Test : Tom Clancy's Rainbow Six : Raven Shield

Tom Clancy's Rainbow Six : Raven Shield - PC

Genre : FPS tactique

Date de sortie : Mars 2003

Genre
FPS tactique
Date de sortie
Mars 2003 - France
Développé par
Ubisoft Canada
Edité par
Ubisoft
Disponible sur
PC
Site officiel
Site officiel

Vous en avez marre de dézinguer des légions d’ennemis, d’avoir la suprématie sur les champs de bataille, de résister seul contre une armée avec un arsenal incroyable ? Alors, suivons le Rainbow dans Raven Shield, un épisode plus tactique que jamais… mais saura-t-il se démarquer de ses estimables ancêtres ?

 
 
Rainbow 6 est une équipe anti-terroriste fictive inventée par le célèbre auteur de thriller Tom Clancy. Il n’est plus nécessaire de présenter ce nom car vous avez eu maintes fois l’occasion d’en entendre parler, au vu de la surabondance de titres Ubi Soft passés et à venir qui exploitent cette licence. Il s’agit d’une véritable gageure de réalisme contemporain où le shoot en vue subjective rime avec gestion tactique. Raven Shield, suite du distingué et vénérable Rogue Spear tente un pari difficile : conserver l’attrait d’un gameplay qui a fait ses preuves en renouvelant suffisamment le genre pour paraître toujours aussi intéressant.
 

Raven Shield en quelques mots

C’est un soft très complet et d’une excellente facture qu’Ubi Soft nous livre ici. Réalisé en compagnie du studio des précédents titres, l’équipe reprend quelques-uns des estimés concepteurs de Splinter Cell dont Mathieu Ferland et Maxime Béland, pour ne citer qu’eux.
Ne dérogeant pas à la règle actuelle, les graphismes utilisent le nouveau moteur Unreal Engine tant dans le jeu que dans les cinématiques. Le corps du titre se compose de 15 missions dans 12 environnements différents. La campagne renoue avec l’épaisseur de la trame du tout premier Rainbow 6, initialement basé sur les livres. Vous serez donc opposé à un complot visant à faire resurgir un mouvement fasciste fort à travers des actions terroristes anodines disséminées un peu partout. L’histoire est suffisamment captivante pour avoir envie de progresser et d’en savoir plus. Un solide mode multijoueur permet de prolonger le plaisir en réseau aussi bien que tout seul, avec de multiples modes proposés.
 

Un gameplay intelligent

La campagne principale s’articule sur 3 niveaux de difficultés qui mettent en avant les possibilités de l’IA. On sent que la page est tournée avec la détestable IA de Rogue Spear (à l’époque en deçà de celle de S.W.A.T. 3) et que l’ensemble aboutit à un gameplay vraiment achevé. Les 3 niveaux de difficultés ont été très bien élaborés et même le plus facile vous fera trimer comme un malade. Ce sont de vrais défis qui parviennent à relancer le plaisir du jeu à eux seuls. Parmi les innovations pertinentes, on relèvera tout d’abord que justice est faite au Rainbow et que l’on sent désormais la puissance des protagonistes tout en ne rendant pas le jeu plus facile pour autant. Quant aux ennemis, leurs réactions sont impeccables. Ils se replient, balancent des grenades, contournent… bref ils déploient une panoplie d’attitudes différentes tout en ne faisant plus mouche à tous les coups (il était autrefois rageant de se prendre une bastos à 500 mètres sous la pluie, en pleine nuit, par le premier sniper venu….
L’interface d’ordres rapides, venant compléter la phase de préparation tactique, permet de commander à vos hommes divers mouvements et de leurs ordonner de tirer. Chacun conserve une zone définie en visuel et leurs réflexes permettent d’apprécier (enfin) le jeu en équipe.
 

Une interface enfin maniable

Les précédents opus ne brillaient pas par la gestion des équipes et la préparation tactique, phase considérée comme rebutante par la grande majorité des joueurs. En effet, il valait souvent mieux finir le jeu seul qu’accompagné d’autres membres du Rainbow ! Raven Shield se démarque de son prédécesseur par la cohésion et l’intuitivité de l’élaboration d’un plan tactique. Les environnements étant tous d’un grand intérêt stratégique, il y a des myriades de possibilités. Chaque mission propose un plan prédéfini que l’on peut charger. A contrario de Rogue Spear, celui-ci est valable et même conseillé aux débutants pour apprendre à se servir de l’interface et à jouer. Les menus sont clairs et fournissent quantité de détails sur les individus, l’histoire et les gadgets disponibles. Des animations y sont incluses possédant un intérêt esthétique et pratique. Ajout conséquent : les membres utilisés progressent en expérience et en maîtrise des armes, ces dernières possédant des pourcentages et des caractéristiques précises.
 

Une esthétique inégale

Bien sur, le jeu est loin d’être moche. Unreal Engine oblige, le titre se pare de splendides textures et reliefs ainsi que de jolis effets lumineux en 3D. La modélisation des décors rappelle assez le style de la série. Certains un peu trop même. Ainsi, quelques niveaux sont trop plats et carrés. Les textures sont répétitives et peu variées. L’ensemble permettant encore peu d’interaction avec le décor si ce n’est l’ouverture progressive des portes (et hop, une grenade, je referme et j’attends !). Les personnages possèdent de nombreuses skins et sont suffisamment bien détaillés, dommage que les animations ne soient pas toujours fluides mais légèrement saccadées. Les HUDs sont réaménagés et n’encombrent plus la zone de jeu et sont parfaitement modulables, le jeu étant entièrement paramétrable et comprenant un grand nombre d’options. L’arme apparaît enfin. Tout en 3D, les modèles sont fabuleusement animés. De plus, elles sont entièrement modulables avec des gadgets que l’on verra apparaître. Les musiques de Bill Brown, déjà auteur des précédents titres (et de plein d’autres jeux…), sont très rythmées et profondément immersives.
 

Un multijoueur succédant à CounterStrike

La comparaison ne manque pas d’être faite, et en faveur de Raven Shield. Deux modes de jeu proposant un total de 8 types de matchs sont proposés. Du simple « deathmatch en passant par l’escorte et la campagne, le multijoueur parvient à s’imposer avec 5 cartes entièrement dédiées. Vous pourrez même sélectionner vos parties en fonction de filtres, indispensables pour bien profiter. Et pour les plus férus des joueurs, l’ensemble connaît une équivalence en solo qui permettra de vous exercer. A noter l’adjonction d’une section entraînement, véritable succession de didacticiels progressifs à ne pas rater pour vous familiariser avec les commandes de bases.
 

Article rédigé par Mirage , le

Ubi Soft nous signe une suite qui s’en sort grandie et qui ne sombre pas dans un énième titre sans innovation. Le jeu convaincra un large public, du « hardcore » gamer passionné d’action au fan de simulation et de tactique, le titre s’adresse à tous et possède une forte rejouabilité. Les graphismes, loin d’un Unreal 2 (pourtant bien là…), sont léchés et placent le soft en avant parmi la concurrence malgré des niveaux pas systématiquement nets. Bref, Raven Shield ne dément pas la place prépondérante héritée des titres antérieurs. Un soft à posséder par tous.

Points positifs

  • Une campagne intéressante
  • Une durée de vie très importante
  • Une difficulté bien dosée

Points négatifs

  • Des niveaux pas toujours détaillés
  • Peu d'objectifs différents
  • Un "boss" minable...

Commentaires