Test : Life is Strange - Episode 5 : Polarized

Genre : Aventure temporelle

Date de sortie : 20 octobre 2015

Genre
Aventure temporelle
Date de sortie
20 octobre 2015 - France
Développé par
DONTNOD Entertainment
Edité par
Square Enix
Disponible sur
PC, PS3, PS4, Xbox 360, Xbox One
Modes de distribution
Steam
Site officiel
Site officiel

Après avoir ponctué notre année vidéoludique avec quatre épisodes, certes inégaux, mais toujours intéressants, il est temps pour Dontnod de nous livrer le final de son jeu épisodique. La dernière fois, nous avons laissé Max en bien mauvaise posture, laissant présager le pire pour la jeune demoiselle. Mais rien n’est jamais joué d’avance, surtout lorsqu’on a la faculté de remonter le temps. Et ce ne sont pas les équipes de Dontnod qui vont nous contredire.

Test effectué à partir d'une version Xbox One

C’est donc une Maxine impuissante, attachée à une chaise, que nous retrouvons ici. Tandis que le psychopathe de service s’adonne à son passe-temps favori. Pour s’en sortir, l’étudiante n’a pas vraiment l’embarras du choix : il va falloir remonter le temps. C’est d’ailleurs à ça que vous passerez le plus clair de votre temps dans cet épisode, que ce soit pour vous échapper ou manipuler le continuum temporel. Et autant vous le dire tout de suite, si vous espériez un final en apothéose, vous allez être déçus.
 
Il risque d'y avoir un peu de vent...

Clichés 1 - 0 Originalité

Le gros problème de cet épisode, c’est son manque d’originalité. Et il faut bien l’admettre, après le final grossier de The Dark Room, nous aurions dû le voir venir. Dès le début, la situation dans laquelle se trouve Max est typique des films de serial killer. Et la scène durant laquelle le tueur explique tout, en plus de sonner faux, est incroyablement clichée. Il nous faut même le coup de la saute d’humeur injustifiée. Il en est de même pour le grand final, décevant au possible. Cependant, le jeu arrive à installer une certaine tension lors de cette scène d'ouverture. Malheureusement, elle s’étiole très vite.
Les développeurs ont fait des efforts pour créer de l’émotion. Mais justement, à vouloir émouvoir les joueurs à tout prix, ils en ont trop fait. Résultat, on se retrouve avec une floppée de dialogues longuets qui flirtent avec le mélo, certaines réactions paraissant forcées, pas naturelles.

Salut !

Je crois qu’ils sont plusieurs dans sa tête.


Cette incohérence au niveau de la caractérisation des personnages atteint son paroxysme à la fin de l’épisode, qui nous présente une Max aux portes de la folie, alors que, durant toute la série, la demoiselle nous était présentée comme une jeune femme réservée, certes, mais saine d’esprit. Mais cela n’empêche pas le scénariste de Life is Strange d’essayer de nous faire avaler que Max est une gamine complètement flippée et cela durant plusieurs minutes. Pour cela, les développeurs se sont à nouveau inspirés d’un chef-d’oeuvre de David Lynch : Mulholland Drive, reprenant le principe de la dernière séquence du film en question. Nous nous retrouvons donc à voyager dans la tête de l’héroïne (pas celle qu’on s’injecte), étant témoin d’événements marquants, certains s’étant réellement déroulés, d’autres étant fantasmés. Mais, même si la mise en scène est soignée, cela ne passe pas.

Sunset

Article rédigé par pattoune , le

Après un premier épisode franchement prometteur, Life is Strange n’a jamais vraiment réussi à transformer l’essai, la faute à une écriture souvent maladroite et un rythme pas forcément maîtrisé. Cependant, la série a toujours maintenu un certain niveau de qualité, jusqu’à aujourd’hui. Cet épisode échoue à susciter l’émotion promise, la faute à une désagréable abondance de clichés. En plus de cela l’écriture n’est pas un modèle de justesse à la base. En effet, beaucoup de dialogues sonnent faux dans cet épisode, et dans la série en général, avec des réactions parfois bizarres, exagérées, voire pas naturelles. Le tout aboutissant à un final qui vous fera dire : “tout ça pour ça ?”. En résumé, Max et Chloé n’ont pas eu le final qu’elles méritaient, et c’est bien dommage.

Points positifs

  • L'ouverture, qui crée une certaine tension...
  • Une mise en scène soignée
  • La musique, toujours de qualité
  • Un rythme mieux maitrisé que dans les épisodes précédents

Points négatifs

  • ... Mais qui s'évapore dès la première réplique
  • Un scénario bourré de clichés et autres maladresses
  • Une fin aux allures de fumisterie
  • Tout ça pour ça

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

33 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires