Test : Operation Flashpoint : Resistance

Operation Flashpoint : Resistance - PC

Genre : Action/Tactique

Date de sortie : 28 juin 2002

Genre
Action/Tactique
Date de sortie
28 juin 2002 - France
Développé par
Bohemia Interactive Studio
Edité par
Codemasters
Disponible sur
PC
Parfois appelé
OFP
Site officiel
Site officiel

Operation Flashpoint (OFP) : Cold War Crisis a révolutionné les jeux à la première personne, puisqu’il s’agissait, pour la première fois, d’un mélange subtil d’action, de simulation et de stratégie. Resistance est la dernière extension officielle de ce jeu culte. Le jeu original (Cold War Crisis) est indispensable pour jouer à cet add-on. Il contient une nouvelle campagne et des patchs permettant de passer le jeu en version 1.75. Voyons donc les changements…

L’action se déroule quelques années avant que la guerre froide (Cold War Crisis) n’atteigne son apogée. Vous incarnez Victor Troska, un ancien agent des Forces Spéciales, vivant retranché dans l’île paisible de Nogova afin d’oublier son passé de guerrier. Mais le problème c’est que les Russes vont envahir ce petit coin de paradis, située non loin des 3 îles du jeu original. Troska, qui ne voulait plus entendre parler de la guerre, va-t-il reprendre les armes ? … C’est vous qui décidez !

Techniquement

Le premier gros changement que l’on constate se situe au niveau des graphismes. Le moteur 3D a été amélioré : la carte de l’île de Nogova est plus grande que jamais ; les troncs des arbres semblent plus ronds ; les textures sont plus fines. Les paysages sont beaucoup plus grandioses et vallonnés qu’avant ; parfois on voit des sommets enneigés. Des villes avec de grands ensembles ont également été modélisées. Codemasters estime que la configuration nécessaire ne change pas par rapport au premier opus, je préconise quand même au minimum la config. de test. Point noir au niveau des graphismes : les mains qui transpercent toujours les armes. Autre point noir : bien que cela ait été grandement réduit, il arrive parfois que l’on puisse traverser des portes !
Au niveau du son, il y a aussi du changement. Les nouvelles musiques sont bien : elles retransmettent l’atmosphère du jeu qui peut être tendue ou décontractée. Le bruit des armes, quant à lui, est étrange, surtout celui des armes silencieuses : on a l’impression que l’on tient un laser. Ah l'effet Episode 2... Les voix des personnages, enfin, sont… euh, normal.

Engins et armes

Au niveau des engins, ceux qui existaient ont été modifiés : leur comportement est plus réaliste. Par exemple le tracteur sautille et ne se comporte plus comme une voiture avançant au ralenti. Sinon il y a de nouveaux véhicules sympathiques comme la moto. On peut aussi prendre le bus, mais pas le conduire, ce qui offre plus de liberté au joueur dans les mouvements !
Pour les armes, ce qui a été changé c’est les bruitages, sinon il y en a de nouvelles : le lance-grenades, le UZI, ainsi que des armes de point (Bereta, Glock), etc. Ces armes peuvent être chargées dans les véhicules afin d’étendre le package. De même on les garde d’une mission à l’autre. Ces deux derniers points montrent qu’il sera désormais plus important de gérer son inventaire et celui de ses camarades. A noter que les véhicules peuvent aussi être conservés d’une mission à l’autre.

Les missions et la carte

En solo, 5 nouvelles missions uniques sont proposées. Dans la campagne, ce sont 20 missions qui vous attendent (en réalité c’est un peu plus car ces dernières sont interactives, et il y aura parfois des choix décisifs à faire). Par conséquent la durée de vie est tout à fait correcte. Les objectifs sont généralement variés : infiltration, destruction massive, repousser le débarquement de l’envahisseur… à chaque fois dans un décor grandiose comme je l’ai déjà indiqué. Ces missions peuvent avoir lieu au soleil, sous la pluie, à midi, ou à minuit (ND Rick : pada pada pa). La visibilité est affectée par les éléments extérieurs (météo, heure, lampadaires, tank ennemi se rapprochant...). Dans toutes les missions vous êtes chef de groupe. En effet, les petits rôles de chair à canon ont disparu depuis le jeu original. Quand vos coéquipiers survivent, ces derniers gagnent de l'experience, devenant ainsi plus agueris. Plus vous les gardez longtemps, plus leur tir sera précis et mieux ils se dissimuleront.
En multi, le NetCode a aussi été amélioré car les pings sont plus faibles (bonne nouvelle). Sinon ce sont 9 nouvelles missions qui y sont incluses. Ce qui est assez imposant vu leur complexité (pour compaer, les extensions à Rogue Spear ajoutaient généralement une demie-douzaine de nouvelles missions en multi).

Pour conclure

Les graphismes sont bien plus plaisants pour l'oeil, le multi est plus performant, la liberté de mouvement est accrue (choix décisifs, bus), il y a de nouvelles armes et de nouveaux engins… Bref un excellent add-on pour les fans d’OFP (Rappel : OFP appartient à un genre de jeu unique). Je dis bien les « fans d’OFP » car pour les autres, si vous n’aimez pas ce genre de jeu, évitez. En effet, dans l’ensemble, Resistance reste un OFP comme les autres, qui se contente d'ameliorer les grands axes du jeu original sans innover. Mais alors pour les fans de la série, je dois dire que c’est un véritable Nirvana. Vala donc une extension qui maintiendra OFP dans les meilleurs jeux pour quelques temps encore!

Article rédigé par ADSLMan , le

Resistance est un add-on qui n’apporte rien de révolutionnaire mais constitue un excellent complément pour tous les fans de la série des OFP avec de nombreux ajouts et un graphisme retravaillé. Si vous ne connaissez pas OFP, pensez à regarder le test du premier opus et aussi à acheter le jeu : génial !

Points positifs

  • Le réalisme
  • L’ambiance « champs de bataille »
  • La liberté de mouvement
  • Durée de vie
  • Le Multijoueur

Points négatifs

  • Quelques bugs graphiques
  • Son des armes

Commentaires