Test : Impossible Creatures

Impossible Creatures - PC

Genre : STR

Date de sortie : Février 2003

Genre
STR
Date de sortie
Février 2003 - France
Développé par
Relic Entertainment
Edité par
Microsoft Games
Disponible sur
PC
Parfois appelé
Sigma
Site officiel
Site officiel

Il y a des matins comme ça, où les développeurs ne devraient pas se lever. Il y a deux ans la mode était au FPS. Les petits gars de Relic Canada semblaient alors bien contents puisqu'aucune concurrence à leur STR n'aparaissait à l'horizon. Que de rêves et d'hallu totale, car depuis mi-2002, on croule sous une déferlante de jeux de STR en tous genres. Face à Warcraft 3, AOM et C&C Generals, Impossible Creatures voit son avenir s'assombrir. Pourtant ses qualités et l'originalité de son principe lui permettra de se faire un petite place au chaud.

 
 
Impossible Creatures vous met dans la peau de Rex Chance. Ce dernier est un aventurier intrépide et courageux, super intelligent et musclé comme tout. Vraiment le coup de bol, parce que c'est quand même le héros ultime. Rex va parcourir 15 missions dans lesquelles il rencontrera de nombreux types d'animaux. Au fil des meetings inter-éthniques, il récoltera les ADN de ces animaux. Une fois enregistré, le génotype permettra au petit ingénieur qui sommeille au fond de Rex, de créer des unités bâtardes. Un laboratoire lui permet de mixer 2 créatures entre elles, en prenant les qualités des 2. Vous devrez payer un tribut sous forme de charbon et d'électricité (ce sont les principales ressources du jeu) pour avoir la créature nouvelle, mais vous vous sentirez sûrement bien plus fort dans votre tête lorsque vous la verrez gambader.
Au fil des 15 missions, vous découvrirez les 52 races animales peuplant le jeu. Vous apprendrez leurs qualités et défauts, leurs actions spéciales, et tenterez de nombreuses expériences ardues (nous rappelons qu'aucun animal a été blessé sur le tournage). Le Caméléon a donc une capacité de camouflage, la taupe peut construire des galeries sous terre, etc. Le prix de l'unité est calculé grâce à un algorithme complexe, qui analyse la créature nouvelle, ses avantages, ses défauts, sa puissance, ses capacités, et ainsi de suite. En effet, avec 200 000 créatures possibles, il aurait été difficile de déterminer le prix de chacune d'entre elles.
Certaines unités pourront néanmoins sembler bon marché face à leur efficacité. Pour cela, il faudra réussir à trouver l'alchimie parfaite, réunir 2 créatures qui se complètent, comme le singe lanceur de pierre, qui pourra docilement s'accoupler à un frelon. Vous aurez désormais une unité capable de voler de et lancer des projectiles à distance.
 

Un multi original et convivial

Première constatation lors de votre première partie : vous devrez choisir un set de 9 créatures, et ne pourrez évoluer qu'avec celles là lors de la partie. Cette initiative de ne pas proposer les 52 bestioles permet de restreindre la folie du jeu, et de garder un aspect tactique toujours présent. En effet, aucun set de créatures n'est ultime. Tous ont des défauts, et des avantages. Vous devrez travailler sur votre Set jusqu'à trouver une combinaison d'animaux assez homogène, comprenant de nombreuses variations tactiques, et capable de contrer les multiples fourberies adverses. Comble de l'angoisse, vous ne connaîtrez pas le Panel de créatures de l'adversaire. C'est lors de votre premier combat que -constatant les dégâts- vous apprendrez à moduler vos créatures pour adapter votre stratégie à l'ennemi, et ainsi le bloquer dans son élan.
Les 52 unités sont plutôt bien choisies. Soyons francs, certaines sont bien plus utilisées que d'autres, comme ces homards que l'on retrouve partout, alors que le zèbre est constamment mis de côté. En dehors de ça, les mixages entre 2 bestioles sont techniquement bien réalisés. Aucune coupe ni césure à l'horizon, on a l'impression de voir une nouvelle créature presque aussi réaliste que ses 2 géniteurs. Cette dernière reprend les avantages des 2 donateurs, qu'il s'agisse de la force, de l'endurance, de la puissance, de lancer, de la vitesse, du champ de vision ou encore des caractéristiques spéciales (bonus de groupe, vol, nage, camouflage, etc.). Sachez que pour limiter la concentration des joueurs sur 3 créatures surpuissantes, ces dernières ont été regroupées sous 5 niveaux. Ces 5 niveaux de technologie sont débloqués au fur et à mesure de l'évolution de la partie. A chacun de ces paliers, vous aurez droit à de nouvelles unités de votre Set, de plus en plus puissantes, qui pourront se révéler efficaces pour trouver le point faible de l'adversaire.
 

Des petits cacas plein l'écran : c'est de la trois dé

Techniquement, le jeu est agréable. Ne pensez tout de même pas retrouver le niveau de C&C : Generals, le titre est assez pauvre en déclarations d'amour face à votre Carte Graphique. Il faudra pour cela attendre les combats, lorsque vos unités déclencheront tour à tour leurs pouvoirs destructeurs sur la terre de nos ancêtres. Là seulement on admirera les effets pyrotechniques en tout genre. Le Zoom permet quant à lui d'admirer vos petits animaux bioniques, parfaitement modélisés, avec des jonctions parfaitement clean, quasi invisibles. On n'a pas toujours l'impression d'avoir affaire à un mix entre deux espèces, tellement le travail des développeurs est bien réalisé. Plutôt agréable comme information. Quelle journée géniale.
 

Au final

Héhé Impossible Créatures, c'est un peu le grand Bazar de Monoprix. On y trouve de tout, on découvre des trucs zarbs, on cherche l'utilité pour certains objets, et puis on repart les brase chargés de machins inconnus. Avec 52 créatures pouvant copuler comme bon vous semble, vous n'êtes pas sorti de l'auberge. A vous de trouver votre Set secret de 9 unités, pour donner de bonnes leçons sur les serveurs US. Montrez leur que les frenchies ont leur mot à dire dans cette bataille rangée que se livrent les homards-rats et les requins-frelons. Vive la rébellion!!
 

Article rédigé par Rick28 , le

Idée original, exploitée à sa juste valeur. Impossible Creatures est bien moins confus qu'on aurait pu l'imaginer. Les développeurs ont su poser les bonnes barrières aux bons endroit, sans qu'on ait pour autant l'impression d'être limité. Un bon STR, définitivement, et un multi convaincant, à essayer entre amis.

Points positifs

  • Un équilibre quasi-parfait parmi les 52 unités et leur déscendance
  • Des unités très bien modélisées
  • L'idée du Panel de 9 créatures

Points négatifs

  • Un mode solo bien maigre
  • On est parfois dépassé par les créations adverses

Commentaires

Jeux similaires