, il manque encore un peu d'indications pour rendre le titre réellement accessible.
 
 
Il y a deux facteurs que vous devrez surveiller attentivement : la chaleur dégagée par votre vaisseau et la répartition de l'énergie. Surveiller la signature thermique de votre vaisseau est important car c'est ce qui permet aux autres vaisseaux de vous détecter. Plus elle est forte, plus ils vous repéreront et verrouilleront facilement. Et c'est un avantage qu'il ne vaut mieux pas donner aux ennemis. Le second vous permet de favoriser l'un des trois modules principaux du vaisseau, au détriment des deux autres, en lui attribuant plus d'énergie. Vous pouvez ainsi accélérer le rechargement de vos boucliers, armes (à énergie), ou boosters. Une bonne gestion de cette énergie est cruciale en combat.
Une fois les différentes commandes de jeu et fonctions du vaisseau assimilées, vous vous rendrez compte que le jeu comporte son lot de manœuvres récurrentes qui sont autant de petits rituels, comme l'amarrage à une station ou les sauts interstellaires.
 

Captain Harlock se met au tuning

Dans Elite, gagner de l'argent vous permet non seulement d'acheter de nouveaux vaisseaux, mais aussi de modifier leur équipement, pour qu'ils soient plus en phase avec vos besoins. Bien entendu, vous pourrez achetez de meilleurs moteurs, blindages, armes, etc... Mais vous pourrez aussi trouver des modules plus spécialisés à installer dans les compartiments de votre vaisseau. Les transporteurs privilégieront les soutes par exemple. Les pirates, quant à eux, apprécieront les commandes de patelles, qui permettent d'ouvrir les soutes d'un autre vaisseau, pourvu que ses boucliers soient inactifs. De même, pour miner, vous aurez besoin d'un laser de minage et d'un module de raffinerie. Enfin, les plus fainéants pourront équiper leur astronef d'un ordinateur d'appontage afin d'automatiser la manœuvre. Ce ne sont là que quelques exemples de ce qu'il est actuellement possible de faire dans le jeu. Et vu les ambitions qu'ont les développeurs, ces possibilités devraient augmenter à l'avenir.
 

Article rédigé par pattoune , le

Elite : Dangerous n'est pas un jeu à mettre entre toutes les mains. En effet, bon nombre de joueurs seront complètement désarçonnés par l'absence totale d'indications sur ce qu'il faut faire. De plus, même si ce sera corrigé dans les mois à venir, via les mises à jour mensuelles programmées par le studio, le jeu déçoit un peu avec son aspect MMO, de part son manque de fonctionnalités dédiées aux interactions sociales.
Seulement, dans le domaine de la simulation spatiale, Elite : Dangerous est un excellent jeu, le meilleur que l'on ait vu depuis des années en fait. Il offre une liberté d'action inouïe et d'excellentes sensations de pilotage. Il propose un gameplay riche, avec lequel tout le monde pourra trouver son compte, ainsi qu'un contenu gargantuesque. De plus, les équipes de Frontier sont très motivées pour en rajouter. Alors, si vous vous sentez l'âme d'un pionnier, d'un aventurier, et que le vide sidéral ne vous fait pas peur, vous pouvez foncer les yeux fermés.

Points positifs

  • La liberté offerte aux joueurs
  • Le pilotage des vaisseaux
  • Franchement beau et immersif
  • Un nombre incalculable d'heures de jeu
  • 400 milliards de systèmes solaires !

Points négatifs

  • Peu de fonctionnalités sociales (mais c'est vraiment pour chipoter)

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

33 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires